Face au dragon d’Isabelle Bauthian : un récit d’aventure humain et intelligent

FacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail
image_pdfImprimer cet article en pdf
Il y a peu, j’ai été contactée par Nicolas un des co-fondateurs de Projets Sillex, une nouvelle maison d’édition qui ambitionne de faire du livre un circuit court et ainsi de mieux rémunérer les auteurs (je vous en parle ici). On m’a proposé de me lancer dans l’aventure en recevant un avant-première leur premier livre : Face au dragon d’Isabelle Bauthian et pour tout vous dire, c’est une proposition qui m’a emballé et j’ai tout de suite accepter de participer.

Polyxène est une jeune fille qui arrive très vite aux bonnes
conclusions. Pourtant, confrontée à une île qui défie la science,
entourée d’aventuriers qui prétendent appartenir à des époques
différentes, il lui faudra toute la capacité d’abstraction dont elle est
capable. Surtout quand le seul moyen de quitter sa prison est a priori
de tuer un dragon et que sa seule arme est son intelligence…
Un roman que l’on serait tenté, par son titre et son résumé, de classer dans le style Fantasy Young Adult : un dragon signifie souvent Fantasy et des personnages ayant entre 17 et 25 ans, on pense tout de suite à un livre YA… et pourtant, rien ne serait plus réducteur pour ce livre qui est bien loin des clichés parfois très présents dans les livres YA et qui propose un magnifique récit d’aventure pour jeunes ou vieux ados 😉

Une petite remarque pour la magnifique illustration de Qistina Khalidah qui illustre parfaitement ce récit et en fait ressortir toute l’émotion qui y est mise.

Au début de Face au dragon, nous suivons Polyxène, ou Poly, jeune fille intelligente mais complexée et peu sure d’elle qui se laisse rabaissée par ses pseudo-amis de vacances. Car si Poly est une jeune fille moderne, elle a du mal dans ses relations avec les autres et préfère un bon livre à une soirée entre ado. Pour ses vacances post-bac elle préfère les passer seule dans la maison de campagne familiale plutôt que de rester en famille. Alors qu’une fois encore elle est la tête de turc de Marion la « fille populaire » du village, Poly, pour la première fois de sa vie, ne reste pas passive par rapport aux insinuations de le jeune fille et lui donne une claque… geste impulsif qui l’horrifie aussitôt accomplie… Poly se réfugie seule dans la foret près de l’ancien château histoire de se remettre de ses émotions dans ce qu’elle considère comme son havre de paix. Mais en marchant sur les sentiers familiers, la nature change et elle se retrouve bientôt dans un forêt inconnue dont les animaux semblent tout sauf amical. Poly a alors autant d’interrogations que de raisons de paniquer mais l’arrivée de Simon la sauve du plus gros chat sauvage qu’elle ait jamais vu… et puis qui est ce magnifique spécimen masculin mais surtout d’où vient-il ?

Des années de mépris. Des années d’insultes.

Tétard à hublots.
Empotée. Ringarde. Péteuse. Nulle. Gros cul. Thon. Idiote. Garce. Chiante. Vache. Garde tes grands mots, intello, comment tu me parles ?
Bouge ton gros cul, trouillarde. Dégage le nez de tes bouquins, pauvre fille. Ta mère, c’est même pas ta mère, négresse.
Sans mec. Sans amis.
Sans famille pendant les vacances.
Négresse.
Et elle n’avait pas réagi. 

Face au dragon est un roman étonnant et coloré. L’autrice nous propose un récit d’aventure où l’entraide,
l’amitié et la compréhension sont les pierres angulaires de la réussite. Un petit arrière goût d’enfance car cette aventure en groupe m’a rappelé le film les Goonies, le trésor et les pirates en moins, mais j’avoue que cela faisait longtemps que je n’avais pas lu un livre où les personnages travaillent en groupe et se serrent les coudes pour s’en sortir. Et où accessoirement le plus important n’est pas de foncer dans le tas sans réflexion en jouant les fiers à bras (ouais je sais c’est à la mode mais c’est tout de même un peu réducteur non?).

Je ne connaissais pas la plume d’Isabelle Bauthian même si j’avais déjà entendu parlé de ses deux livres parus aux éditions ActuSF, dont le second Grish-Mère a reçu le prix Elbakin 2018. 
Je suis toujours ravie de découvrir de nouvelles plumes d’autrices
françaises de l’imaginaire et celle d’Isabelle Bauthian m’a beaucoup plu
: à la fois directe quand elle pose une situation et attentionnée
envers ses personnages. Un contraste qui donne du rythme au récit tout
en y ajoutant une part d’émotion qui rend le lecteur accro au devenir des
personnages et fait de ce roman un très bon page turner !

En plus de nous proposer une belle histoire d’aventure et d’amitié (qui fait chaud à mon petit cœur de lectrice j’avoue), Isabelle Bauthian nous parle acceptation et confiance en soi, préjugés, harcèlement, racisme, courage… autant de thèmes abordés avec justesse et réflexion. Les personnages évoluent plus ou moins mais en adéquation avec ce que les autres leur apportent et ce groupe qui lutte pour sa survie, accepte aussi bien les contradictions que les nouveautés et finalement, oser faire de l’intelligence la principale force de son héroïne c’est à la fois culotté et étrangement agréable : ne pas tout baser sur le loi du plus fort… ben, je trouve ça presque innovant en ce moment !

– C’est ma couleur de peau qui te pose un problème. Tu ne veux pas te dévoiler à moi parce que je suis noire.
Il l’observa, d’un air hébété, comme s’il s’étonnait qu’elle ose formuler cette hypothèse. Puis, sa mine s’endurcit et, avec un mélange de honte et de revendication, il répondit :
– Oui. (Et Poly envisageait encore sa prochaine réplique, quand il ajouta:) mais je travaille là-dessus.

Au final, Isabelle Bauthian nous propose un récit d’aventure très prenant et remarquablement intelligent : elle y ajoute une pointe de Fantasy et un zeste de SF pour que le lecteurs ne pensent pas avoir tout compris dès le départ et beaucoup d’habileté pour nous proposer des personnages attachants mais surtout profonds avec leurs blessures, leurs défauts et bien sur leur qualités et leur incroyable capacité à travailler en groupe. Une très bonne lecture qui une fois commencée m’a embarqué… bref j’ai beaucoup aimé et puis un récit d’aventure où il faut combattre en dragon, survivre à une nature hostile et savoir s’adapter à toutes les situations, ça fait vibrer notre fibre d’explorateur non ?

 » Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie « 
 » La seule façon de découvrir les limites du possible, c’est de s’aventurer un peu au-delà, dans l’impossible « 

Arthur C. Clarke

Face au dragon est en financement participatif jusqu’au 23 Novembre sur le site de Projets Sillex. Je ne peux que vous conseiller de participer car ce livre vaut résolument le détour !

https://www.projets-sillex.com/projet/1-face-au-dragon.html

FacebooktwitterinstagramFacebooktwitterinstagram

4 thoughts on “Face au dragon d’Isabelle Bauthian : un récit d’aventure humain et intelligent

  1. Je vois que nos avis convergent. Très belle chronique où tu fais bien ressortir tous les points positifs de ce très bon roman. J'aime beaucoup la photo aussi, très classe! Bravo 🙂

    1. J'ai ressorti mes dragons WoW et les illustrations des livres de Tolkien 😉
      Merci beaucoup, du coup je vais aller lire la tienne maintenant ^^

    1. Ca l'est 😉 Après je comprends que ce genre de lecture n'attire pas tout le monde… mais c'est vraiment une belle histoire ^^

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :