Dans ma biblio, il y a aussi… Episode 4

FacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail
image_pdfImprimer cet article en pdf
Me voici de retour pour ce nouveau rendez-vous hebdo « Dans ma biblio, il y a aussi… » pour vous faire découvrir un
livre sorti de ma bibliothèque et lu il y a… pffff…. longtemps !!
Mais qui m’a marqué (et que j’ai accessoirement relu pour faire cette
chronique 😉 )

Pour ce 4e rendez-vous, je voudrais vous parler d’un auteur spécial pour moi. Ado, quand j’ai commencé à lorgner sur la grande collection de livres SFFF de mes parents, j’ai demandé à mon père par quel livre je devais commencé. Après un moment de réflexion, mon père a sorti plusieurs livres d’Abraham Merritt pour que je choisisse par lequel je voulais commencer l’aventure et j’ai pris Les habitants du mirage.

Abraham Meritt est un auteur de Fantasy du début du XXe siècle, il a écrit une 10aine de livres  car il a toujours privilégié son métier de journaliste à l’écriture de ses livres. Abraham Merritt est un de ces précurseurs de l’Heroic Fantasy peu connu mais qui ont inspiré beaucoup d’autres auteurs et notamment dans le cas de Meritt, H.P. Lovecraft.
Les habitants du mirage d’Abraham Merritt aux Editions J’ai Lu
Au cœur des à-pics glacés et des neiges éternelles de l’Alaska, Leif
découvre une étrange vallée que le temps semble avoir oubliée. Il y
rencontre la belle Evalie, mais aussi la sorcière Lur, une guerrière
redoutable qui reconnaît en lui l’incarnation d’un grand roi du temps
jadis : le terrible Dwayanu. Et bientôt, celui-ci surgit des ombres de
son inconscient, s’emparant de l’esprit de Leif… Il va pourtant falloir
faire face, car la guerre fait rage à présent. Mais comment sauver
Evalie et son peuple, alors qu’il est lui-même habité par leur plus
grand ennemi ?
J’aime me plonger dans ces récits où l’auteur nous fait découvrir des contrées inexplorées de notre Terre et où il nous suggère tout le mystère que recèle les temps anciens de notre planète. De plus, contrairement à d’autres auteurs de SF/Fantasy de cette période, l’écriture de l’auteur est agréable à lire et j’ai pris plaisir à relire les descriptions de lieux oniriques et magiques.

La lumière verte qui éclairait le Pays-dans-l’ombre s’assombrissait
comme s’assombrit une forêt verte au crépuscule. Le soleil devait avoir
plongé depuis longtemps derrière les pics encerclant le sol illusoire
qui était le Pays-dans-l’ombre. Ici, pourtant, la clarté diminuait
lentement comme si elle ne dépendait pas entièrement du soleil, comme si
le pays avait une luminosité personnelle.

L’auteur nous transporte dans ce récit entre les grandes étendues arides du Gobi et les montagnes glacées de l’Alaska. Leif Langdon, reflet vivant des guerriers vikings d’autrefois, se retrouve confronté, lors d’une expéditions ethnologique, a une ancienne tribus Ouïgours perdues dont des rites millénaires vont profondément le marquer et réveiller en lui des « souvenirs » qui ne lui appartiennent pas. Ainsi apparait Dwayanu, guerrier venant des temps anciens et adorateur de Khalk’ru, Le Dissolveur. Entre souvenirs suggérés ou mémoire atavique, Leif commence un voyage au bout du monde pour découvrir qui est cette part de lui et peut être trouvera-t-il une réponse dans ce pays perdus au milieu du mirage.

Et bien c’était juste admirablement raisonné, lucide et tout. Le Leif Langdon qui était en moi – et qui engageait une lutte plutôt désespérée pour garder le contrôle de sa personne – en convenait. Et pourtant ma colère irraisonnée grandit. Je levai l’anneau de Khalk’ru.

– Tu ne connais peut être pas Dwayanu… mais tu connais ceci.

Un lecture entrainante et un peu rêveuse, des personnages intéressants et des aventures où les personnages féminins ne font pas les potiches. J’aime particulièrement découvrir ces lieux secrets encore cachés avec des auteurs dont l’imagination nous emporte au-delà du miroir de notre réalité tout en basant l’histoire dans un monde contemporain. Une belle rencontre avec un auteur précurseur mais dont l’écriture n’est pas daté, un mélange entre temps anciens et démon d’une autre dimension joliment orchestré et, il faut le dire, efficace !

Les Habitants du mirage a été réédité en version illustrée par les Éditions Callidor dans la collection l’âge d’or de la fantasy en 2015. Les illustrations ont été réalisées par Sébastien Jourdain, et le livre a été édité avec la fin voulue par l’auteur qui n’était pas celle de l’édition de 1974 que j’ai lu.

Les habitants du mirage d’Abraham Merritt aux Éditions Callidor
FacebooktwitterinstagramFacebooktwitterinstagram

Laisser un commentaire