Embarquement pour la Grande Route du Nord

FacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail
image_pdfImprimer cet article en pdf
Je vous l’avais annoncé fin de l’année dernière, le nouveau Peter F. Hamilton est arrivé. Je m’attendais à un tome unique comme pour Manhattan à l’envers (recueil de nouvelles sur l’univers ud Commonwealth) mais La grande route du Nord est en fait un roman en deux parties. Oh joie, Oh bonheur, le pape actuel du Space Opéra est de retour. Nouveaux personnages et nouvel univers : autant dire que mon gnome préféré chez les grands-parents, le mari occupé avec StarWars – Old Republic, moment de pure tranquillité livresque pour moi.

Tout d’abord pour ce nouvel opus, point de Commonwealth ou de Paula Myo, nous sommes projeté à Newcastle, UK dans un univers post-expansion, où une partie de l’humanité s’est essaimée sur des planètes lointaines par portails trans-spatials pour un aller sans retour. Une planète Terre plus ou moins décadente, une dynastie toute puissante, les North, mais composée uniquement de clones qui dégénèrent générations après générations et un ennemi déroutant et implacable qui s’attaque aux nouveaux mondes colonisés. Bel ensemble ! Quand on ajoute à cela des personnages secondaires mystérieux et un personnage principal droit comme la justice, flic de son état, Sidney Hurst, on s’accroche aux pages.
L’histoire se passe entre la ville de Newcastle où se déroule l’enquête de Sid sur le meurtre d’un North inconnu, et le monde de St Libra colonisé par la dynastie North où une équipe d’exploration est montée pour tenter de retrouver un extraterrestre hostile.

Couverture de la version anglaise par Steve Stone et publiée par Macmillan

J’aime beaucoup l’impression de grandeur qui se dégage de chaque livre de Peter F. Hamilton. Chaque cycle, que ce soit la trilogie du vide, l’aube de la nuit ou l’étoile de Pandore, possède un univers différent. On reste toujours dans l’épique et le Space Opéra. Ce premier tome de La grande route du Nord ne fait pas exception. On a encore un autre univers que l’on découvre ligne après ligne. La lecture est facile, les personnages prennent rapidement forme et les énigmes se multiplient… tout ce qu’il faut pour créer un suspense qui donne juste envie de dévorer le livre le plus rapidement possible. Et moi qui me dit tout en lisant : « mais comment il arrive à faire coller tous les morceaux de l’histoire à la fin sans que l’on arrive dans le cliché du méchant extraterrestre? » A voir. La grande route du Nord 2 est sorti ce mois-ci.
La vraie bonne surprise (l’éléphant sur le gâteau quoi) serait une fin juste ce qu’il faut d’originale et suffisamment inattendue pour qu’on finisse par dire : Ah ouais quand même !

La grande route du Nord 2 chez Bragelonne, sortie Mars 2014
FacebooktwitterinstagramFacebooktwitterinstagram

Laisser un commentaire