Dystopie #2 : Puisse le sort vous être favorable

FacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail
image_pdfImprimer cet article en pdf
Pour ce mois de Mars, j’ai voulu me remettre à lire quelques livres en VO. En partant en quête de ma nouvelle lecture, j’ai découvert que même dans mon magasin FNAC préféré, les livres en VO ont trouvé une nouvelle place dans les rayons. Tout comme le rayon SF – Fantasy, le rayon VO est mis en avant, c’est le deuxième rayon que l’on trouve après être arrivé à l’étage librairie, je trouve ça hallucinant… depuis quand les français se sont-ils mis à acheter des bouquins en VO ? Noter que je ne me plains pas, j’ai jamais vu autant de choix ni autant de nouveautés dans le rayon VO de ma FNAC…
Du coup j’ai trainé une éternité dans ce rayon, difficile de choisir, je tourne, je tourne, pour finalement m’arrêter devant la trilogie Hunger Games … Après tout pourquoi pas? Il est clair que je n’achèterai pas les bouquins en français tout de suite (en version grand format, je les trouve chers, même si pour une fois la version française nous a épargné les couv’ en affiche de film, ce que j’approuve vigoureusement) mais en anglais semi-poche, je me dis que l’expérience peut être sympa. Et puis j’ai vu les deux premiers tomes de la saga en film et même si je trouve que l’histoire manque un peu de finesse, j’ai bien aimé l’univers du film et les personnages. C’est parti pour un aller – retour pour Panem.


J’ai commencé la trilogie Hunger Games, et j’avoue que les deux premiers bouquins : Hunger Games et Catching fire, m’ont vraiment scotchés, je les ai lu d’une traite même en anglais (comme quoi). Suzanne Collins nous parle d’une société utopique dont seul une infime partie de la population vit dans l’opulence quand la grande majorité n’a pas suffisamment de quoi se nourrir, le Capitole et ses 12 districts. La peur omniprésente est incarnée pas des jeux où chaque année 12 garçons et 12 filles tirés au sort parmi les enfants de moins de 18 ans appartenant aux districts, doivent se battre à mort jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’un (et non on n’est pas dans highlander) pour le plus grand plaisir des spectateurs du Capitole qui auraient sûrement apprécié de vivre à l’époque des jeux du cirque à Rome. Ces livres nous racontent l’histoire de Katniss Everdeen, volontaire pour participer aux jeux afin de sauver sa petite sœur, de son instinct de survie exceptionnel et de ces choix qui vont amener une population écrasée par les privations à se dire qu’un autre avenir est possible. 

Puisse le sort vous être favorable
Les personnages sont vraiment intéressants, profonds et torturés par cette vie d’esclave, les épreuves, la peur omniprésente. L’auteur nous plonge dans les affres de la conscience humaine, comment la torture des êtres qu’on aime peut vous briser, elle épargne moins ces personnages physiquement dans les livres qu’ils ne le sont dans les films, notamment Peeta et Katniss. C’est là que je me suis rendu compte que les acteurs du film ont vraiment bien été choisi, mais que si l’on ne lit pas les livres on passe à côté de pas mal de choses seulement suggérées dans le film. 

Personnages principaux : Hunger Games de M. Lawrence
Le troisième tome est un peu différent, encore plus sombre que les deux tomes précédents, je l’ai également trouvé moins abouti et un peu plus brouillon, comme si l’auteur avait du mal à finir cette histoire, qu’elle avait du mal à écrire la fin de l’histoire pour Katniss, Peeta, Gale, Finnick et Emich et bien sur pour le président Snow.
Encore une fois, tout comme dans Divergente, ce qui fait la force des ces livres c’est le personnage féminin principal, emblème non consentante d’une révolution dans laquelle elle n’est qu’un pion. Le triangle amoureux dans lequel les jeux viennent bousculer l’ordre établi, c’est beau, c’est triste, c’est même dur par moment, on sent les personnages brisés mais quelle révolution se lève sans pleurs et sans cris? C’est une belle trilogie, un bon exemple de dystopie. J’ai bien aimé même si je trouve la trilogie Divergente plus aboutie.
La trilogie Hunger Games de Suzanne Collins aux Editions Pocket Jeunesse.



FacebooktwitterinstagramFacebooktwitterinstagram

Laisser un commentaire