Rebecca Kean tome 4 : Jouons à chat !

FacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail
image_pdfImprimer cet article en pdf
Il y a des séries où l’on ouvre chaque tome avec beaucoup de plaisir anticipé et c’est exactement le cas avec la série Rebecca Kean ! J’avoue je déguste chaque tome et me laisse en peu de temps avant d’attaquer le suivant. Bref, je vous parle aujourd’hui du tome 4 de cette très bonne série d’urban fantasy.
Je me permets de te prévenir cher lecteur, j’essaye de ne pas faire de spoiler dans mes chroniques mais en chroniquant le tome 4 d’une série ça peut être difficile donc attention !
Rebecca Kean tome 4 : Ancestral de Cassandra O’Donnell paru chez J’ai Lu Imaginaire

Histoire de bien commencer la saison, le Mortefilis a décidé d’envahir
la Nouvelle Angleterre. Ça tombe bien, avec la disparition de Raphaël,
repousser une armée de redoutables vampires était tout ce dont j’avais
besoin ! Malgré mon inquiétude et une situation plus que critique, je me
dois d’organiser la défense de notre territoire. Et croyez-moi, il va
falloir la jouer serré !

 
Bon comme tous les tomes de Rebecca Kean, celui-là ne fait pas exception et commence direct en plein action. Le début de ce tome 4 se déroule directement à la suite de la fin du 3. En pleine préparation de bataille, Rebecca compte ses troupes et peut être étonnée de voir qui se tient à ses cotés sans obligations. Encore un tome sans temps mort, cette fois-ci Cassandra O’Donnell concentre l’action sur le clan des muteurs et sur Alligarth leur chef. On continue à en apprendre toujours un peu plus sur Rebecca, sur ce qu’elle est, pourrait être et sur sa fille Leo, tout en laissant une part un peu plus grande aux personnages de Baetan et de Tyriam, le chef des chamans.
Je trouve qu’avec ce tome, Cassandra O’Donnell nous fait un peu lambiner… Raphaël est une nouvelle fois peu présent, ce qui est rageant, tant on aimerait voir sa relation avec Rebecca se dérouler au-delà de la simple confrontation et de la réconciliation sur l’oreiller. Mais j’avoue que je suis toujours aussi fan des dialogues plein d’ironie et d’humour dont l’auteur parsème son récit. Les personnages sont toujours aussi attachants, les relations que Rebecca noue avec le reste des créatures surnaturelles du Vermont fait penser à un aimant qui attirerait les créatures les plus puissantes à elle.
– Ce serait une étrange coïncidence, objectai-je
– Oui mais reconnais que c’est possible…
– Tout est possible. Que le Père Noël vive au pole Nord entouré de lutins est possible, que le président Clinton n’ait jamais eu de rapports sexuels avec Monica Lewinsky est possible, que les grosses boites cessent de délocaliser leurs productions dans les pays les plus pauvres de la planète est possible, raillai-je.
– Ce que tu peux être rabat-joie quand tu t’y mets…
Encore un  très bon tome qui nous emporte à toute allure à la suite de Rebecca et de ses fonctions d’Assayim de létat du Vermont. La série continue sur sa lancée et est toujours aussi addictive. J’avoue que ce tome met quand même ma patience à rude épreuve tellement je voudrais en savoir un peu plus sur la relation de Rebecca avec Raphaël… Mais le cliffanger à la fin de ce tome 4 promet un tome 5 toujours aussi palpitant^^ Bref j’ai hâte de lire la suite 😉
FacebooktwitterinstagramFacebooktwitterinstagram

Laisser un commentaire