Uchronie : 5 livres lus – 5 livres à découvrir

FacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail
image_pdfImprimer cet article en pdf
Je continue ma petite série d’articles dans laquelle je voudrais vous faire
partager ces styles littéraires que j’affectionne et pour cet article je vais vous
parler Uchronie. Un style que j’ai appris à apprécier avec des lectures assez récentes mais que j’ai découvert il y a une quinzaine d’années avec Fatherland de Robert Harris. Je ne vous
ferais pas ici une présentation complète de ce style et de ses
caractéristiques car d’autres le font très bien, je vous partage donc
l’article du Culte d’Apophis sur  Comprendre les genres et sous-genres des littératures de l’imaginaire : Hors-série – Voyages dans le temps, uchronies, mondes parallèles et Portal Fantasy

En résumé et toujours suivant l’article d’Apophis, ce qui caractérise le style uchronique c’est un univers où l’histoire a suivi un cours
différent : la Confédération a vaincu / a survécu à la Guerre de
Sécession, Hitler domine le monde en cette année 1964, l’Empire Romain
est toujours la puissance majeure en ce début de 21ème siècle, et ainsi
de suite. L’événement qui crée l’uchronie est appelé Point de divergence : avant ce point, l’histoire de l’univers uchronique est la même que la nôtre, après, elles sont plus ou moins différentes.

En littérature, il peut se présenter quatre cas :
  • L’action se passe dans l’uchronie,
    qui est le monde « normal » pour ceux qui y vivent, et longtemps après
    le Point de divergence. Seul le lecteur sait qu’il ne s’agit en fait que
    d’une variation de la « vraie » Terre, à savoir la nôtre, les habitants
    du monde uchronique n’ont pas conscience de vivre dans une variante de
    la « véritable » histoire. Éventuellement, un autre facteur interne à
    l’univers peut établir les différences (par exemple, dans Le Maître du haut-Château,
    le livre de fiction du même nom décrit une situation où l’histoire
    s’est, pour le coup, déroulée comme la nôtre, et où la Seconde Guerre
    mondiale ne s’est pas soldée par une victoire germano-japonaise).
  • L’uchronie se crée « en direct »
    : les événements du livre servent à montrer le Point de divergence et
    ses conséquences immédiates. Les protagonistes n’ont pas conscience du
    fait qu’ils vivent dans une variation uchronique de la « vraie »
    Histoire, seul le lecteur l’est.
  • Le monde que connait le protagoniste du roman se transforme en uchronie, mais il en a conscience : suite à un voyage dans le temps, un accident ou une manipulation délibérée a perturbé la
    ligne temporelle, et lorsque le voyageur temporel rentre à son époque,
    tout à changé, le monde qu’il connaissait s’est transformé en une
    variation uchronique (et en général bien glauque). C’est le cas, par
    exemple, dans un des textes du cycle de La Patrouille du Temps de Poul Anderson.
  • L’uchronie et le monde « normal » co-existent en parallèle : c’est la situation qu’on trouve majoritairement dans la SF à mondes parallèles.

Ces récits uchroniques que j’ai adoré lire

1. Mes vrais enfants de Jo Walton : l’uchronie humaine

Ce livre a été mon ENORME coup de cœur de 2017. La plume et l’humanité de Jo Walton rend ce livre vraiment extraordinaire. Une uchronie douce et parfois amère où chaque personnage apporte sa pierre au récit pour créer une fresque émotionnelle extraordinaire. Vous l’aurez compris, j’ai pleuré comme une madeleine à la fin.
Née en 1926, Patricia Cowan finit ses jours dans une maison de retraite.
Très âgée, très confuse, elle se souvient de ses deux vies. Dans l’une
de ces existences, elle a épousé Mark, avec qui elle avait partagé une
liaison épistolaire et platonique, un homme qui n’a pas tardé à montrer
son véritable visage. Dans son autre vie, elle a enchaîné les succès
professionnels, a rencontré Béatrice et a vécu heureuse avec cette
dernière pendant plusieurs décennies. Dans chacune de ces vies, elle a
eu des enfants. Elle les aime tous… Mais lesquels sont ses vrais enfants
: ceux de l’âge nucléaire ou ceux de l’âge du progrès? Car Patricia ne
se souvient pas seulement de ses vies distinctes, elle se souvient de
deux mondes où l’Histoire a bifurqué en même temps que son histoire
personnelle. 

2. Espérer le soleil de Nelly Chadour : l’uchronie vampirique
Je vous en ai parlé il y a peu, ce livre a été un coup de cœur pour moi. J’ai adoré l’univers sombre, la note d’urban fantasy ajoutée à l’uchronie du récit avec également une touche post-apo, bref tous les critères pour que j’apprécie énormément ce livre.

Ma chronique : Espérer le soleil de Nelly Chadour

La Grande Peste Noire. Le Grand Incendie. Le Blitz orchestré par les
nazis. La Bombe de Staline… Londres a survécu à tout. En 1951, isolée
dans la gangue glacée de la nuit nucléaire, la cité millénaire et ses
habitants tentent de vivre comme avant. Malgré les radiations, les
Rôdeurs de la Nuit, et eux-mêmes.


Quand des enfants de quartiers pauvres sont enlevés par une étrange
entité aux yeux incandescents, les tensions éclatent et les destins
s’entrecroisent. Ainsi Vassilissa, vampire russe obligée de traquer ses
semblables sous les ordres des autorités britanniques ; Satinder, jeune
fille sikhe qui n’a pu empêcher la disparition de ses petits frères ;
Jaime, ancien résistant espagnol désormais voué au crime organisé ou
Gwen, belle héritière blessée au plus profond de sa chair et de son âme.
Sous l’objectif du photographe américain Arthur Smitty se succèdent
émeutes et révoltes d’une population dont le rêve impossible est de
revoir le soleil une dernière fois.

3. La tétralogie Origines de Stéphane Przybylski : l’uchronie historique


Je n’ai lu que les deux premiers tomes de la tétralogie mais  j’aime énormément la plume de Stéphane Przybylski et son récit historique très détaillé entre aventures à la Indiana Jones et roman d’espionnage, l’auteur nous trace une fresque historique où la touche de SF est juste passionnante.

Mes chroniques : le château des millions d’année, le marteau de Thor.

 Juin 1939. Heinrich Himmler diligente une mission archéologique en Irak
dans le but officieux de s’allier les populations locales afin de saper
l’influence britannique et préparer l’avènement d’un nouvel ordre
mondial. Au sein de cette expédition qu’il dirige en sous-main,
l’officier SS Friedrich Saxhäuser. Héros de la Grande Guerre, agent
naviguant dans les eaux troubles des divers services de renseignement du
Reich, ce soldat hors normes a lié son destin à celui d’Adolf Hitler
depuis le putsch manqué de Munich en 1923. Or, dans la vallée d’un
affluent du Tigre, Saxhäuser met bientôt au jour l’impensable, une
découverte si vertigineuse qu’elle pourrait bien changer la donne dans
le conflit qui s’annonce. Mais encore faut-il pouvoir acheminer pareille
trouvaille jusqu’en Allemagne. Et d’ailleurs, Saxhäuser le veut-il
vraiment ?

4. Le maitre du Haut Château de Philip K. Dick : le classique de l’uchronie


J’ai mis très longtemps à lire ce classique de l’uchronie, tout simplement parce que je trouve qu’il faut choisir le bon moment pour lire cet auteur. Mais une fois le bon moment arrivé, je trouve qu’il se lit d’une traite. L’idée est vraiment intéressante, les forces de l’axe ont gagné la 2nde GM et se sont partagées les USA : c’est très prenant mais !

 Ma chronique : Le maitre du Haut Château de Philip K. Dick

En 1947 avait eu lieu la capitulation des alliés devant les forces de
l’axe. Cependant que Hitler avait imposé la tyrannie nazie à l’est des
Etats-Unis, l’ouest avait été attribué aux japonais.
Quelques années plus tard la vie avait repris son cours normal dans la
zone occupée par les nippons. Ils avaient apporté avec eux l’usage du
Yi-King, le livre des transformations du célèbre oracle chinois dont
l’origine se perd dans la nuit des temps. Pourtant, dans cette nouvelle
civilisation une rumeur étrange vint à circuler. Un homme vivant dans un
haut château, un écrivain de science-fiction, aurait écrit un ouvrage
racontant la victoire des alliés en 1945… 

5. New Byzance de Eric Corbeyran et Eric Chabert : l’uchronie dessinée


Une BD de SF atypique avec, à la base trois univers uchroniques (qui ont fait des petits depuis). Pour New Byzance ce sont les attentats du 11 Septembre qui sont le point de départ de la divergence temporel, et on se retrouve en pleine utopie fondamentaliste aussi bien religion que nouvelle société, un univers moyen oriental dans lequel une course poursuite se dessine.
  

 Zack Kosinski est un prescient, capable de voir d’autres réalités
par-delà la nôtre, capable de vivre sur d’autres “Terre”, parfaitement
similaires à la nôtre, mais qui ont parfois évolué de manière
subtilement différente… New Byzance : depuis les attentats de
septembre 2001, le capitalisme a été balayé du paysage politique. Ben
Laden est considéré comme un libérateur. Et ses adeptes ont installé
l’Utopie fondamentalisme, qui régit depuis plus de 200 ans
l’organisation des principales nations occidentales et asiatiques. Une
organisation rigoriste et sévère, où les femmes n’occupent plus le
moindre rôle d’importance et où la police est omniprésente. Dans ce
monde verrouillé, terriblement ordonné mais paradoxalement paisible,
Zack exerce ses fonctions de prescient d’une bien étrange manière…
Chargé de projeter dans l’esprit de ceux qui sont soupçonnés de crime
par la pensée, des rêves agissant comme une sorte d’électrochoc, il
reconfigure ainsi mentalement tout contestataire de l’Utopie
Fondamentaliste. Zack est donc un rouage essentiel du système. Jusqu’où
jour où on lance un mandat de recherche contre lui pour une raison
inconnue. Le prescient n’a alors plus qu’à se jeter sur les chemins de
la clandestinité. Et pour la première fois de sa vie affronter
l’inconnu… Sa cavale l’amène à rencontrer Emily, une jeune femme qui a
abandonné le foyer conjugal au moment où elle allait être défigurée à
l’acide par son époux. Elle venait en effet d’apprendre les écarts
conjugaux de ce dernier et risquait potentiellement de lui porter
préjudice…

Illustration de Philippe Buchet pour la BD Le jour J

Ces livres uchroniques que j’en envie de découvrir

1. Le baron noir d’Olivier Gechter

Paris, 1864, la France domine l’Europe, le progrès semble sans limites.
Portés par la puissance de la vapeur, la capitale et le pays tout entier
se sont développés. Dans cette France dirigée par le président
Bonaparte, Antoine Lefort est un jeune magnat influent de l’industrie
florissante. Il est aussi le mystérieux Baron noir, justicier et
protecteur de la nation. Dans la nuit rôde un héros en armure…
Accompagné du dévoué Albert, de son ami ingénieur Clément Ader et de
l’inventeur fou Louis-Guillaume Perreaux, Antoine Lefort devra déjouer
les nombreuses machinations qui se trament dans l’ombre s’il veut
empêcher la destruction de son pays et de tout ce en quoi il croit.
Anarchistes, maître-espion et tueuse féline au fouet d’acier, tous
oeuvrent à l’anéantissement du héros en armure.

2. Rêve de gloire de Roland C. Wagner

Le 17 octobre 1960 à 11 h 45 du matin, la DS présidentielle fut prise
sous le feu d’une mitrail­leuse lourde dissimulée dans un camion à la
Croix de Berny. Le Général décéda quelques instants plus tard sur ces
dernières paroles : «On aurait dû passer par le Petit-Clamart. Quelle
chienlit…»

De Gaulle mort, pas de putsch des généraux, pas d’OAS, pas d’accords
d’Évian, pas de réfé­rendum, et Alger reste française. De nos jours, à
Alger, l’obsession d’un collec­tionneur de disques pour une pièce rare
des années soixante le conduit à soulever un coin du voile qui occulte
les mystères de cette guerre et de ses prolongements… 
3. Rêve de fer de Norman Spinrad
Et si, écœuré par la défaite allemande en 1918, Adolf Hitler avait
émigré aux Etats-Unis ? S’il s’était découvert une vocation d’écrivain
de science-fiction ? S’il avait rêvé de devenir le maître du monde et
s’était inspiré de ses fantasmes racistes et belliqueux pour écrire « Le
Seigneur du Svastika », un roman couronné par de prestigieux prix
littéraires ? Étonnante uchronie et terrifiante parodie, « Rêve de fer »
est une dénonciation sans appel et sans ambiguïté du nazisme.
4. Hamlet au paradis de Jo Walton (tome 2 de la trilogie du subtil changement)
Londres. 1949. Viola Lark a coupé les ponts avec sa noble famille pour
faire carrière dans le théâtre. Quand on lui propose de jouer le
rôle-titre dans un Hamlet modernisé où les genres ont été chamboulés,
elle n’hésite pas une seconde. Mais l’euphorie est de courte durée, car
une des actrices de la troupe vient de mourir dans l’explosion de sa
maison de banlieue. Chargé de l’affaire, l’inspecteur Carmichael de
Scotland Yard découvre vite que cette explosion n’est pas due à une des
nombreuses bombes défectueuses du Blitz. Dans le même temps, Viola va
cruellement s’apercevoir qu’elle ne peut échapper ni à la politique ni à
sa famille dans une Angleterre qui embrasse la botte allemande et rampe
lentement vers un fascisme de plus en plus assumé.
5.  SS-GB de Len Deighton

