Destinée de Benedict Jacka : premier tome de la série Alex Verus

FacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail
image_pdfImprimer cet article en pdf
Lors de la dernière Masse Critique Babelio, j’ai eu l’occasion de voir que la série Alex Verus de Benedict Jacka avait été traduite et éditée en France par les éditions Anne Carrière. Comme Lianne du blog De livres en livres m’en avait beaucoup parlé, j’ai été ravie d’être sélectionnée pour recevoir le premier tome.

Alex Verus vit à Londres et il est devin. Il peut voir le futur comme un
faisceau de probabilités. Pour le commun des mortels, c’est un don
impressionnant, mais pour les autres mages, c’est le bas de l’échelle
des arts occultes. De toute façon, Alex a tourné le dos à cette
confrérie. Trop de rivalités, de secrets, de complots, trop de morts… Sa
seule ambition est de mener une existence sans histoires, caché dans sa
petite boutique d’accessoires pour magiciens amateurs. Dans
l’arrière-salle, il continue à faire un peu de marché noir, c’est risqué
mais le commerce des vrais objets magiques lui permet de payer le
loyer.

Quand une relique puissante échoue entre ses mains, il se retrouve la
proie des forces auxquelles il avait essayé d’échapper, forcé de choisir
un camp dans une bataille qui le dépasse.

Voir le futur n’est pas toujours drôle, surtout quand le sien semble à ce point compromis.

Une nouvelle série dans laquelle je me suis lancée avec entrain !

Alex Verus est devin. Il appartient à un monde de magie que l’on pourrait décrire comme étant un vrai panier de crabe. Dans ce monde, tout est dominé par la force, ou plutôt la puissance magique. Ceux qui sont trop faibles pour se défendre, ou mieux attaquer, ont tendance à finir sous la domination des autres. En tant que devin, Alex Verus a un talent certain mais n’est clairement pas un mage puissant, sachant qu’en plus il a un différent avec le conseil des mages, il est plutôt aux bancs du monde magique de Londres. Et Alex ne demande qu’une chose : qu’on l’y laisse ! Le problème c’est que les choses se passent rarement comme on le voudrait, c’est bien connu. Dans le cas d’Alex, c’est sous la forme d’un importante relique magique retrouver par le conseil que la catastrophe va arriver. Car un devin est nécessaire pour pouvoir s’emparer de l’artefact magique et Alex va alors devenir le point de convergence de toutes les forces magiques voulant s’en emparer. Le tout va être d’en réchapper.

C’était une journée calme, et j’étais tranquillement en train de lire derrière le comptoir, scrutant l’avenir.
Il
n’y avait que deux clients dan la boutique. Le premier était un
étudiant, la chevelure en bataille, qui jetait nerveusement des coups
d’œil par-dessus son épaule. Il se tenait près du rayon des herbes et
des poudres et avait déjà fait son choix depuis dix bonnes minutes sans
trouver le courage de venir me parler. Le second était un ado en T-shirt
Linkin Park qui avait repéré une boule de cristal mais attendait que le
premier soit parti pour passer à la caisse.

Une bonne mise en bouche

Ce premier tome de la série Alex Verus : Destinée est un tome d’introduction. On sent que l’auteur cherche à nous donner une vision de l’univers magique dans lequel évolue son personnage principal : des clés sur l’histoire de la magie et sur les factions en présence. Et pourtant, j’ai très bien accroché à cette première immersion où j’ai trouvé que l’auteur nous présentait un récit avec du rythme, du mystère et surtout un héros à taille humaine. En effet, Alex Verus a tout du genre anti-héros, il n’a pas des pouvoirs démentiels mais il est assez débrouillard et rusé pour se sortir (au moins la plupart du temps) de situations que l’on pourrait qualifier de « compliquer ». Surtout que le monde magique dans lequel il évolue est plutôt sans merci. Un monde dominé par les mages les plus forts mais qui ne protège que ceux faisant parti de leur monde et où les novices sont aussi bien des élèves que des esclaves. Le passé de notre héros est donc assez sombre, même si l’auteur ne nous en montre que des prémices dans ce premier tome.

La plume de Benedict Jacka sans être extraordinaire est plaisante à lire. Il arrive d’ailleurs très bien à utiliser les pouvoir de son personnage pour dynamiser son récit. En tant que devin, Alex a appris à voyager à travers l’infini des possibilités que représente chaque décision prise pour prédire l’avenir avec précision. Le pouvoir n’est pas banal et l’auteur l’utilise très bien dans le déroulé de l’histoire pour nous servir surprises et autre retournement de situation.

J’ai entrepris de passer en revue les futurs un à un, dans le but
d’identifier celui où je parviendrai à forcer la statue sans activer
l’élémentaire de foudre. C’était un processus lent et laborieux, et le
temps filait tandis que je restais là, debout, à trier tous ces
possibles qui n’en finissait pas de basculer, de changer, dans l’espoir
de dénicher le bon. J’ai dû en visionner plus de mille, peut être deux
ou trois mille, en essayant tous les objets, toutes les actions, toutes
les combinaisons de sorts imaginables. Avec toujours la même conclusion.

Série, vous avez dit série ?

La série est présentée par les éditions Anne Carrière comme une série YA et franchement que ça ne vous rebute pas. Pour moi, avec son univers rude et un personnage principal du genre cynique, cette série serait très bien dans le rayon fantasy adulte d’une librairie. Pour le moment la série est composé de 9 tomes sorties en VO (grosso modo l’auteur en publie un par an), 2 tomes en VF et la série devrait compter 12 tomes au final. Mais là rien n’est moins sur, si la série continue à bien fonctionner, il pourrait y en avoir plus.

Au final, un très bon moment de lecture ! Un début de série qui me plait beaucoup : les personnages ont beaucoup de potentiel et l’univers magique présenté n’est pas tout beau tout gentil ce qui le rend plutôt attirant. Je pense que l’auteur nous réserve des aventures rythmées avec un Alex Verus toujours capable de sortir un jocker de sa manche au bon moment. Une série qui commence bien et augure de très bonnes lectures pour la suite !

  

FacebooktwitterinstagramFacebooktwitterinstagram

6 thoughts on “Destinée de Benedict Jacka : premier tome de la série Alex Verus

  1. Je suis contente de voir que ça t'as plu !
    En effet cette série n'a rien de YA, le personnage principal à bien 27 ans il me semble, il est adulte et possède son propre commerce. En plus l'univers devient de plus en plus sombre au fur et à mesure.

    Je pense que la dénomination YA est juste la parce que l'éditeur n'édite quasiment jamais d'imaginaire sauf quand c'est du jeunesse, donc il a fait passé ça pour attirer le public qui le connait, peu importe si c'est vrai ou pas.

    1. Je peux comprendre, mais c'est dommage de limiter le public de cette série.
      En tout cas super lecture, j'ai hâte de voir comment va évoluer l'histoire 😉

  2. Voilà qui peut être sympa ! Mais encore 12 livres à lire ? qui ne seront pas forcément tous édités en France… ça se réfléchit !

  3. Ça a l'air sympa mais j'essaye d'être raisonnable et d'éviter de me lancer dans des sagas non finies!

    1. Yep, surtout qu'elle pourrait se prolonger… Bon après ce premier tome se lit très bien comme un one-shot si l'on veut 😉

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :