Chaos tome 2 : Les Terres grises de Clément Bouhélier

FacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail
image_pdfImprimer cet article en pdf
Le tome 2 de Chaos, j’attendais de pouvoir le lire avec impatience…. Bah oui pas très original mais vrai ! J’ai eu l’occasion de rencontrer Clément Bouhélier au salon du Livre de Paris en Mars 2016 sur le stand des éditions CRITIC où j’avais complément flashé sur le tome 1 de cette duologie : la couv’ d’Aurélien Police <3 et le 4e de cou’ m’avait beaucoup plu. Vous trouverez ma chronique du premier tome : Ceux qui n’oublient pas. Un très bon moment passé avec ce tome 1 est une question : quel type de récit nous propose Clément Bouhélier ? SF, fantasy, fantastique ? Franchement vu le déroulement de la première partie de l’histoire difficile de choisir, les trois pouvaient très bien fonctionner ! Avec ce second tome, on peut enfin se décider… enfin presque. Je dirais que l’auteur nous sert un récit SF teinté de fantastique ce qui en fait son originalité. Encore une fois, contrairement à ce que l’on pourrait croire en lisant le tome 1, on est loin, mais alors très très loin du récit épidémie / zombie, pour la simple et bonne raison qu’il n’y a pas… de zombies !

Cette chronique se rapporte au tome 2 d’un diptyque, il y est donc possible (voire inévitable) qu’il y ait des spoils, donc attention 😉

Chaos tome 2 : Les terres grises de Clément Bouhélier paru aux éditions CRITIC


L’apocalypse est en marche. Partout en France et dans le monde, le virus
de l’oubli n’a laissé que des semblants d’êtres humains, coquilles
vides qui errent sans but avant de mourir. Tandis que le monde achève de
s’éteindre, quatre rescapés luttent pour survivre. Chloé, Arthur,
Claudy et Phil. Guidés par une voie mystérieuse qui leur intime de se
retrouver, ils progressent à travers un Paris dévasté. Ils ignorent que
des yeux verts les épient. Ils ignorent aussi que leurs épreuves
commencent à peine : pour vaincre le responsable du chaos, il leur
faudra aller bien au-delà de Paris. Au-delà de leur monde. Jusque sur
les Terres Grises, où leur ennemi va s’ingénier à les traquer.

On retrouve « ceux qui n’oublient pas » juste après les avoir quitté à la fin du tome 1. Chloe, Claudy, Arthur et Philibert nos quatre protagonistes sont presque réunis. Dans un Paris dévasté par l’épidémie de l’oublie, il se déplacent avec chacun l’idée lancinante qu’ils doivent trouver « l’étoile » dans Paris (je vous laisse deviner à quoi cet indice fait référence 😉 ). Claudy suit toujours Arthur qui lui n’a qu’une idée en tête retrouver Noémie sa petite amie et cela à tout prix… prix qui dans ce monde de désolation peut s’avérer élevé. Chloé a pris la petite Leslie sous son aile et la fillette la guide vers une destination qu’elle seule semble connaitre. Quant à Phil, il est le moins chanceux des quatre, aux prises avec la dame en beige, il avance dans Paris comme on irait à l’échafaud. Tout cela se déroule sous le regard attentif de deux personnages : l’homme en blanc et l’homme aux yeux d’eau polluée… qui sont-ils ? Et quel est cet Orgue que nos protagonistes ont tous aperçu dans leur rêves? Les quatre ne semblent pour eux que des pions… peuvent-ils apporter de l’aide ou ne sont-ils là que pour compter les points ?

Les pions mourront bientôt.
Il suffit d’être patient. De laisser agir l’agent. Car lui ne peut pas agir directement.Ce serait risquer de se confronter de nouveau à son ancien maitre. Et il n’est…
… pas de taille…
… pas encore prêt. L’Orgue parle à l’homme aux yeux verts. Mais dans une langue inconnue. Il doit apprendre. Mais pour cela il lui faut du temps.
Et lorsque nos quatre compères malgré eux arrivent à se rejoindre, c’est pour finalement être projetés sur des terres grises et inhospitalières, loin du Paris version fin du monde, ils se retrouvent sur un monde morts et inconnu à l’atmosphère acide où ils devront s’entraider pour survivre. 
Tout comme dans le tome 1, Clément Bouhélier impose un rythme sans temps morts à son récit. J’apprécie particulièrement la narration de l’auteur qui ne se contente jamais de nous donner un seul point de vue. L’histoire se reflète à travers les pensées et les actions d’au moins 5 à 6 personnages ce qui donne une belle ampleur à l’histoire et nous tient en haleine dans ce road movie qui n’est pas sans me rappeler la série Sliders le coté gentillet en moins 😉 Et nos quatre personnages principaux que sont-ils ? des héros ? des pions ? C’est ce que l’auteur nous invite à découvrir tout au long de ce périple éprouvant au sein des terres grises. Claudy le leader, Chloe la protectrice, Phil l’ado obligé de grandir trop vite et Arthur le bagarreur, chacun évolue dans le groupe et individuellement… 
Une vague de joyeuses protestations lui répondit. Mais ils se rendirent compte après discussion qu’ils connaissaient très peu de chansons en commun, en dehors de quelques comptines pour enfants.
– Sérieux? Il n’y a que Chimène Badi qui nous rapproche ? lâcha Phil.
Ils éclatèrent de rire. […] Il entonna la première partie du « Diner » de Bénabar et les autres reprirent aussitôt.
– Ah je savais bien qu’on avait des choses en commun !
Une écriture pleine de petites touches de style qui rende la narration unique. J’ai apprécié toutes ces variations distillé dans le récit par l’auteur, entre le rêve et la réalité, entre les mondes et l’Orgue, entre le présent et le passé, on a un récit riche qui nous surprend souvent dans notre lecture. A tel point qu’on est presque déçu de n’entrevoir qu’une partie des mondes et de la mécanique de l’Orgue, on en voudrait plus, plus que ces terres grises… J’avoue que si je devais faire un reproche c’est d’être un peu resté sur ma faim… à la fin justement. J’aurais attendu quelque chose d’un peu moins… terre à terre.

La qualité d’histoire et de narration de ce diptyque est indéniable. Clément Bouhélier sait parfaitement distillé son récit, nous tenir en haleine et prendre des chemins de traverse pour nous amener au point final de son histoire. J’avoue avoir vraiment été bluffée par le tome 1 et avoir trouvé le tome 2 bien ficelé. Le tout tenant beaucoup à la psychologie de nos 4 compères et à celle de leurs deux observateurs. Un récit inattendu (oui oui, je ne m’attendais pas du tout à ça en achetant le tome 1 sur un coup de cœur),  porté par une narration agréable et originale dans sa mise en place. J’ai passé en train bon moment à me promener dans Paris puis à traverser les terres grises. Tous les éléments d’une belle rencontre livresque.

FacebooktwitterinstagramFacebooktwitterinstagram

2 thoughts on “Chaos tome 2 : Les Terres grises de Clément Bouhélier

    1. C'est vrai, ce second tome est un cran en dessous du premier. C'est dommage mais ca une chouette lecture ^^

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :