Midkemia, les guerres du Chaos et la fin du Magicien

FacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail
image_pdfImprimer cet article en pdf
J’ai mis beaucoup de temps à écrire cet article. J’ai beaucoup tourné
autour de ce dernier tome de la saga de la faille sans savoir comment
en parler. Ce n’est pas tout de parler de ce dernier tome, je me sens
obligée de vous présenter Pug et Midkemia, de vous dire à quel point je
trouve l’univers créé par Raymond Feist riche et passionnant.

J’ai
commencé la saga avec la naissance de mon fils et en 2 ans j’ai
littéralement dévoré les 23 tomes de cette histoire au long court. J’ai
adoré voyager sur Midkemia parmi ses peuples, suivre Pug, apprenti puis
magicien, dans son initiation sur Kelewan et participer aux aventures de
Jimmy les mains vives et de ces descendants de Krondor à Rillanon. 
J’avoue avoir particulièrement apprécié la manière dont l’auteur arrive à
faire vivre ces personnages, à nous les faire aimer en les intégrant de
manière ingénieuse et délicate au fur et à mesure de son récit. En 27
tomes, il y a 5 à 6 générations de personnages, certains que l’on
regrette de voir partir, mais où l’on a toujours plaisir à découvrir les
nouveaux. Midkemia est un monde où se mélange : vie médiévale
(l’histoire se passant principalement dans le royaume des Isles, avec
ces batailles à l’épée, ses voyages à cheval et ses seigneurs plus ou
moins respectables),  nations humaines, elfes ou naines, des dragons, et
surtout la magie y est présente. Pug est magicien, d’abord apprenti
puis Tout-Puissant et enfin créateur conclave des ombres (et oui dans cette ordre), on suit Pug sur plus d’un siècle et demi d’histoire.

Je vous mets la couverture de la version anglaise que je trouve 
plus sympa que celle de Bragelonne qui n’est pas très réussie.

Enfin…
ce qui avait commencé avec la guerre de la faille se termine. Pas de
spoiler sur la fin de ce tome juste une phrase qui m’a marqué « tout est
une question de perspective »… hahaha… Tout cette introduction pour
dire que ce tome ne déçoit pas, on a des réponses à pas mal de questions
même si je regrette que l’histoire ne soit pas plus axées sur celle des
elfes des étoiles et que le fin soit très courte, on ne connaitra pas
le devenir de beaucoup de personnages. Je dirais que cette fin n’est pas exceptionnelle mais qu’elle apporte
une belle conclusion aux aventures de Pug et de Tomas. Cette grande
saga de la fantaisie est à lire, le monde de Midkemia reste fascinant et
le premier cycle de la guerre de la faille est juste excellent.

Ce dernier tome de la guerre du Chaos, je l’attendais avec tellement
d’impatience qu’une fois terminé c’est un peu la déprime. C’est le
problème avec les grandes sagas passionnantes, à la fin on a du mal à
abandonner le monde dans lequel on nous a plongé. Et
surtout, on voudrait tout savoir, avoir le fin mot de toute les
intrigues, savoir ce que chaque personnage devient… mais ça
malheureusement ça n’arrive jamais !

Je vous mets tout de même la couverture française de Bragelonne 
pour que vous puissiez trouver le bouquin !
FacebooktwitterinstagramFacebooktwitterinstagram

2 thoughts on “Midkemia, les guerres du Chaos et la fin du Magicien

  1. J'ai adoré les quoi… 27 tomes 😉 Une saga au long court mais vraiment très dense pas le temps de s'ennuyer !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :