Philip K. Dick’s Electric Dreams

FacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail
image_pdfImprimer cet article en pdf
Je pense qu’il y a certains auteurs qui vous suive tout au long de votre vie de lecteur. J’ai découvert Philip K. Dick ado en lisant Ubik et message de Frolix 8. J’ai ensuite lu quelques recueils de nouvelles de l’auteur puis dernièrement le Maitre du Haut-Château. Dire que Philip K. Dick est un auteur atypique c’est utiliser un doux euphémisme, mais c’est un auteur que j’ai toujours apprécié et quand les éditions J’ai Lu Imaginaire m’ont proposé de lire Philip K. Dick’s Electric Dreams, recueil de nouvelles de l’auteur réalisé suite à la création de la série du même nom par Amazon, j’ai sauté sur l’occasion.

Philip K. Dick est l’auteur de plus de cent vingt nouvelles dans
lesquelles il explore les thèmes qui l’ont hanté toute sa vie –
l’intelligence artificielle, les mondes parallèles, les simulacres, la
manipulation –, en réponse aux deux interrogations fondamentales de son
œuvre : Qu’est-ce que l’humain? Qu’est-ce que la réalité?


Le présent recueil rassemble les dix textes courts qui ont inspiré la série Philip K. Dick’s Electric Dreams.
Ce recueil regroupe 10 nouvelles de Philip K. Dick, chacune préfacée par des personnes travaillant sur le série d’Amazon (scénariste, réalisateur, producteur, etc…). Le contexte où chaque nouvelle est replacée est intéressant puisque les personnes expliquent le choix de la nouvelle adaptée mais on y retrouve également quelques mots de Philip K. Dick.

Immunité

Une nouvelle dans laquelle Philip K. Dick nous parle de vie privée. Un récit où vouloir cacher ses pensées aux autres est synonyme de sédition et de trahison, ou comment la paranoïa d’un régime totalitaire peut devenir celle de toute une population… mais est ce vraiment le cas ?

Pas ma nouvelle préféré, je trouve que la chute manque un peu d’envergure mais le thème est très parlant vu la société actuelle.

La planète impossible

Une nouvelle qui parle de la mémoire et de la perte, surtout de celle de notre planète natale. Et si dans le futur alors que l’humanité à colonisée les étoiles, l’humanité oublié l’existence de la Terre au point que son existence soit classé au rang de mythe ?

Philip K. Dick explore une fois encore le tréfonds de l’âme humaine avec cette nouvelle nostalgique qui ressemble beaucoup à un conte dont la moral questionne sur l’humanité de l’Humanité. La nouvelle est vraiment très courte etm’a laissé un peu dubitative mais c’est celle qui ressemble le plus à un conte avec sa moral à la fin.

La banlieusard

La nouvelle est sympathique, décalée mais très ancrée dans le réel car le cadre : un employée qui vit en banlieue et prend le train matin et soir entre sa maison et son travail, est banal. Là où le banal croise l’atypique, lorsque le banlieusard veut renouveler son abonnement : la station à laquelle il descend n’existe pas. Une nouvelle que je ne peux que qualifier d’atypique. Philip K. Dick ou
l’art de prendre un péquin lambda, lui permettre d’envisager
l’extraordinaire pour finalement le catapulter héros de sa vie
ordinaire.

Service avant achat

Une de mes nouvelles préférées qui est également une des plus déprimante. Dans cette nouvelle, Philip K. Dick nous démontre avec brio à l’aide d’une plume jusqu’au boutiste que l’humain est son pire ennemi et la pub sa meilleure arme. Le récit fait clairement froid dans le dos par cette espèce d’hyper réalisme que l’auteur arrive souvent à transmettre à ses textes qui restent d’une étonnante actualité.

Reconstitution historique

Peut être la nouvelle qui m’a le moins parlé. Un historien spécialiste du XXe siècle rêve de vivre à l’époque qu’il étudie. Alors qu’il travaille sur une reconstitution d’une maison des années 50, il trouve un passage qui le conduit directement à cette époque. Pour lui, une époque synonyme de liberté, au final une période de grande tension entre Est et Ouest, peut être pas l’âge d’or attendu.

Etre humain c’est…

Cette nouvelle est écrite en forme de claque. Il faut dire que Philip K. Dick arrive comme personne à nous faire nous questionner sur ce qu’est d’être humain. L’humain est-il vraiment le meilleur humain possible ?

L’inconnu du réverbère

Et si l’invasion avait commencé pendant que vous aviez le dos tourné, que feriez-vous ? A la frontière entre la série V et les Tommynockers de Stephen King, ce récit est juste très bien écrit dans son format court pour vous donner quelques frissons dans le dos !

– Non. Il reste le pendu. L’inconnu du réverbère. Là, je ne comprends. Pourquoi avoir fait ça ? Pourquoi l’avoir pendu là exprès, au vu et au su de tout le monde ?

– La réponse me parait assez simple. Le commissaire eut un petit sourire. Pour servir d’appât.

Autofab

Un excellente nouvelle post-apo !
Dans l’avenir, une guerre à fait disparaitre les nations et les humains sont peu nombreux et la plupart sont organisés en colonies restreintes. Mais les autofab leur fournissent tout ce dont ils ont besoin. Ces énormes usines, présentent partout sont entièrement automatisées, le problème c’est que les humains survivants ne savent plus communiquer avec elles et que celle-ci, pour fournir tout le matériels qu’elles ont été programmées à fabriquer, épuisent les ressources de la Terre.
L’idée de départ est intéressante, mais alors le final est juste grandiose, j’adore !

Foster, vous êtes mort

Une nouvelle qui fait ressortir toute l’ambiance des années 50 en pleine guerre froide lorsque les USA se préparaient à la guerre atomique et où les abris anti-atomiques fleurissaient. L’auteur imagine juste la situation si chaque américain avait du payer son propre abris atomique et le quotidien des enfants grandissant avec cette épées de Damoclès au-dessus de la tête.
Édifiant.

Le père truqué

La notion d’humanité vue à travers le regard des enfants sur leurs parents. Trop courte pour traiter le sujet de manière complète mais intéressante tout de même. Une sensation de retour en enfance avec cette peur tout enfantine de voir ses parents qui ne le sont pas vraiment.

Au final j’ai passé un très bon moment de lecture avec ce recueil. Tout d’abord la sélection de nouvelles de Philip K. Dick est vraiment intéressante. On suit les réflexion de l’auteur sur ce que c’est d’être humain à travers ces 10 nouvelles et c’est aussi instructif que déprimant, comme seul Dick sait l’écrire. Ensuite, les préfaces apportent beaucoup au recueil tout comme les mots de Dick sur ces écrits. A mon avis un très bon recueil pour découvrir le style de cet auteur de SF culte mais pas toujours très accessible.

https://forms.gle/bLoN4fKRCnTYc7KG9
FacebooktwitterinstagramFacebooktwitterinstagram

4 thoughts on “Philip K. Dick’s Electric Dreams

    1. Ca peut être sympa je pense surtout que certaines nouvelles sont apparemment très librement adaptée du coup la comparaison devrait être interessante 😉

  1. Pareil que Vert. En fait je suis en train de lire les nouvelles de Dick dans les intégrales donc techniquement je doit toutes les avoir, mais bon voilà je suis faible. J'aime beaucoup le concept recueil/saison

    1. C'est vrai que la structure de ce recueil est vraiment sympa avec les mots des participants de la série et de Philip K. Dick. Ces éditeurs ne sont que des vils tentateurs !!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :