Les naufragés du Commonwealth tome 2 : derniers pas dans l’univers du Commonwealth

FacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail
image_pdfImprimer cet article en pdf
Comme tous les lecteurs, j’ai quelques auteurs fétiches… Vous savez ces auteurs dont vous suivez les prochaines sorties livresques avec impatience et dont vous achetez le nouveau livre sans même vraiment savoir de quoi il parle pour courir vous enfermer chez vous genre « je ne suis dispo pour personne, le premier qui me dérange le fait à ses risques et périls ». Moi j’en ai quelques uns comme ca et Peter F. Hamilton en fait parti. Du coup quand le tome 2 des Naufragés du Commonwealth est sorti, je me suis jeté dessus… et je n’ai pas eu l’occasion de le regretter.
Les naufragés du Commonwealth tome 2 : Une nuit sans étoiles de Peter F. Hamilton paru chez Bragelonne

Bienvenido est en crise. Après avoir échappé au Vide, la planète dérive à
des millions d’années-lumière du Commonwealth. Sa population humaine ne
peut compter que sur elle-même pour vaincre les Fallers, des créatures
extraterrestres traquant toute forme de vie intelligente, capables
d’infiltrer une société humaine et de prendre la place de ses citoyens
en alimentant une méfiance généralisée.
S’appuyant sur une technologie interdite, une mystérieuse jeune femme,
que tout le monde appelle l’Ange guerrier, a pris la tête d’une
résistance désespérée contre les Fallers.
De son côté, l’astronaute Ry Evine entrevoit un dernier espoir. Lors
d’une mission contre l’ennemi, sa capsule endommage un vaisseau inconnu,
qui abrite… une enfant. Issue du Commonwealth, elle possède des
connaissances susceptibles de tous les sauver. Mais si les Fallers la
capturent, aucun des habitants de Bienvenido ne survivra…
J’avoue que j’avais un peu moins accroché au tome 1 de cette duologie qu’à d’autres cycles de l’auteur. Cette duologie faisant une suite direct à la trilogie du vide, on y retrouve les mêmes ingrédients. Pour ce dernier cycle (pour le moment en tout cas) dans l’univers du Commonwealth, nous retrouvons Bienvenido, 250 ans se sont écoulés depuis l’exploit de Nigel et la planète et ses habitants n’ont toujours pas réussis à se débarrasser des Fallers qui continue à noyauter la société humaine. Société toujours aussi totalitaire et paranoïaque, Bienvenido a tout de même progressé technologiquement depuis son éjection du Vide notamment grâce à Laura Brandt et aux anadroïdes de Nigel. Les astronautes, à l’aide de copies des fusées Soyouz arrivent maintenant à détruire progressivement les arbres en orbite. Mais peut être trop lentement… des rumeurs circulent et la population chuchote sur l’apocalypse Fallers. La société est divisée, une partie attend que le Commonwealth leur vienne en aide, l’autre est attentiste et effrayée aussi bien par le gouvernement, les Fallers que la possibilité de l’intervention du Commonwealth.

On retrouve un univers bien Hamiltonien, pas de doute. Le Commonwealth est plus présent et surtout nous retrouvons un autre des personnages préférés de l’auteur Paula Myo, THE enquêtrice alors que pour le tome 1 c’était Nigel Sheldon qui était mis en avant. J’ai trouvé le second tome de cette duologie plus accrocheur et plus fluide que le premier. Moins de temps morts et une pression qui augmente au fur et à mesure que l’histoire se développe. Plus d’action donc et puis je préfère le personnage de Paula à celui de Nigel, ceci explique peut être cela.

Mais il faut dire que pour ce dernier tome, l’auteur retourne à fond à ses fondamentaux. L’histoire est de nouveau basée sur une enquête policière (même si on a plutôt l’impression d’avoir à faire à la CIA qu’à la police). Le lieutenant Chaing droit mais légèrement facho va engager une poursuite contre ce qu’il considère comme des dissidents sur la moitié du continent de Bienvenido. J’aime bien ce genre de personnage qu’on ne sait pas si l’on doit l’aimer ou non. Peter Hamilton retrouve également ses grands thèmes : une société divisée qui finira plus ou moins par se regrouper contre l’ennemi commun, des extraterrestres  omnipotents ou omniscients, qui arrivent à point nommé pour sauver la situation. Bref, l’auteur y va à fond  pour ravir les afficionados tels que moi : des d’explications sur les questions sans réponses posées tout au long des deux séries précédentes et une fin en diaporama qui nous fait retrouver les personnages les plus marquants de l’histoire du Commonwealth. Comme un clin d’œil destiné au fan de la saga du Commonwealth

Ce qui finalement me fait dire que pour lire cette duologie, mieux vaut avoir découvert l’ensemble de la saga pour en apprécier tous les détails.

En tant que fan de l’auteur, j’ai passé un super moment avec le tome 2 de la duologie des Naufragés du Commonwealth car on y retrouve un de mes personnages fétiches et beaucoup des éléments du scénario ont la pâte que j’apprécie tellement chez l’auteur. Fidèle à lui même, l’auteur nous propose un petit pavé de 700 pages mais j’avoue que je ne les ai pas vu passer. Au final, un second tome que j’ai adoré, clairement écrit pour les fans mais qui clôture plutôt bien l’ensemble des livres écrits dans l’univers du Commonwealth !

FacebooktwitterinstagramFacebooktwitterinstagram

2 thoughts on “Les naufragés du Commonwealth tome 2 : derniers pas dans l’univers du Commonwealth

  1. Je n'ai jamais lu cet auteur, je ne sais pas s'il peut me plaire. J’essaierai certainement un jour, ton avis donne envie^^

  2. C'est de la SF type Space Opera 😉 Si tu veux tester il y a le tome 1 de la saga du Commonwealth (l'étoile de pandore) à 0.99€ avec la GrosseOp Bragelonne aujourd'hui pour tester ^^

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :