Les étoiles sont légion de Kameron Hurley

FacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail
image_pdfImprimer cet article en pdf
Lorsque j’ai été contacté par Albin Michel Imaginaire pour savoir si une ou plusieurs de leurs sorties m’intéressaient, j’ai regardé attentive les pitchs pour chaque roman et quand j’ai  lu « Space Opera féministe » dans la description de Les étoiles sont légion de Kameron Hurley, je l’ai mis direct dans la liste des livres que je voulais lire. Lorsque les premières chroniques sont apparues sur la toile, j’ai commencé à avoir de gros doutes sur le fait que ce livre soit pour moi :
« Voilà un roman qui m’a fait vomir pas seulement une fois, ni deux, mais
trois fois ! Un record auquel on ne peut que s’attarder. Alors, qu’est
ce qui a mis à mal mon estomac ? » Le chien critique.

 » Ça suinte et ça dégouline ! Je n’ai pas vraiment aimé ce livre mais qu’est-ce qu’il est bien… » Yogo sur le blog Les lectures du Maki
« C’est une lecture passionnante et un univers dans lequel on se plonge
avec une curiosité parfois malsaine mais libératrice. Vous vous sentirez
sale en parcourant ces pages. Mais tout ira beaucoup mieux à la fin.
Promis. » FeydRautha du blog L’épaule d’Orion.
Vous l’aurez compris, Les étoiles sont légion est un roman clivant !

Quelque part aux franges de l’univers, une armada de vaisseaux-mondes
organiques, connue sous le nom de Légion, glisse lentement dans le vide
sidéral. Depuis des décennies, ses différentes factions se battent pour
mettre la main sur la Mokshi, le seul vaisseau capable de quitter
l’armada condamnée. La guerrière Zan se réveille sans souvenirs,
prisonnière d’un peuple qui prétend être sa famille. On lui assure
qu’elle est leur ultime chance de survie, l’unique personne capable de
s’emparer de la Mokshi. Pour éviter un massacre, Zan va devoir choisir
son camp. Mais comment choisir, quand vous commencez à suspecter que
votre mémoire a été volontairement détruite ?

Un space opera ou un planet opera… féministe ou au féminin ? Difficile de placer Les étoiles sont légion dans la toile des styles SF… , mais est ce vraiment de la SF ou plutôt de la Science Fantasy ? Pas vraiment de réponse même après sa lecture… même si la très réussie couverture de Manchu donne un rendu très Space Opera.

Pour une fois, j’ai beaucoup de mal à écrire ma chronique… pourquoi ? parce qu’en lisant Les étoiles sont légion après avoir lu les chroniques des copains blogueurs, je suis assez d’accord avec les défauts qui ont pu être mis en avant :

  • un worldbuilding clairement intéressant mais qui laisse un goût d’inachevé car aucune, mais alors aucune explication n’est donnée par l’autrice, 
  • un récit organique où l’autrice en fait des tonnes, c’est crade, dégoulinant et très très beurk à plusieurs reprises,
  • un manque de finesse dans les thèmes abordées : transhumanisme, ascenseur social, féminisme… thèmes intéressants mais traité à la tronçonneuse, heu pardon, à coup de fusil à céphalopodes,
  • une intrigue somme toute assez bateau d’un personnage amnésique qui cherche à rattacher des souvenirs éparts à une réalité qu’elle a du mal à comprendre.

Et bien malgré tout ça, j’ai beaucoup aimé ma lecture ! Je me trouve presque bizarre 😀 Mais même si le texte n’est pas exempt de défauts avec un style franchement rentre dedans qui, a mon avis, gagnerai à être un peu plus fin, j’ai clairement apprécié ma lecture. Je m’étonne moi-même !

Je n’ai été gênée ni par la coté organique qui m’a même un peu amusé (j’ai eu des réminiscence du film l’aventure intérieure). Franchement, avant le début de ma lecture je n’aurais pas pensé que cela puisse passer aussi bien. Ni par le manque d’explications sur le worlbuiding qui tel quel m’a bien branché. J’adore l’idée des vaisseaux mondes organiques et l’idée que le savoir qui a permis la construction de la Légion se soit perdu au fil des générations. En fait, j’apprécie que l’auteur me laisse deviner ce qu’elle ne fait que survoler, c’est vrai que ce choix est peu osé pour un livre de SF, puisque dans Science-Fiction, il y a aussi science, mais là… ben en fait je suis complètement passée outre…

Quand on parle de roman clivant, je pense sincèrement que c’est le cas. Le livre de Kameron Hurley ressemble tellement peu à un livre de SF que parler de Space Opera risque de déstabiliser plus d’un lecteur. C’est un livre au féminin… féministe ? Je ne suis pas sure… je ne pense pas qu’il suffise d’écrire un livre où il n’y a pas l’ombre d’une trace d’un mâle pour que cela soit du féminisme.

Je me rappelle avoir jeté un enfant.
C’est le seul souvenir dont je sais avec certitude qu’il m’appartient. Le reste de ma mémoire se réduit à une obscurité sordide. Je n’ai donc rien d’autre que ce qu’on m’a dit être vrai :
Je m’appelle Zan.
J’ai commandé un jour une grande armée.

Dans les thèmes abordés, celui du transhumanisme est celui qui me plait le plus. Cette évolution de l’espèce est passionnante, encore plus si l’on considère que l’autrice a choisi de parler d’Humains (même si cela n’est vraiment écris nul part). Ce livre reste une ode à l’évolution, toujours chercher à aller plus loin, à ne pas se contenter de ce qui est mais à pousser vers ce qui pourrait être, quitte à trahir tout le monde et à détruire tous les mondes pour y arriver… car l’immobilisme détruit aussi surement qu’un bellicisme exacerbé.

Au final, aussi étonnant que cela ait été pour moi, j’ai passé un super moment de lecture avec Les étoiles sont légion de Kameron Hurley. Un roman au féminin, rentre dedans, qui ne pourra pas vous laisser indifférent. Et même si l’autrice manque vraiment de finesse, on s’attache à son intrigue au cœur des mondes de la Légion car il nous entraine, certes avec de gros sabots mais efficacement, à la suite de ses deux héroïnes pour découvrir les secrets de la Mokshi !

 

FacebooktwitterinstagramFacebooktwitterinstagram

8 thoughts on “Les étoiles sont légion de Kameron Hurley

  1. Comme quoi, même en remarquant les mêmes défauts, le ressenti peut être différent.
    Cela me rappelle mon ressenti sur Pyramides, bourré de défauts, mais j'ai pris mon pied.
    Un roman qui a, aura, et fera encore parler de lui.
    Merci pour la citation !

    1. C'est clair qu'il n'a pas fini de faire parler de lui… et je suis sure qu'on continuera à pointer les même points pour dire que l'on aime ou pas XD

  2. Le côté crade ne m'a pas vraiment gênée perso, car je trouve que ça s'intégrait bien à l'histoire.
    Et je suis d'accord avec toi pour le féminisme. En tout cas, perso, c'est pas ce que j'entends par là.
    Contente que ça t'ait plu en tout cas 🙂

    1. J’ai eu des doutes avant ma lecture et puis finalement je l’ai trouvé tres bien… le plus marquant dans ce livre c’est qu’en tant que lecteurs on a remarqué les mêmes « defauts » mais qu’on a pas tous le meme ressenti a la fin… tres interessant ce livre 😁

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :