Cyberland de Li-Cam : un récit intelligent et humaniste

FacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail
image_pdfImprimer cet article en pdf
Après avoir lu la superbe chronique de What about a dragon ? sur le livre Cyberland de Li-Cam, j’ai eu très envie de découvrir cette autrice via ce recueil de nouvelles dans le style cyberpunk. Un petit tour aux Rencontres de l’Imaginaire à Sèvres et hop me voici avec mon exemplaire. Après une lecture qui m’a captivé, je vais essayer de vous faire au mieux partager mon ressenti dans ma chronique.

Ici le destin se décide œil pour œil, dent pour dent.
Tu ne te copieras point en dehors des Terres Parallèles.
Tu ne convoiteras pas le fichier d’autrui.
Tu ne formateras pas hormis pour sauver le système.

< Saïd in Cyberland
Asulon
Simulation Love />

Ce recueil se compose de trois nouvelles de la plus longue Saïd in Cyberland, à la plus courte Simulation Love… ces trois nouvelles (ou plutôt un court roman pour la première) se situent dans le même univers et se complètent. 
Dans un proche avenir, un scientifique fait une découverte qui bouleverse l’Internet tel que nous le connaissons. Internet a évolué vers une infosphère qui permet maintenant aux utilisateurs de s’immerger complètement dans un univers virtuel baptisé Cyberland. Cette révolution amène des bouleversements à l’échelle planétaire et au pouvoir un parti politique digne de 1984 ou V pour Vendetta : Le Diktrans. Réflexe de défense typique de l’humanité devant l’inconnu. A partir de là, tous les utilisateurs de Cyberland, ainsi que les moindres contestataires de ce nouveau régime seront pourchassés, arrêtés puis enfermés dans la prison Asulon créée spécifiquement pour eux et totalement coupées de Cyberland.
La première partie de ce recueil, Saïd in Cyberland nous propose de suivre cinq adolescents envoyés dans Cyberland par le Diktrans pour le détruire. Décrit comme une quête et s’adressant directement au lecteur, ce récit sur la recherche de soi et l’acceptation est particulièrement poignant.
La deuxième nouvelle Asulon, se déroule dans la prison du même nom. Dans ce lieu, construit par le Diktrans, sont enfermés tous les dissidents au régime : cybernautes comme philosophes sans distinction… mais ce lieu est-il vraiment une prison ?
La troisième nouvelle, Simulation Love, très courte, traite des rapports intimes dans le Cyberland.

Dans sa forme, Cyberland est d’une originalité intriguante avec ses différents niveaux de narrations mais dans le fond, sa richesse se situe au niveau de la vision que développe l’autrice, entre SF et philosophie, sur le devenir de l’humanité. Li-Cam se penche sur des sujets vastes mais de façon pertinente : l’intelligence artificielle, son évolution, sa place au sein de la société humaine, le transhumanisme, Dieu, l’acceptation de soi et l’héritage que l’Humanité laissera à ses enfants, ce qui fait de Cyberland un texte entre le cycle des robots d’Asimov, Hypérion de Dan Simmons et 1984 (avec une touche de Fahrenheit 451 de Ray Bradbury). Soyons juste, Cyberland n’est pas un récit « facile » à lire mais c’est un texte qui marque pas son intelligence et la réflexion très perspicace qui en ressort.

<Bientôt les différences entre les hommes et les machines disparaitront ! On ne saura plus où finit l’homme et où commence la machine. Il n’y aura plus qu’un seul monde, qu’un seul peuple > cosphérai-je à mon amie Louise.
<Et les hommes et les machines vivront enfin en paix…> répondit-elle.
<Le métissage est le meilleur garant contre l’intolérance.> ajouta l’Original.

Li-Cam nous propose un récit passionnant et tellement d’actualité que s’en est parfois troublant : l’intelligence artificielle et l’impact qu’elle aurait sur nos vies font partie des thèmes dont les journalistes nous rabâchent les oreilles tout en étant incapable de voir plus loin que le seul « les robots vont prendre notre travail ». Cependant, tout en nous parlant IA, Cyberland est avant tout une réflexion sur l’Humanité.  Avec des dialogues à la fois subtils et profonds, l’autrice nous entraine dans l’infosphère où nous nous retrouvons fasse à nous même, à notre futur et à nos limites tout en nous poussant à entrevoir le meilleur de ce que l’Humanité peut offrir. Une immersion vers un futur possible et peut être pas si lointain où l’Homme se demande qu’elle sera son héritage.

C’est surement le lot de tout créateur de voir un jour son œuvre lui échapper. C’est par contre assez rare que des créations disparaissent avant leur créateur, l’inverse étant plus naturel, car les écrits sont censés rester… et les hommes passer.
Pourquoi se bat-on sinon dans l’espoir de construire un monde meilleur pour nos enfants ?
Faire disparaitre le fruit de l’esprit, quel qu’il soit, c’est amputer la conscience des générations à venir, c’est brader leur futur pour assurer le présent.

Ce livre est pour moi une vraie réussite, incitant à la réflexion sans chercher à être moralisateur, il nous pousse doucement à nous poser des questions sur le futur de l’Humanité : son héritage et où nous mène nos réactions face à la peur de l’inconnu. Un récit d’anticipation qui nous percute et qui m’a personnellement passionné. Une lecture immersive pour une récit cyberpunk particulièrement réussi !

Ici le destin se décide œil pour œil, dent pour dent.

FacebooktwitterinstagramFacebooktwitterinstagram

7 thoughts on “Cyberland de Li-Cam : un récit intelligent et humaniste

    1. Oui c'est vrai que c'est un style que l'on voit peu dans les nouvelles parutions. En tout cas celui-là est une réussite 😉

  1. Je suis intriguée et intéressée par le contenu. Les mots de l'autrice me semblent très justes et percutants, et propices à une bonne réflexion.
    J'aime bien ça.
    Merci pour la découverte! 🙂

    1. C'est exactement ca ! Les mots choisis et les idées développées sonnent particulièrement justes, ce qui en fait un texte très fort !

    1. Ah mon avis il est assez à l'antipode de Station : La Chute mais j'ai trouvé les thèmes abordés par Cyberland très justes et le récit particulièrement bien construit 😉

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :