❤ Vita Nostra de Marina et Sergueï Diatchenko

FacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail
image_pdfImprimer cet article en pdf
Comme je vous le disais, j’ai eu beaucoup de bonnes lectures depuis le début de l’année mais celle qui m’a pour le moment le plus marqué est un livre sur lequel je ne mettais pas du tout attardé lors de sa sortie. J’ai été intrigué lorsque Gromovar du blog Quoi de neuf sur ma pile ? l’avait mis en coup de cœur 2019 dans cet article, puis carrément curieuse en lisant les avis plus que flatteurs de Yuyine, Baroona et FeydRautha pour finalement succombé et me lancer dans la lecture de Vita Nostra de Marina et Sergueï Diatchenko.
 

Ces dernières années, plusieurs lectures m’ont particulièrement marqué. Il y a d’abord eu Mes vrais enfants de Jo Walton puis Le problème à trois corps de Liu Cixin et La controverse de Zara XXIII de John Scalzi. A cette courte liste de livres exceptionnels est venu s’ajouter Vita Nostra

 

C’est dans le bourg paumé de Torpa que Sacha entonnera l’hymne des étudiants, à l’« Institut des technologies spéciales ». Pour y apprendre quoi ? Allez savoir. Dans quel but et en vue de quelle carrière ? Mystère encore. Il faut dire que son inscription ne relève pas exactement d’un choix : on la lui a imposée… Comment s’étonner dès lors de l’apparente absurdité de l’enseignement, de l’arbitraire despotisme des professeurs et de l’inquiétante bizarrerie des étudiants ?

Il y a parfois des livre que l’on adore et qui nous rendent bavard et puis il y a ceux qui vous marquent tout autant mais que vous êtes bien en peine de décrire : Vita Nostra fut de ceux-là pour moi. Premier tome indépendant d’une trilogie : Les métamorphoses, écrite par Marina et Sergueï Diatchenko, auteurs ukrainiens, Vita Nostra est un petit bijou Fantastique, difficilement descriptible mais assurément réussi. Avant de vous parler du roman en lui-même, je voudrais déjà saluer le beau travail d’éditeur des éditions l’Atalante ainsi que l’excellente traduction de Denis E. Savine.

 

 
Brevis est, Brevi finietur… « Notre vie est brève, elle finira bientôt… »

 

Il est particulièrement difficile pour moi de vous parler de ce roman. J’ai l’impression que peu importe les mots employés, ils ne seront jamais assez justes pour vous retranscrire mon expérience de lecture et les sentiments qui l’ont accompagné. Je ne veux pas trop vous parler de l’histoire non plus pour ne pas vous givulgacher ce livre. Bref, écrire cette chronique s’avère être un parcours du combattant… mais j’aimerai au moins vous donner envie de découvrir ce livre.

Vita Nostra est un récit qui nous emmène sur les pas de Sacha, jeune étudiante venant d’intégrer l’Institut des technologies spéciales de Torpa. Un choix d’étude pas vraiment fait de son plein gré puisqu’en arrivant à l’Institut elle ne sait même pas ce qu’elle va étudier. Et Sacha va se rendre compte qu’à l’Institut elle n’est pas la seule dans ce cas.

 

Rue « Qui-mène-à-la-mer  » , ce fut ainsi que Sacha décida de l’appeler. Les petites plaques qui portaient le nom mensonger de cette voie, un mot simple et repoussant, n’avaient aucun sens. Il arrive que les gens donnent des noms stupides à des choses merveilleuses, et inversement…

 

Ce roman est avant tout le récit brillant du passage de l’adolescence à l’âge adulte, cette métamorphose que vont nous décrire les auteurs en jouant aussi bien sur les mots, les concepts que sur les attentes de cet âge où tout est encore à découvrir. Composé de trois parties, chaque partie correspondant à une année passée à l’Institut, ce roman est emplit d’une atmosphère de mystère d’un bout à l’autre, une atmosphère qui perdure même après la fin de la lecture. Car Vita Nostra est un roman d’apprentissage aussi bien pour les étudiants de l’Institut que pour les lecteurs. J’ai presque eu l’impression moi aussi de réapprendre les mots en parcourant ce texte tout comme Sacha en lisant son module textuel.

 

Je vais être claire, la lecture de ce roman ne peut pas laisser indifférent et arrive à toucher le lecteur a tel point que plus l’histoire avance, plus une frénésie de lecture s’empare de lui. Car le lecteur, comme Sacha, a soif d’apprendre et de comprendre cet environnement à la fois banal (internat, cours de sport, d’anglais et de mathématiques) et emplit d’inconnu et d’une part de magie ? Un roman qui nous parle d’obéissance et de connaissance de soi, d’expérience et de compréhension. Une perle qui manie le langage et les concepts qui y sont liés avec virtuosité pour nous proposer une expérience de lecture entre le classique : un roman d’apprentissage et l’exceptionnel : un roman qui transcende les mots. 

 

Le monde tel que vous le voyez n’existe pas. Quant à l’image que vous vous en faites, n’en parlons pas. Certaines choses vous paraissent évidentes et acquises, pourtant elles n’existent pas.

 

Vita Nostra est également un récit fait de gris, le bien, le mal, qu’est-ce vraiment ? Tout est question de point de vue et de motivation. En plus du récit en lui même j’ai aimé le contexte dans lequel il est placé. Dans un pays à la culture russe, il est intéressant de voir l’importance de l’université où l’on fait ses études, la dynamique des liens familiaux et  les interactions sociales. Cela en fait un roman qui navigue entre moments de ravissement et dures réalités de la vie…

 

Au commencement était le Verbe…

 

Au final, ce roman est une perle et une énorme coup de cœur pour moi. Au moment où je finis d’écrire cette chronique, il vient de recevoir le prix Imaginales 2020 du meilleur roman étranger. Alors pour être claire et sur les conseils de Baroona, je vous dirais : lisez ce roman, il y a de bonnes chances que ce soit votre meilleure lecture de l’année !

 

 
FacebooktwitterinstagramFacebooktwitterinstagram

13 thoughts on “❤ Vita Nostra de Marina et Sergueï Diatchenko

  1. Seulement 5 étoiles sur 5 ? =P
    Quel livre. Il faut le lire pour le croire, mais tu as bien réussi à retranscrire cette expérience de lecture. Ravi qu'il t'ait plu en tout cas, même si je n'en doutais pas parce que : quel livre.

  2. Wow, je n'y ai pas vraiment prêté attention au début, mais je me rends compte que c'est un coup de cœur pour pas mal de monde. Je devrais peut-être me pencher dessus finalement 😉

    1. C'est un livre qui est relativement passé inaperçu à sa sortie… mais c'est vraiment une expérience de lecture à tenter !

  3. Je l'ai découvert avec le Prix des Imaginales, et il est clair que j'aurais craqué dessus le week-end dernier si les Imas n'étaient pas tombées à la Moselle. Et là cet article me conforte encore plus dans cette idée. Il y a de grandes chances qu'il fasse l'objet d'une prochaine commande en librairie, avec Danse avec les lutins, tant qu'à faire. Combo Atalante.

    1. Combo gagnant pour l'Atalante. Je n'ai pas lu Dans avec le lutins mais Vita Nostra c'est vraiment du très bon !

  4. Je ne sais pas si j'irais jusqu'à l'inscrire dans mon panthéon personnel (c'est un club ultra select ^^) mais il est bien parti pour faire partie des mes meilleures lectures de l'année. C'est vraiment une expérience de lecture unique, rien que pour ça il vaut le détour.

  5. Ce livre me fait tant rêver depuis des mois que, désespérant de voir ma bibliothèque l’acheter, j’ai réussi à me le faire emprunter par une personne tierce d’une autre bibliothèque. Joie immense !

    1. Tu aurais du me dire, j’aurais pu te le prêter.
      En tout cas, bonne lecture, j’espère qu’il te plaira à toi aussi 🙂

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :