Miro Hetzel de Jack Vance : Aux confins de la SF et du polar

FacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail
image_pdfImprimer cet article en pdf
Avant de me lancer dans la lecture de Miro Hetzel, je connaissais déjà Jack Vance à travers deux sagas lues quand j’étais ado : le cycle de Tschaï et celui de Cugel l’Astucieux. J’étais donc curieuse de découvrir ce nouveau personnage et de me retrouver dans les univers si dense et travaillés de Jack Vance. Merci à Masse Critique Babelio et à Le Belial’ pour m’avoir permis de découvrir ce recueil.

Dans ce livre sont regroupés deux nouvelles assez longues (comme quoi il n’y a pas que Peter F. Hamilton pour faire une nouvelle de plus de cent pages 😉 ), ayant pour personnage principal Miro Hetzel, effectueur galactique. Ces deux nouvelles, l’une d’environ 150 pages et la seconde de 80 pages, sont regroupés pour la première fois dans un seul recueil dont la couverture réalisée par Nicolas Fructus, rend un bel hommage aux univers hauts en couleur de Jack Vance.

Miro Hetzel est un effectueur galactique, à savoir un enquêteur privé
roublard doté d’un sens tout personnel de la légalité. Il est aussi le
plus parfait des gentlemen, l’élégance personnifiée, l’idéale
incarnation d’un tempérament aussi éclatant que maîtrisé. À vrai dire,
de tous les effectueurs que compte l’Étendue Gaéane, Miro Hetzel est
assurément le meilleur. D’où ses tarifs exorbitants — une notion toute
relative, ne manquerait-il sans doute pas de remarquer. Et le caractère
pour le moins retors des missions qui lui sont confiées. Missions qui le
conduisent bientôt sur Maz, planète où humains, liss et olefract se
partagent le pouvoir pendant que le peuple gomaz, natif des lieux,
s’entretue à coups de guerres rituelles séculaires. Puis sur Thesse, en
quête d’une ancienne connaissance à l’envergure inattendue…

Se replonger dans de la SF « à l’ancienne » quelque part ça me rend assez nostalgique… Mes premières découvertes SF étant ado ce fut avec Asimov, Vance, Van Vogt et Hamilton (Edmond par Peter) et il n’y a pas à dire, c’est un style d’histoire et d’écriture que je ne retrouve pas dans les récits SF récents. Alors ouvrir Miro Hetzel et retrouver la plume de Jack Vance avec ses univers denses et complexes, c’est très dépaysant !

Dans ces deux nouvelles, nous suivons le même personnage : Miro Hetzel, effectueur galactique. Une appellation qui regroupe les caractéristiques aussi bien du détective privé que du chasseur de prime, qui navigue à la limite de la légalité pour ses clients. Jack Vance a donné à son personnage un petit quelque chose du gentleman anglais naviguant avec aisance parmi les étoiles. Sans faste et sans flagornerie, Miro Hetzel se déplace à travers des mondes étranges où l’humanité n’est qu’une des milliers d’espèces connues.

Sa première enquête : L’agence de voyage de Terrier emmènera notre effectueur galactique sur Maz, planète aux confins de trois territoires : humain, Liss et Olefract, afin d’enquêter sur la société Instagam (j’ai lu Instagram tout le long de la nouvelle 😉 ) spécialisée en micronique, est en passe de ruiner ses concurrentes grâce à des prix extrêmement bas que les représentants des autres sociétés ne s’explique pas. La piste mène donc Miro Hetzel sur la peu attirante planète Maz, se trouvant sous une autorité trine, et abritant une population d’autochtones réunis en tribus engagées dans des guerres éternelles. Le paysage est installé, le lecteur va pouvoir suivre notre effectueur à travers ce monde si étranger au notre. Jack Vance est passé maitre dans l’art de faire ressentir au lecteur l’étrangeté qui se dégage de ses mondes, on se sent déplacé avec un léger sentiment de malaise devant tant d’incroyable rencontre.
Sa seconde enquête : Le tour de Freitzke est plus personnelle pour Miro Hetzel puisqu’elle va le mener sur la trace d’un de ses anciens camarades de classe. Encore une fois, nous voilà transporté entre l’ancienne terre et les planètes Sœurs de l’étoile de Jingkens, toujours dépaysant. Cette course poursuite à rebours dans le temps nous présente une nouvelle plus rythmée que la première et assez cocasse quant à son dénouement.

Ce recueil fut une lecture très plaisante, Jack Vance maitrisant aussi bien le planète opéra que le bon vieux style policier. Son personnage de Miro Hetzel est des plus intéressant dans sa simplicité et sa transparence, ce n’est pas le personnage le plus marquant de prime abord mais qui finit par marquer les pages par son charisme et son efficacité. Sans s’en rendre compte, on s’attache très facilement à ses pas pour le suivre sur des mondes curieux en toute confiance. Je retrouve un peu du personnage d’Agatha Christie : Parker Pyne dans celui créé par Jack Vance… on pourrait modifier l’annonce de celui-ci pour qu’elle colle à notre effectueur galactique :

Êtes-vous satisfait ?
Dans le cas contraire consultez
Mr Miro Hetzel, effectueur galactique.

On retrouve le goût du secret des personnages de la romancière lors de l’enquête pour faire monter l’attente du lecteur jusqu’au dénouement final où tous les protagonistes sont regroupés. Jack Vance reprend tous les critères d’un bon policier pour l’adapter à une enquête transplanétaire.
Au final, Jack Vance, en maitre du planète opera, nous présente des mondes étranges et mystérieux, comme toile de fond à son personnage digne d’Agatha Christie : mélange réussi ! Une lecture très agréable où la SF rejoint le polar. Deux nouvelles transgalactiques pour des enquêtes efficaces sur un fond SF particulièrement riche (comme
toujours) qui permettent de découvrir l’auteur autrement, une belle rencontre avec ce recueil de nouvelles !

FacebooktwitterinstagramFacebooktwitterinstagram

4 thoughts on “Miro Hetzel de Jack Vance : Aux confins de la SF et du polar

    1. C'est vrai que c'est sympa, j'avais bien aimé ce style avec Asimov et son cycle des robots. Et puis ce recueil se lit vite, les nouvelles ne sont pas très longues 😉

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :