Les herbes de la lune tome 1 : pouvoirs druidiques et magie de la nature

FacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail
image_pdfImprimer cet article en pdf
Et c’est parti pour ma deuxième chronique de mon challenge S4F3s3 de l’été. Il faut que je me mette à jour parce que ce n’est pas tout de lire des livres qui rentrent dans le challenge mais encore faut-il que je vous en parle ! Pour cette chronique n°2, je vous parle d’un livre qui attendait depuis un an dans ma PAL après ma visite au salon du livre de Paris où j’avais pu rencontrer l’auteur : Les herbes de la lune tome 1 d’Anne Laure.
Les herbes de la Lune d’Anne Laure aux éditions le chat noir collection Cheshire

« Elle est différente, c’est certain. Pas
seulement différente des autres filles. Elle est Autre. » Aussi sûrement
que ses cauchemars récurrents ne sont pas le fruit de son imagination,
l’univers que s’apprête à découvrir Abigail va lui ouvrir les portes de
son passé, mais aussi de son avenir.

Les brumes mystérieuses de la lande, la force destructrice de la
mer, la célébration du solstice d’hiver et la fête celtique de l’Alban
Arthan : autant de secrets que la jeune étudiante ne pouvait soupçonner.

À présent, Abigail devra puiser dans la puissance du cycle lunaire
pour affronter son destin qui s’est rapidement mis en marche. Bien trop
rapidement… 

Les herbes de la lune fut avant tout une lecture relax. Dans un univers entre urban fantasy et fantastique, nous voici projeté au milieu des landes : brouillard et pluie au rendez-vous dans un petit village de bord de mer. Nous suivons Abigail, orpheline élevée par sa grand-mère dans ce petit village qui l’a vu grandir. Étudiante en  histoire médiévale, la vie d’Abigail est devenue beaucoup plus difficile depuis que chaque nuit, elle est assaillie de cauchemars qui ne lui laisse que peu de repos. Et c’est à ce moment de sa vie que des changements radicaux vont apparaitre pour l’emmener dans un univers qu’elle ne soupçonnait pas.

Un livre YA sympathique et qui se lit très vite. Une histoire qui a son originalité en nous transportant dans un monde druidique ayant survécu jusqu’à nos jours : potions, sorts et grimoires. J’ai trouvé beaucoup de points communs entre ce premier tome et celui de l’héritière des Raeven de Méropée Malo. On est dans le même style d’univers, les personnages, et surtout l’héroïne, ont pas mal de points communs tout comme la ville et l’ambiance qui s’en dégage, autant dire que cela m’a bien plu. J’ai également aimé découvrir l’histoire d’Abigail en fonction des phases de la lune.  Le récit se présente sous forme de journal intime avec les dates et les phases de la lune qui suivent les changements que connait notre héroine et ses acolytes.

Je ne connaissais plus de répit, le rêve m’avait de nouveau assaillie cette nuit. D’abord le froid, ce courant d’air glacial gelant mes chevilles nues et plaquant ma chemise contre mon corps frissonnant, puis ce sentiment de claustrophobie grandissant devant l’étroitesse du tunnel, l’agresseur, son ton menaçant, sa poigne brutale sur mon épaule et la peur panique quand mes pieds ne rencontrèrent plus le sol. Une chute interminable dans un puits sans fond, noir comme un four. Et dans ma tête… cette voix malsaine, pleine de promesses…

Une plume tout en finesse qui se focalise beaucoup sur la description des émotions d’Abigail. Le déroulé de l’histoire reste assez linéaire : le choix entre le bien et le mal et sa limite toujours floue, un ennemi caché qui harcèle l’héroïne et une incompréhension sur les lois qui régissent le monde druidiques, le récit reste classqiue. Cependant c’est dans l’ambiance, froide et parfois sombre que j’ai trouvé que le récit se déliait le mieux. On reste tout de même sur un livre YA, donc les questionnements d’Abigail sont aussi bien tournés vers ses pouvoirs que vers son avenir amoureux.

Les points qui m’ont un peu moins plu, c’est de ne pas retrouver un groupe soudé autour d’Abigail comme c’est le cas dans l’héritière des Raeven. On a parfois du mal à retrouver notre personnage principal seul face à ses obligations et à ses doutes. De plus, je trouve que ses interrogations et autres doutes existentiels prennent parfois un peu trop de place dans le récit au risque de ralentir le rythme de l’histoire.

 

Au final, je reste sur un bon ressenti après
ma lecture. Il faut dire que j’ai bien apprécié cette plongée dans
l’univers druidique au rythme des phases de la lune et du pouvoir des herbes. Le plus de ce début de série : l’atmosphère qui se dégage et qui nous aide à nous plonger dans le récit des aventures d’Abigail : les landes, la mer, l’herboristerie, la lune, une ambiance propice pour que le lecteur s’immerge dans ce récit fantastique. Je n’ai plus qu’à m’acheter le tome 2 ^^

 

FacebooktwitterinstagramFacebooktwitterinstagram

Laisser un commentaire