Passé Déterré de Clément Bouhélier : Récit fantastique pour frissonner sous la couette (ou pas !)

FacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail
image_pdfImprimer cet article en pdf
Ohlala je suis en retard pour ma chronique dans le cadre du mois de Clément Bouhélier organisé par Book en Stock (pour tout savoir sur cette super interview participative, c’est pas là). A l’occasion de ce mois2 j’ai eu la chance de recevoir Passé Déterré, troisième livre de Clément Bouhélier qui est paru fin 2017 aux éditions Critic. Un livre que j’avais hésité à lire car le 4e de couv’ me faisait un peu peur… et puis la chronique de Dup m’a conquise alors je me suis lancée.

Quelque part dans la campagne autour de Vernay, un car scolaire conduit
par un chauffeur saoul s’écrase dans le fossé. Sept enfants périssent
dans l’accident.

Six ans plus tard, lorsque l’ancien conducteur du car est retrouvé
assassiné chez lui, les souvenirs se réveillent. Marquée par la
disparition de son fils, Estelle Baupin est aspirée dans le tourbillon
de l’enquête. Elle comprend rapidement que des forces mystérieuses
œuvrent dans l’ombre, bien décidées à faire payer les responsables du
drame.

Alors que les morts se multiplient, Estelle sait que pour les arrêter,
elle doit découvrir le lourd secret qui pèse sur Vernay. Et faire face à
son propre passé.
Le pitch vous place l’ambiance… Tout commence dans un bus au retour d’une excursion scolaire, le chauffeur a passé son après-midi à boire, enfin il ne se rappelle plus très bien combien de verres il a pris mais il a du mal à garder les yeux ouverts… au détour d’un virage le bus fait une embardée et fonce dans une voiture venant en sens inverse… l’accident fera neuf morts dont sept enfants. Ambiance, ambiance donc… Clément Bouhélier vous fout une claque dès le premier chapitre histoire d’être bien sûr d’avoir attiré votre attention et à partir de là, son récit peut se dérouler. On se retrouve très exactement 6 ans après cet accident, la vie a repris son court dans la petite ville Vernay cadencée chaque année par une cérémonie en mémoire des disparus. Nous retrouvons plusieurs des familles endeuillées qui chacune à leurs manières essayent de continuer à vivre sans ceux qui ont disparus. La cérémonie de cette année est cependant différente des précédentes et pour Estelle et Alexandre, les questions restaient au fond de leurs esprits endeuillés vont refaire surface dès que la violence va de nouveau frapper le village.

La nuit est tombée.
Désormais, elle semble paralyser les villages. Cette chose qui murmure de na pas partir… elle conseille aussi de se barricader chez soi quand le jour s’en va.
Ils viendront. Parce que tu es aussi coupable que les autres. Mais peut-être que cette nuit, ils ne viendront pas pour toi.

Un fait divers comme on en voit de temps en temps aux actualités comme point de départ à un roman qui de contemporain va petit à petit tendre vers le huis-clos fantastique. Clément Bouhélier a une plume immersive, tout comme pour Ceux qui n’oublient pas, il part d’une situation très réelle pour nous plonger ensuite vers le fantastique en créant une ambiance de plus en plus sombre et une atmosphère tendue et quelque peu opressante. J’avoue avoir frissonner à l’idée de commencer ce livre. Le sujet de la
mort d’enfants revenant d’une sortie scolaire ça donnerait des frissons à
n’importe quel parent. Et c’est justement là où la plume de Clément
Bouhélier
est extrêmement fine : pas de patos inutile, de détails trop
gores ou dérangeants, le fait divers est traité avec tact. Pour moi c’est la marque d’un très bon auteur, pas besoin d’en faire trop pour que l’histoire porte.

Dans Passé déterré, en plus de nous faire suivre plusieurs personnages et autant de points de vue différents, Clément Bouhélier nous transporte également à Vernay à la fin de la 2nde Guerre Mondiale. J’avoue, j’adore ces jeux d’écriture qui, s’en être très novateurs, font toujours leur petit effet… surtout que l’auteur rajoute en plus quelques immersion dans les pensées des personnages ce qui étoffe encore plus l’aspect secret qui transpire dans l’histoire de Vernay. Les petites natures comme moi, préfèreront lire ce livre en pleine lumière, ceux qui aiment bien se faire peur, le soir sous la couette avec une lumière tamisée. Passé Déterré n’est pas à proprement parlé un livre d’horreur, mais quel ambiance !

Deux yeux rouges…
Deux yeux rouges qui éclairent la nuit…
Mais ce n’est pas seulement ça. C’est aussi…
… ce visage que Timothée a déjà vu. […]

Brusquement le corps de Timothée se raidit. Il y a eu un bruit. Un son tout proche, discret mais audible. Timothée voudrait se boucher les oreilles. Il voudrait s’enfermer dans son armoire et se barricader. Mais il ne bouge pas et le bruit retentit de nouveau.
C’est un grattement.
Celui que feraient des ongles contre le volet d’une fenêtre.

Il y a beaucoup de ressemblance entre Ceux qui n’oublient pas et Passé Déterré et la première c’est qu’on ne s’est pas vraiment à quoi s’attendre en commençant chacun des livres : on a des idées (souvent fausses) et Clément Bouhélier prend un malin plaisir, il me semble, à brouiller les pistes… SF, Fantastique, Urban Fantasy, zombies, vampires, fantômes… un peu de tout ça et pas tout à fait en même temps 😉 La seconde c’est cet attachement à l’actualité comme une marque de fabrique qui nous immerge encore plus facilement dans le récit.

Ce qui fait, au final, de Passé déterré une très bonne lecture, immersive, attachante et ce huis-clos villageois, j’adore ! Je regrette finalement de ne pas l’avoir lu plus tôt. Après trois livres lus et très appréciés, Clément Bouhélier est pour moi un auteur à suivre et je lirais à coup sur son nouveau diptyque de Fantasy : Olangar.

FacebooktwitterinstagramFacebooktwitterinstagram

2 thoughts on “Passé Déterré de Clément Bouhélier : Récit fantastique pour frissonner sous la couette (ou pas !)

    1. Oui clairement même si j'avais des appréhension au départ ce fut une très bonne lecture et j'aime beaucoup le style de Clément Bouhélier 😉

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :