Le coeur et le sabre d’Olivier Gay : Magie et duel à l’épée en plein Paris

FacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail
image_pdfImprimer cet article en pdf
Après avoir découvert la plume d’Olivier Gay dans Faux frère, vrai secret, j’étais intriguée de découvrir un nouveau roman de cette auteur. Comme je ne suis pas vraiment dans une période fantasy, je n’ai pas voulu commencer l’épée de glace ou la main de l’empereur. Du coup, j’ai été ravie d’être choisie sur NetGalley pour recevoir et chroniquer la magie de Paris tome 1 : le cœur et le sabre ! Super opportunité de continuer à découvrir la plume (et l’humour) de cet auteur dont j’ai beaucoup entendu parler.

La magie de Paris tome 1 : le cœur et le sabre d’Olivier Gay paru chez Castelmore


Chloé, élève en seconde, assiste un jour par hasard à un combat à l’épée
entre Thomas, un élève d’une autre classe qu’elle connaît à peine, et
une sorte de démon. L’adolescente tente d’intervenir mais est blessée et
perd connaissance. A son réveil, la créature est morte et Thomas lui
explique qu’il est un mage et que sa mission est de repérer et fermer
les failles vers le monde des démons.

Chloé est une ado comme les autres… enfin presque… avec son 1m83, sa carrure assez imposante, elle est une ado légèrement mal dans sa peau. Ses parents sont divorcés et Chloé vit avec sa mère… une mère plutôt absente et démissionnaire qui n’est pas d’un grand support pour sa fille unique. Mais Chloé a deux amies sur lesquelles elle peut compter et c’est également une sportive accomplie. Ses entrainements d’escrime intensifs lui donnent une chance de remporter les championnats régionaux auxquels elle va bientôt participer. C’est cependant au cours d’un de ses entrainements que l’univers de Chloé va entrer en collision avec celui de la magie de Paris et que son destin va se lier à celui de Thomas. A partir de là, la vie de Chloé s’éloigne radicalement de la vie d’une lycéenne banale… et elle va devenir une Mousquetaire !


La plume d’Olivier Gay est vraiment efficace et immersive. Il nous peint
un Paris connu mais aussi plein de surprises… tout en réinventant le livre de cape et d’épée. Chloé
découvre un univers de magie où les combats se font aussi bien à coup de sorts que de rapières. J’adore l’image de la lycéenne escrimeuse qui combat les malandrins pour défendre son magicien et ses amis… mais je ne vous en dirais pas plus 😉 En tout cas, une belle description des frustrations de l’adolescence et de ces émois tout en restant vraiment grand public pour un livre YA d’urban fantasy. Et puis, Olivier Gay sait ménager ses effets : la fin de ce tome 1 m’a totalement prise par surprise !

Je pouvais aller me coucher bien tranquillement, mais il était tôt et je n’avais pas sommeil.
Je pouvais réviser mon cours d’économie, mais il était tard et je n’avais pas envie.
Je pouvais attendre ma mère, mais elle ne rentrerait sans doute pas cette nuit, trop occupée à roucouler avec le gars qu’elle venait de rencontrer.
Ou alors, je pouvais retrouver la personne à l’origine de tous mes ennuis et obtenir enfin des réponses à mes questions.
Posé comme ça, le problème était simple.
Telle un ninja des enfers, je roulai en boule des draps sous ma couette pour laisser penser à la forme d’un corps. J’avais vu ça dans un film et ça avait marché, alors pourquoi ca ne fonctionnerait pas pour moi ?

L’auteur nous offre un premier tome, pour cette nouvelle série, court mais très rythmé qui fait de son roman un vrai page turner que l’on a du mal à lâcher. Une héroine hors norme par « sa normalité ». Ben oui, vous en connaissez beaucoup des héroïnes de roman grande et bien charpentée, lycéenne ordinaire, star du cours d’escrime de son lycée ? Chloé est un personnage attachant par son coté ado un peu gauche mais résolument contemporain. Comme c’était déjà le cas dans Faux frère, Vrai secret, Olivier Gay nous offre ici un roman plein d’humour avec beaucoup de petites références tout au long du récit. L’auteur mentionne aussi bien Dragon Ball, One puch man, Fairy Tail que le Seigneur des anneaux ou Star Wars… Perso, ça me plait toujours beaucoup de retrouver ce genre de petites références de l’imaginaire dans les récits d’urban fantasy, je trouve que ça donne un aspect réel qui permet encore plus de s’immerger dans le récit comme si on y était !

Le plus drôle, c’était que j’avais désormais l’impression de faire partie d’un épisode tourné pas Georges Lucas. Après tout, mon sabre pouvait tout aussi bien être laser, et les pouvoirs de Thomas pouvait se rapprocher de la force. Non ?
Non. Bon.
-En tout cas, ils ont choisi un super acteur pour interpréter Kylo Ren. J’adore cet acteur, il est vraiment expressif.
– Moi, chaque fois que j’entends son nom, je pense « quiche lorraine », ça me casse tout, répondit Célia.

L’histoire est bien menée, sans être hyper originale, elle apporte tout de même une certaine fraicheur au récit sur la magie avec son coté bataille de sabre sur les toits de Paris. Ce premier tome ne fait qu’effleurer ce monde de magie pour nous mettre l’eau à la bouche… vivement les tomes suivant pour en apprendre plus sur ce qui oppose les mages et les goules… et le commun des mortels.

Franchement, ce roman se lit (presque) tout seul, c’est un vrai feel good book ! J’ai beaucoup aimé me retrouver à Paris aux pieds de la Tour Eiffel en compagnie de Chloé dans un roman YA d’urban Fantasy qui a tout du roman de capes et d’épées moderne, et où la mousquetaire est un lycéenne d’1m83 douée en escrime ! C’est frais et drôle, bien rythmé pour ne pas s’ennuyer avec des personnages attachants… et de la magie. Le roman idéal pour passer un bon moment… et piétiner ensuite en attendant la suite 😉

FacebooktwitterinstagramFacebooktwitterinstagram

2 thoughts on “Le coeur et le sabre d’Olivier Gay : Magie et duel à l’épée en plein Paris

    1. C'est une bonne petite lecture pour se changer les idée et qui met le sourire aux lèvres 😉
      Du coup j'aimerai bien découvrir la série le noir est ma couleur je pense que j'accrocherai bien ^^

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :