Concours : Luce Basseterre et La débusqueuse de mondes

FacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail
image_pdfImprimer cet article en pdf
Pour continuer à mettre en avant les autrices de l’imaginaire françaises
sur le blog, je vous propose de mettre à l’honneur chaque semaine
pendant le mois de Mars, une autrice à l’occasion d’un concours. Cette
semaine, c’est Luce Basseterre qui prend ses quartiers sur le blog à l’occasion de la sortie en format poche de La débusqueuse de mondes chez Le livre de Poche le 13 Mars.

Luce Basseterre est une autrice ayant une prédilection pour la SF et le Space Opera. Elle a à son actif deux livres publiés, deux autres sont à paraitre chez Mü éditions et chez les éditions Voy’el en Septembre, ainsi que plusieurs nouvelles. Membre du collectif
Cocyclic
et de l’organisation des Aventuriales de Ménétrol, elle a aussi imaginé et dirigé le n° 3 de la Revue Gandahar, consacré aux
24 heures de la Nouvelle
, un événement internet annuel.
Vous pouvez retrouver son actualité sur son site : https://www.lucebasseterre.fr/ 
Sa bibliographie :
Les enfants du passé
La débusqueuse de mondes

Nouvelles
A l’occasion de ce petit concours, j’ai pu poser quelques questions à Luce Basseterre 😉

La débusqueuse de mondes est tout d’abord sorti en 2017 chez
les éditions Mü et sort cette semaine au format poche chez Le livre de Poche. Pouvez-vous nous présenter votre livre en quelques mots ?
Luce Basseterre : Ce
roman a été écrit en réponse à un défi multiple. D’abord, trop de gens autour
de moi, même des lecteurs assidus me confiaient ne pas lire de SF, parce que
trop compliqué, trop prise de tête, trop noir… comme si la SF se limitait à ce
qu’on désigne par Hard SF ou encore aux dystopies. En même temps, beaucoup de
lecteurs de SF se désolent du pessimisme du genre qui se pose beaucoup comme
lanceur d’alertes. Je ne renie pas du tout ce rôle, mais il me semble contre-productif
de démoraliser les gens, ça ne les aide pas à avancer ni à faire des efforts,
bien au contraire. Tout ça pour expliquer que ce roman est d’abord une
aventure, du type road trip, mais qui se déroule dans notre galaxie. Une
histoire de rencontres, de différences à aplanir, de défis à relever, de
loyauté, de mesquinerie, mais aussi de bravoure, bref, des choses qui parlent à
tout un chacun, le tout saupoudré d’un humour un peu caustique. 

En Septembre, vous publiez chez Mü éditions, non pas une
suite, mais un préquel à La débusqueuse de mondes : Le chant des Fenjicks,
comment s’est imposé ce choix ?
 
LB : A l’origine La Débusqueuse est parti d’un appel
à texte de nouvelles, j’en avais écrit trois dans cet univers, deux ont été
incorporées au roman, la troisième je l’avais réservée parce que ne se déroulant
pas du tout à la même époque. D’ailleurs, D’Guèba, ma débusqueuse n’apparaît
pas dans le Chant des Fenjicks qui se concentre sur les trois cybersquales et
leur révolte contre l’asservissement auquel on prétend les condamner.

 

Il y a peu, je trouve, d’autrices françaises de
science-fiction qui sont publiées. Avez-vous des autrices de SFFF que vous
aimez particulièrement, qui vous inspirent et que vous recommandez ? 
LB : Je suis
surtout venu à la SF par le biais des séries, à commencer par Star Trek que j’ai
découvert à l’âge de dix ans en 67, donc la série originale. Quand j’ai voulu
passé à la lecture, n’ayant autour de moi personne pour me guider, je suis
tombé que sur des romans démoralisant, du coup, mes inspirations tiennent
beaucoup plus des romans épiques, historiques et policiers, genre que j’ai
toujours beaucoup affectionné. Toutefois, depuis une dizaine d’année, je
m’efforce de découvrir tout ce que j’ai manqué, ainsi dernièrement les ouvrages
de Joëlle Wintrebert, Ursula Le Guin, mais pour le lecteur qui recherchera de
la SF plus tout public, je l’enverrai vers, Estelle Faye pour son superbe Éclat de Givre et Les Nuages de Magellan, Nadia Coste pour Le Premier et Rhizome,
Chloé Bertrand avec sa trilogie qui ressort bientôt chez Bragelone, Aurélie Wellenstein
avec sa Mort du Temps, entre autres,
Sophie Moulay pour son Inhumaine,
Marie-Catherine Daniel, pour Entre Ogre
et Troll
(si si, c’est de la SF) et j’en oublie plein d’autres… Pour ceux
que cela intéresse, il existe un challenge sur FB qui vise à les
découvrir : femmes autrices de sfff : le défi.

Et cette semaine, je vous propose, en partenariat avec les éditions Le livre de Poche, un petit concours pour la sortie de La débusqueuse de mondes !
Pour participer au concours :
  • Le concours est ouvert à tous et à toutes pour la France métropolitaine,
  • Il vous faudra remplir le formulaire en bas de page afin
    que je puisse vous contacter si vous gagnez. Tout formulaire incomplet
    sera considéré comme invalide.
  • Le livre mis en jeu est au format papier.
  • Vous avez jusqu’au 17 Mars inclus pour
    participer. Je procéderai ensuite à un tirage au sort, et j’afficherai le
    nom du gagnant ici-même et sur Facebook dans les jours suivants.
  • L’exemplaire sera directement envoyé par les éditions Le livre de Poche qui ne seront pas responsables d’éventuels problèmes
    postaux. 
Tout abonnement au blog ou à la page Facebook / Twitter du blog sera apprécié sans être obligatoire pour participer 😉

Vous trouverez le formulaire ici.

Et la gagnante est :

  • Marie-Aude Gentilhomme,

Bonne chance à tous!

FacebooktwitterinstagramFacebooktwitterinstagram

14 thoughts on “Concours : Luce Basseterre et La débusqueuse de mondes

  1. Et bien, tu nous gâtes ces derniers temps.
    Par contre, je vais encore faire mon rabat joie, j'aurais bien aimé découvrir ce titre, mais mon attachement farouche à la lecture numérique me conduit à décliner ma participation.
    Et puis de toute façon, comme c'est une autrice SF, cela ne devait pas être si terrible…

    1. J'essaye !! Mais du coup c'est pas une complète réussite… normalement la semaine prochaine il y aura un exemplaire numérique pour parfaire ta culture visiblement défaillante en SF 😁

  2. Coucou,

    Oh oui, on a de la chance. Même si comme le chien je suis plus numérique que papier, je tente ma chance. A une seule condition, si tu penses que ce livre peut me plaire. Sinon je préfère que tu le fasses gagner à quelqu'un d'autre.

    Merci encore.

    1. Bon c'est noté pour le numérique ^^
      Celui-ci je pense vraiment qu'il pourrait te plaire alors je te laisse participer 😉

  3. Je l'ai déjà, donc je ne participe pas, mais merci beaucoup pour la petite interview! 🙂 J'avais beaucoup aimé ce livre.

  4. Hello ! Je découvre une autrice de plus grâce à toi – ça devient une habitude 😉 – et je tente ma chance pour le concours. Dans tous les cas je vais m'y intéresser de près, tu m'as mis l'eau à la bouche. 🙂
    Merci pour la découverte.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :