Des titres à traduire : Quatre blogueurs présentent leur must have

FacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail
image_pdfImprimer cet article en pdf
Il y a certaines sorties de livres SFFF en VF qui arrivent auréolées de tellement bonnes chroniques sur la VO qu’on n’attend qu’une chose pouvoir se jeter dessus dès leurs sorties. Dernièrement, ce fut le cas pour Trop semblable à l’éclair d’Ada Palmer ou Diaspora de Greg Egan tout deux parus chez Le Bélial’ et je pense que ce sera la cas également pour Le magicien quantique de Derek Künsken à paraitre chez Albin Michel Imaginaire.
 
C’est à partir de ce constat que je me suis demandée, quel serait les livres pas encore traduits en français que les blogueurs voudraient le plus voir arriver en VF ? J’ai donc posé la question à quatre blogueurs qui lisent un nombre certain de livres en VO (c’est-à-dire en anglais 😉 ) chaque année et je leur ai proposé de présenter trois titres qui pour eux devraient être traduits en VF.

 

 
 

Première personne à se prêter à l’exercice : Apophis, du blog Le culte d’Apophis.

 
 
 
Dans mon top 3 des livres de SFFF que j’aimerais voir traduits, je citerais avant tout House of suns d’Alastair Reynolds. C’est un roman d’une ambition folle, qui explose tous les compteurs de (dé)mesure et d’émerveillement, situé six millions d’années dans le futur, dans une galaxie entièrement colonisée par l’Homme à l’aide de vaisseaux moins rapides que la lumière. C’est un bouquin à la narration unique, où les millénaires défilent comme passent les jours chez n’importe quel autre auteur. Bref, un must-read pour qui aime la Science-Fiction à grand spectacle, celle des échelles spatio-temporelles extrêmes qui est clairement l’apanage des plus grands maîtres du genre. 
 
 
 
 
 
 
Je parlerais ensuite de Three parts dead de Max Gladstone, tome ouvrant le cycle The Craft sequence. Il s’agit d’une Fantasy jamais vue, prenant place dans un monde imaginaire au niveau de technologie comparable à celui du début du XXe siècle, mais où l’arsenal complet de merveilles et de
créatures de la Fantasy classique existe aussi, avec un système de magie très élaboré mêlant étroitement religion, sorcellerie, économie, technologie et droit. D’ailleurs, dans ce roman inaugural du cycle, on suit deux avocates-nécromanciennes (si, si !) qui enquêtent sur la mort et la future « reconstruction » (traduisez : résurrection) d’un… dieu ! Ce monde et cette magie retiennent l’attention par leur qualité, leur richesse, leur originalité et la méticulosité de leur construction, mais ni l’ambiance (dérivée des romans noirs), ni les personnages ou l’intrigue ne sont en reste. Et le cycle ne fait que s’améliorer ou se densifier à chaque tome ! Bref, une Fantasy absolument unique, dont la traduction amènerait une bouffée d’air frais dans un genre très stéréotypé ! 
 
 
 
 
 
 
Enfin, comment ne pas évoquer la trilogie des Poudremages de Brian McClellan ? Le tome 1, La promesse du sang, avait été traduit par Eclipse, mais lancé sans publicité aucune, il est passé inaperçu, et la traduction du tome 2, pourtant annoncée, n’a en réalité jamais été publiée. Fantasy là encore fort originale, inspirée par la Révolution Française, donnant une grande importance aux mousquets et à la poudre à canon (y compris en tant que support de la magie !), cette saga fut, à sa parution en 2013, immédiatement considérée comme le pinacle de la Fantasy à poudre par le
lectorat anglo-saxon, et reste en général hautement considérée par ceux qui ont eu la chance de lire le tome 1 en français. J’espère donc qu’un autre éditeur reprendra le flambeau et offrira à ceux d’entre vous qui ne lisent pas en anglais la suite de la saga, qui, là aussi, ne fait que se bonifier de tome en tome. Sachant également qu’il existe un second cycle se déroulant dans cet univers et reprenant certains des personnages de la première trilogie (ces derniers étant probablement l’autre gros point fort du cycle, notamment l’inoubliable Tamas). 
 
 
 
 

Deuxième personne à se prêter à l’exercice : FeydRautha du blog L’épaule d’Orion.

 
Lorsqu’Anne-Laure m’a demandé quels livres lus en VO j’aimerais voir traduits en français, je n’ai pas hésité très longtemps. Mes goûts personnels s’orientent vers la hard-SF, cette branche de la science-fiction dans laquelle la crédibilité de l’approche scientifique aide à la suspension d’incrédulité demandée au lecteur face à la fiction. J’ai ainsi choisi des œuvres d’auteurs renommés dans ce genre, quand bien-même, pour au moins l’une d’entre elle, il ne s’agit pas strictement de hard-SF. Et pour proposer tout de même une certaine diversité, j’ai choisi un roman, un cycle et un recueil de nouvelles.
 
 
 
 
Hannu Rajaniemi est un auteur finlandais, mathématicien de formation, qui a fait une entrée fracassante dans l’univers de la hard-SF en 2010 avec la trilogie du voleur quantique dont malheureusement seul le premier tome a été traduit en français à ce jour. En 2018, Rajaniemi a proposé un roman très différent avec Summerland. Il s’agit d’une uchronie se déroulant en Europe dans les années 30. Pour ajouter une dimension fantastique, Rajaniemi y imagine que le monde des esprits existe et occupe un espace en quatre dimensions. Il est possible pour les vivants d’entrer en contact avec les morts grâce à l’électromagnétisme. L’Angleterre fut la première nation à coloniser ce nouveau territoire qui désormais grouille d’espions. Summerland est un roman d’espionnage se déroulant à la fois dans le monde des vivants et celui des morts. C’est fort bien construit, passionnant et à traduire d’urgence !
 

 

Lien vers la critique sur le blog :
https://lepauledorion.com/2018/07/01/summerland-hannu-rajaniemi/

 

 
Greg Egan est le pape de la hard-SF. Auteur exigeant, ses écrits sont parfois difficiles d’accès. Le cycle de l’amalgame est constitué des trois nouvelles, Riding the crocodile, Glory, et Hot Rock, ainsi que d’un roman, Incandescence. L’Amalgame est un cycle singulier dans l’œuvre
de Greg Egan. Il nous emmène un million d’années dans le futur et construit une civilisation humaine étendue dans toute la galaxie qui rappelle la Culture de Iain M. Banks. On est dans ce qui se rapproche le plus du space opera chez cet auteur. Plus difficile d’accès que les trois nouvelles, qu’il est préférable d’avoir lues avant le roman, Incandescence a pour thème central la théorie de la relativité générale. Il y a un éditeur en France qui publie les œuvres de Greg Egan depuis quelques années, il serait bien inspiré de se pencher sur ce cycle.
 

Lien vers la critique sur le blog : https://lepauledorion.com/2019/10/27/lamalgame-1-2-riding-the-crocodile-glory-hot-rock-greg-egan/ et https://lepauledorion.com/2019/10/29/lamalgame-2-2-incandescence-greg-egan/

 

Pour finir, je propose un recueil de nouvelles. Alastair Reynolds est le pape du space opera anglais. Astrophysicien de formation, il est aussi à l’aise dans l’espace que dans les sciences dures. S’il est surtout connu pour ses romans, dont le cycle des Inhibiteurs, je trouve qu’il brille particulièrement dans le format court notamment parce qu’il y met l’emphase sur le côté humain, ce qui manque parfois dans ses textes plus longs. Beyond the Aquila Rift est un recueil qui regroupe vingt nouvelles plus exquises les unes que les autres. Deux d’entre elles ont été adaptées en film d’animation pour la série Death, Love and Robots diffusée sur Netflix : Zioma Blue et Beyond the Aguila rift. Les autres ne sont pas en reste et proposent des expériences tout aussi réjouissantes. Je trouve dommage de passer à côté de cet aspect de l’œuvre de Reynolds et une publication en langue française de ses nouvelles sous la forme d’un recueil serait la bienvenue.
 
 
Lien vers la critique de Zima Blue sur le blog : https://lepauledorion.com/2020/01/15/zima-blue-alastair-reynolds/

 

Troisième personne à se plier à l’exercice : Stéphanie C. du blog De l’autre coté des livres.

 

 
Commençons par un énorme coup de cœur sorti en 2019, Gideon the Ninth de Tamsyn Muir. Pour un premier roman c’est une réussite. Il y a de la nécromancie, du space opéra, des bataille de pouvoir à la Game of Thrones et des dialogues et répliques percutantes à souhait. De l’action, de l’humour, du gore, de l’ironie, tout pour plaire à un public très varié.
 

Lien vers la chronique sur le blog :  https://www.outrelivres.fr/gideon-the-ninth/

 
Le deuxième est un classique de la SF américaine : Time enough for Love. Il est même sorti en 1973, avant ma naissance ! Et pourtant cette épopée
temporelle de Robert Heinlein n’a jamais été traduite en français.
Pourquoi ? Peut être que le style avec un narrateur peu fiable, des considérations philosophiques et pas mal de prises de position tranchées et
surprenantes. Pourtant l’humour et le charme de Lazarus Long séduisent et ce livre se lit et se relit avec plaisir. 
 
 

Le lien vers la chronique sur le blog :  https://www.outrelivres.fr/time-enough-for-love/

Le troisième est Clean Room une série comics signée Gail Simone, Jon Davis-Hunt et Walter Geovani. Rarement une série d’horreur de chez Vertigo ne m’a autant remuée. Que ce soit par sa thématique, assez proche de X-Files ou de Project Blue Book, par ses dessins visuellement superbes, mais dont certains restent longtemps imprimés au fond de votre rétine ou par ses deux héroïnes principales, faisant preuve d’un sang-froid et d’une ténacité hors du commun.

 

Le lien vers la chronique sur le blog :  https://www.outrelivres.fr/clean-room/

Bonus :  Enfin, je n’ai pas lu le livre donc je ne sais ce qu’il vaut, mais l’anime qui en a été fait m’a profondément intriguée. Je rêverais que quelqu’un traduise Shiki de Fuyumi Ono. Peut-être par Atelier Akatombo. Cette histoire vampirique dans la campagne japonaise semble plutôt originale et loin de Dracula.

 

La dernière personne a s’être prêtée à l’exercice est : Lianne du blog De livres en livres

 

 
Ce que j’apprécie particulièrement avec cette série c’est qu’elle débute de façon très classique. J’ai souvent vu passer des comparaisons avec la Roue du Temps de Robert Jordan par exemple, mais sans les problèmes de rythme vu qu’il s’agit juste d’une trilogie. Mais le gros plus qui donne l’intérêt à l’ensemble, c’est qu’à chaque tome il y a un changement de paradigme énorme qui remet en cause quasiment tout ce qu’on avait découvert avant ! J’adore ce genre de retournement de situation, et si c’est aussi ce que vous recherchez en fantasy, n’hésitez pas à tenter celle ci.
 
Résumé en français réalisé par Lianne pour sa chronique.

Le lien vers les chroniques du blog :
http://chutmamanlit.fr/2017/09/the-licanius-trilogy-book-1-shadow-of.html http://chutmamanlit.fr/2018/02/the-licanius-trilogy-book-2-echo-of.html

 
Une protagoniste qui a vécu, un univers de science-fiction matriarcal basé sur l’inde et une grande diversité des personnages sont parmi les grands atouts de cette série. Les personnages sont vraiment très attachants, j’ai souvent versé une petite larme aux moments critiques. Certes la série n’est pas totalement dénuée de défaut, notamment au niveau du rythme à certains moment, mais j’ai vraiment été embarquée dans l’intrigue. On est sur de la Science-fiction bien politique et donc assez lente malgré de bons passages d’actions dans chaque tome.
 

Résumé en français réalisé par Lianne pour sa chronique.
 

Le lien vers les chroniques du blog : Behind the Throne : http://chutmamanlit.fr/2016/10/the-indranan-war-book-1-behind-throne.html, After the Crown : http://chutmamanlit.fr/2017/06/the-indranan-war-book-2-after-crown-de.html, Beyond the Empire : http://chutmamanlit.fr/2017/12/the-indranan-war-book-3-beyond-empire.html 

 
Découverte de l’an passé, j’ai dévoré les 5 tomes très rapidement. On est dans de l’urban fantasy mais qui change un peu. Dans l’ambiance elle se rapproche bien plus de la fantasy que de l’urban fantasy classique. Je la classerais dans l’urban fantasy « bonne humeur », des lectures qui sans être humoristiques donnent le sourire et remontent le moral. On y suis Julius, le plus faible, insignifiant et pacifique dragon qui soit. Qualités que personne ne comprend dans son clan très reconnu et qui ne lui attirent que des ennuis. Dont celui de se faire bannir dans le monde des humains par sa mère, une grande guerrière qui n’en peu plus de le voir végéter devant ses jeux vidéos ! 
 
 
Lien vers les chroniques du blog : Nice Dragons Finish Last  : http://chutmamanlit.fr/2019/04/avis-en-vrac-64-lionel-davoust-hailey.html , One Good Dragon Deserves Another   : http://chutmamanlit.fr/2019/07/avis-en-vrac-71-alastair-reynolds.html , No Good Dragon Goes Unpunished : http://chutmamanlit.fr/2019/10/heartstrikers-book-3-no-good-dragon.html  

 

Et vous, quels titres vous tentent ? Avez-vous des titres de SFFF que vous avez lu en VO et que vous aimeriez voir traduit en français ?

Un grand merci à tous les quatre de vous être prêté à l’exercice !
FacebooktwitterinstagramFacebooktwitterinstagram

22 thoughts on “Des titres à traduire : Quatre blogueurs présentent leur must have

  1. Merci de m'avoir invité à participer à ce très bel article, dont j'aime beaucoup la présentation très classe et le concept. J'ajoute que je souscris tout à fait aux choix du camarade FeydRautha, notamment à propos de Summerland, que j'ai moi aussi lu et qui est en effet excellent (et à traduire d'urgence !).

    1. Merci à toi d'avoir participer !
      Tu sais que quand je vous ai demandé à toi et à FeydRautha de participer, j'ai eu peur que vous me donniez les même titres XD
      je suis contente que la présentation te plaise, c'était le minimum à faire pour que l'article soit intéressant ET attirant 😉

  2. Hummm plein de belles lectures en perspectives ! Merci beaucoup cet article :D. Il y en a un que je viens de finir et que j'ai adoré : The Border Keeper de Kerstin Hall. C'est Apophis qui me l'a fait découvrir et j'aimerai vraiment le voir en français ^^.

  3. Bel article !
    Je plussoie pour Tree parts dead et tout le reste de la série qui sont vraiment très sympa ! J'ai encore le 6ième tome qui attends dans ma PAL mais il n'y restera pas très longtemps 🙂

    1. J'ai pensé à toi en voyant le titre dans la sélection d'Apophis, je me rappelais de ta chronique !
      Ca a franchement l'air sympa 😉

  4. Chouette article ! Y a plus qu'à surveiller les sorties FR maintenant.

    Tu comptes le refaire un jour ? J'aimerais bien voir Gromovar se plier à l'exercice 😀

    1. J'aimerai bien refaire ce type d'article, je sais pas si ce sera la même thématique. Mais en fait j'ai pas osé demander à Gromovar… il m'impressionne 😅

  5. C'est malin de nous mettre ainsi sur des starting-block et d'attendre le coup de feu hypothétique du départ !
    Il y en a plus d'un qui donne envie du coup !
    Tu pourrais faire un article sur les séries démarrées et jamais poursuivies aussi… Je vois qu'Apophis parte des Poudre-mages, ça a été un gros coup de coeur de Phooka aussi chez Eclipse. Ils en ont sorti un paquet des tomes 1 eux qu'on aimerait bien repris par un autre éditeur !
    Très sympa cet article, très alléchant (trop?)

  6. Chouette article ! J'avoue que la sf sur fond d'Inde, ça m'intrigue xD Et visiblement, Alastair Reynolds a du succès chez les blogueurs xD

    1. Pareil, j'ai trouvé le pitch accrocheur et l'univers intriguant.
      Je dirais qu'Alastair Reynolds a du succès chez les blogueurs qui aiment la Hard SF 😉

    1. J'avoue que Summerland me plairait beaucoup à lire 😉
      Mais bon tu as encore de la vraie SF à lire, faut que tu finisses la trilogie des trois corps de Liu Cixin XD

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :