All you need is kill : la bataille contre les Mimics continue

FacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail
image_pdfImprimer cet article en pdf
All you need is kill l’intégrale parue aux Editions Kazé.

Rita Vrataski, ce nom vous dit quelque chose?

L’humanité est engagée dans une guerre sans précédent. Son ennemi : une civilisation extraterrestre connue sous le nom de « Mimics », déterminé à exterminer toute vie humaine.Sur l’île de Kotoiushi, armées japonaise et américaine tentent de lutter contre cette invasion de monstres redoutables. Mais parmi tout les soldats, seul le jeune Keiji Kiriya semble revivre indéfiniment la même bataille…

Et il vous fait plutôt pensé à un livre, à un manga ou à un film? Perso, moi ça me faisait surtout penser à un film avec Tom Cruise et Emily Blunt « The Edge of Tomorrow » et puis j’ai découvert une adaptation manga « All you need is kill ». Comme je suis curieuse, j’ai voulu savoir qui était la poule et qui était l’œuf… et j’ai découvert que ce n’était ni le film hollywoodien (pas très étonnant) ni le manga et qu’à l’origine de cette histoire de Science Fiction se trouve un roman Young Adult japonais intitulé également « All you need is kill » écrit par Hiroshi Sakurasaka.

All you need is kill de Hiroshi Sakurazaka et son adaptation manga en 2 tomes

J’écris cette chronique pour vous parlez du manga mais je ne peux m’empêcher de comparer l’histoire mise en images par Takeshi Obata, le dessinateur de Death Note et Bakuman, et la version américanisée de Doug Liman. Ce n’est pas tous les jours qu’on peut comparer deux adaptations, une en manga et une en film. J’ai aimé les deux qui ont en commun l’invasion extraterrestre qui accule l’humanité dans ses derniers retranchements, la boucle temporelle et les deux personnages principaux faisant cause commune pour abattre les Mimics.

Edge of tomorrow de Doug Liman avec Tom Cruise etEmily Blunt

Là où la version américaine nous sert le héros qui sauve le monde, la version japonaise est plus pragmatique et bien plus sombre. La grosse différence entre ces deux adaptations est leurs ambiances. Là où le film met en avant l’espoir et une solution pour pouvoir encore sauver l’humanité, le manga nous présente l’horreur de cette invasion (renforcée par le graphisme des Mimics qui sont loin de ressembler à des félins comme dans le film) et l’humanité retranchée dans les dernières zones non envahies. Vous l’aurez compris, dans la version manga pas de happy end.

Nous nous retrouvons au moment où la victoire contre les Mimics semble s’éloigner à chaque bataille et où seul les forces spéciales américaines menées par Rita Vrataski remportent quelques victoires.

L’histoire s’enchaine sans temps mort, là ou l’on pourrait s’attendre à quelque chose de très répétitif, on trouve en fait un rythme très punchy servi par des dessins extrêmement fins et des batailles grandioses surtout qu’ici Rita se bat avec une hache digne de la Snaga de Druss !

Un graphisme épuré qui rend les bataille très graphiques et un scénario très bien mené, l’histoire ici n’est qu’un interlude dans la bataille contre les Mimics. Est ce qu’on a envie d’avoir une suite? Oui et non, je trouve que l’histoire ce suffit à elle-même pas besoin de connaitre le début et la fin de cette guerre mais la journée que Rita Vrataski et Keiji Kiriya ont passé ensemble est mémorable.

Je pense que je vais me lancer dans le lecture du roman afin de connaitre l’ensemble de l’histoire de l’invasion des Mimics et de Rita Vrataski !

FacebooktwitterinstagramFacebooktwitterinstagram

Laisser un commentaire