Novembre 1941. Depuis la capitulation de la Grande-Bretagne, l’armée
allemande et sa bureaucratie tentaculaire ont pris possession du pays
tout entier.
À Scotland Yard, le commissaire principal Douglas Archer, qui a perdu sa
femme pendant les derniers bombardements, poursuit sans enthousiasme
son travail sous les ordres du Gruppenführer Fritz Kellerman.
Lors d’une enquête de routine sur la mort d’un antiquaire, il découvre
l’existence d’étranges tractations entre l’armée allemande et des
membres influents de la Résistance. Quand le Standartenführer Huth, un
proche de Himmler, arrive expressément de Berlin pour superviser
l’enquête, Archer comprend qu’il a mis le doigt sur quelque chose de
bien plus gros qu’il ne l’imaginait, quelque chose qui pourrait faire
basculer le destin de l’ensemble du monde libre.

Et vous, quelles sont vos meilleurs lectures dans le style uchronique ?

FacebooktwitterinstagramFacebooktwitterinstagram

9 thoughts on “Uchronie : 5 livres lus – 5 livres à découvrir

  1. coucou
    pour ma part j'avais beaucoup aimé Fatherland de Robert Harris ou Redemption de Berengere Rousseau 🙂
    le baron noir fait partie de ma WL aussi 😉

    1. J'avoue Fatherland m'avait mis une belle claque, c'était ma première uchronie et je ne m'attendais pas à ça !
      Je ne connais pas Rédemption par contre, je vais aller voir ça. Le baron noir à l'air sympa et j'aime bien l'époque de l'uchronie 😉

  2. Oh j'aime beaucoup les uchronies même si j'en ai lu peu ! J'avais beaucoup aimé La part de l'autre d'Eric-Emmanuel Schmidt. Il y a beaucoup de livres qui me tentent dans ta sélection… Et je me suis enfin acheté Mes vrais enfants 😉

    1. Oooooh j'espère qu'il te plaira. Je le recommande à tout le monde mais franchement ce livre m'a bouleversé 😉

  3. Je plussoie le Jo Walton, une vraie claque littéraire.

    Sinon dans un autre style, Voyage de Stephen Baxter où ce qui aurait pu se passer dans la conquête spatiale si JFK était sorti vivant de l'attentat l'ayant visé ! Une autre claque.

    1. Ah oui j'ai lu le pitch en cherchant des uchronies et je le trouve vraiment intriguant. Si en plus tu le trouves bien, je vais le mettre dans mes envies lecture 😉

    2. Le chien critique l'a chroniqué récemment sur son blog et il a aussi adoré (mais bon je ne sais pas si c'est vraiment une référence… lol )

  4. Je partage ton gros coup de coeur pour Mes vrais enfants <3 Quel livre, et quelle claque ! Le premier tome de la série de Stéphane Przybylski est dans ma PAL depuis… Ffff, au moins deux ans. Il faut que je saute le pas x)

  5. Je recommande Fatherland de Robert Harris : Dans les années 60, l'Allemagne a gagné la guerre et règne sur l'Europe. Un président Kennedy gouverne aux USA. Une rencontre doit avoir lieu. Un policier de la Kripo de Berlin mène une enquête sur des morts suspectes et se retrouve confronté à la Gestapo… Un excellent thriller uchronique. Sans doute une des uchronies les plus réussies que j'ai lues exceptée peut-être…
    La séparation de Christopher Priest, mais dans ce dernier cas, ça tient plus à l'ambiance, au fantastique, à l'histoire décalée, du Priest quoi.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :