đŸŒȘ Terminus de Tom Sweterlitsch

FacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail
image_pdfImprimer cet article en pdf
Il patientait depuis un petit moment dans ma PAL sans que je trouve le bon moment pour ça lecture. Il m’aura fallu ĂȘtre coincĂ©e, malade, Ă  la maison et sans enfant pour que je me lance dans la dĂ©couverte de Terminus de Tom Swerderlitsch. Un livre lu en deux jours… je n’ai pas pu le lĂącher avant la fin, je vous explique pourquoi.
 
 
 

Depuis le dĂ©but des annĂ©es 80, un programme ultrasecret de la marine amĂ©ricaine explore de multiples futurs potentiels. Lors de ces explorations, ses agents temporels ont situĂ© le Terminus, la destruction de toute vie sur terre, au XXVIIe siĂšcle. En 1997, l’agent spĂ©cial Shannon Moss du NCIS reçoit au milieu de la nuit un appel du FBI : on la demande sur une scĂšne de crime. Un homme aurait massacrĂ© sa famille avant de s’enfuir. Seule la fille aĂźnĂ©e, Marian, 17 ans, serait vivante, mais reste portĂ©e disparue. Pourquoi contacter Moss ? Parce que le suspect, Patrick Mursult, a comme elle contemplĂ© le Terminus… dont la date s’est brusquement rapprochĂ©e de plusieurs siĂšcles.
 
 
Si vous entendez rĂ©guliĂšrement parlĂ© des sorties et des livres des Ă©ditions Albin Michel Imaginaire sur le blog, c’est pour trois raisons :
  • tout d’abord parce que j’ai un partenariat avec cette maison d’Ă©dition depuis sa crĂ©ation en 2018 (merci Gilles Dumay),
  • ensuite parce que les choix Ă©ditoriaux d’AMI sont osĂ©s, originaux et variĂ©s,
  • et enfin parce que sur 16 titres dĂ©jĂ  parus dont 9 que j’ai lu, j’ai dĂ©jĂ  eu 3 coups de cƓur ! C’est dire la qualitĂ© des livres parus.
Pour en revenir Ă  Terminus de Tom Sweterlitsch, sans ĂȘtre un coup de cƓur (pour une raison que je vous expliquerai plus loin) ce livre est encore une fois une trĂšs bonne pioche de la part d’Albin Michel Imaginaire. Un rĂ©cit de SF ambitieux sur les voyages dans le temps mais Ă©galement un thriller qui vous tient en haleine dĂšs les premiĂšres pages. Terminus est de ces romans Ă  cheval sur plusieurs genres qui lui donne la possibilitĂ© de toucher diffĂ©rents types de lecteurs : SF, thriller, polar, anticipation (ça c’est pour ne pas faire peur aux gens qui ne veulent pas voir une Ă©tiquette SF sur leur livre).
 

Elle verrait des choses que son esprit n’assimilerait pas, on l’en avait avertie. Dans une forĂȘt morte, en hiver – un hiver Ă©ternel, des arbres noircis par un feu ancien et gainĂ©s de glace, des troncs effondrĂ©s, un treillage de branches carbonisĂ©s. 

Tout commence par une rĂ©vĂ©lation que l’auteur fait Ă  son lecteur : depuis de nombreuses annĂ©es, l’armĂ©e amĂ©ricaine a appris Ă  voyager dans le temps et dans l’espace. Elle a lancĂ© plusieurs missions d’exploration aussi bien en espace profond qu’en temps profond. De ces expĂ©ditions, les informations ramenĂ©es sont prĂ©occupantes voir catastrophiques… Aucune planĂšte abritant la vie n’a Ă©tĂ© dĂ©couverte et tous les avenirs de l’humanitĂ© semblent aboutir au Terminus. Ce phĂ©nomĂšne qui dĂ©truit toute vie sur Terre dans un lointain futur qui pourtant ne cesse de se rapprocher. Et puis nous nous retrouvons sur Terre en 1997. Un massacre horrible a eu lieu, le coupable prĂ©sumĂ© Ă©tant un Seal, le NCIS collabore avec le FBI sur cette enquĂȘte. C’est l’agent spĂ©ciale Shannon Moss qui est chargĂ© de cette affaire, en tant qu’agent spĂ©cial du NCIS elle travaille sur toutes les enquĂȘtes ayant un rapport avec le naval Space Command (NSC) et on peut dire que la complexitĂ© de cette affaire va la mener loin aussi bien dans le temps que dans le champs des possibles.

 

Le prologue nous plonge directement en plein roman de SF (dĂšs fois que vous auriez eu un doute) oĂč en 2199, on dĂ©couvre le Terminus et ses effets… particuliers sur les ĂȘtre vivants. ReplongĂ©e ensuite en 1997 et dans une trame plus thriller pour au fur et Ă  mesure des parties lues (et donc des sauts dans le temps) voir se dessiner un trĂšs bon roman de SF sur les voyages dans le temps et leurs connaissances. J’ai trouvĂ© brillante l’idĂ©e dĂ©veloppĂ©e par Tom Sweterlitsch sur le voyage dans le temps et ses consĂ©quences. L’intrigue policiĂšre qui se dĂ©roule, tient le lecteur en haleine et les ramifications temporelles qui apparaissent au fur et Ă  mesure de l’enquĂȘte densifient l’intrigue. C’est franchement dĂ©coiffant et j’avoue que j’ai adorĂ©. Ce roman de prĂšs de 450 pages, je l’ai lu en deux jours, c’est dire !

 

Le Terminus est une ombre jetĂ©e sur l’avenir de notre espĂšce, dĂ©clara son instructeur. Toutes les lignes temporelles visitĂ©es s’achĂšvent par lui. Et il se rapproche. On l’a d’abord vu en 2666 – mais les voyageurs suivants partis l’observer se sont rendu compte qu’il avait avancĂ©, en 2456. Et il a dĂ©sormais encore progressĂ©, jusqu’en 2121. Le Terminus, si vous voulez, est pareil au couperet d’une guillotine qui tomberait vers nous.

 

Mais alors pourquoi n’est ce pas un coup de cƓur me direz-vous ? Et bien cela tient surtout au style d’Ă©criture de l’auteur que personnellement j’ai trouvĂ© trĂšs « bavard ». DĂšs le dĂ©but, j’ai trouvĂ© que l’auteur nous faisait un peu crouler sous les dĂ©tails et les descriptions Ă  rallonge. Pas que cela n’apporte rien Ă  l’histoire, mais parfois j’ai trouvĂ© qu’une phrase aurait suffit lĂ  oĂč l’auteur en met cinq. Bref, un sentiment surement trĂšs personnel sur ma lecture mais j’avoue que ce n’est pas un style d’Ă©criture que j’apprĂ©cie beaucoup.

Que ce sentiment personnel ne vous fasse pas passer Ă  cotĂ© du principal : ce roman de SF est rĂ©ussi, son rĂ©cit uchronique et sa thĂ©orie sur le voyage dans le temps et l’espace lointain je les ai trouvĂ© top ! La fin Ă©tant Ă  la hauteur de ce que l’auteur nous a dĂ©montrĂ© dans le reste du rĂ©cit : surprenante avec une pointe d’ironie. Tom Sweterlitsch propose un roman trĂšs visuel (les crucifiĂ©s, les scĂšnes de meurtres, le Vardogger) avec une esthĂ©tique marquĂ©e (qui m’ont fait penser Ă  des sĂ©ries Ă  la frontiĂšre thriller / SF comme Dark, Zone Blanche, Fringe). Peu de temps morts dans l’histoire et une lecture somme toute plutĂŽt facile, mĂȘme s’il vous faudra surement vous creuser les neurones pour tout comprendre… enfin essayer du moins.

 

Au final, un trĂšs bon roman. Ce livre est un one-shot Ă  cheval entre le rĂ©cit uchronique, le thriller et les voyages dans le temps. Le tout combinĂ© pour fournir au lecteur une bonne dose de lecture immersive et dĂ©routante. Une seule question : pourquoi s’en priver ? Venez vous aussi dĂ©couvrir le Terminus et la fin de l’humanitĂ©.

Petit spoiler : oui on parle du NCIS, non il n’y a pas Gibbs dedans XD

 

 
 
FacebooktwitterinstagramFacebooktwitterinstagram

13 thoughts on “đŸŒȘ Terminus de Tom Sweterlitsch

  1. Les "longueurs/lenteurs" m'ont par moment fait penser à du Stephen King, dans cette capacité à pas mal détailler et prendre son temps, potentiellement tirer à la ligne, mais tout en parvenant à rester fluide et plaisant.
    En tout cas oui, un trĂšs bon roman, je suis bien d'accord. ^^

    1. J'ai pas osĂ© le dire dans ma chronique (oui parfois je fais de l'auto-censure) mais c'est exactement ça. Des longueurs Ă  la Stephen King… ce qui fait que j'aime bien les histoires que SK racontent mais pas sa plume 😉

  2. Le cÎté se creuser les méninges pour tout comprendre et encore c'est pas sûr ça me fait un peu peur et puis y a pas Gibbs quoi ^^

    1. Si tu as un peu l'habitude de lire sur les voyages dans le temps, je pense que l'histoire est tout à fait abordable 😉

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :