Dans ma biblio, il y aussi ? Episode 1

FacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail
image_pdfImprimer cet article en pdf
Voilà le premier rendez-vous de « Dans ma biblio, il y a aussi… » pour vous faire découvrir un livre sorti de ma bibliothèque et lu il y a… pffff…. longtemps !! Mais qui m’a marqué (et que j’ai accessoirement relu pour faire cette chronique 😉 )

Pour ce premier rendez-vous je vous propose de découvrir un auteur dont j’ai dévoré les livres lorsque j’étais étudiante et qui est, pour moi, un très très grand auteur de livre d’horreur. Mais je tiens tout de même à vous prévenir, le style Lovecraft est un style à part et qui n’est pas vraiment classique ou grand public. Son style est très descriptif, il y a peu de dialogue et l’horreur entraperçue est souvent indescriptible et sans nom.


Dans ces nombreux écrits Lovecraft nous dépeint l’humanité comme n’étant pas capable de comprendre la grandeur et la profondeur de l’univers dans lequel elle évolue. Chaque personnage qui découvrira une partie des mystères liés à la mythologie horrifique de Lovecraft mettra en péril sa santé mental tellement les horreurs qu’il croisera seront au-delà de toute compréhension pour l’esprit humain. 

Dans l’abime du temps de H.P. Lovecraft aux Éditions FolioSF

Dans l’abime du temps est un recueil de quatre nouvelles de H.P. Lovecraft qui chacune nous fait entrevoir une partie de l’univers et de la mythologie mise en place tout au long de l’œuvre de l’auteur.
Les quatre récits qui composent ce recueil sont moins des nouvelles au
sens courant du terme que de nouvelles vues sur le monde extraordinaire
et terrifiant créé par Lovecraft. L’humanité y est aux prises avec
les êtres surnaturels, maîtres de la terre avant l’arrivée des hommes,
qui tentent de recouvrer leur suprématie perdue. Faisant appel aux
images, aux mythes, aux récits de toutes les traditions, Lovecraft
compose des philtres qui n’ont pas cessé depuis trente-cinq ans de
bouleverser les esprits.
Les Montagnes hallucinées (At the mountains of madness)
L’Appel de Cthulhu (The Call of Cthulhu)
La Maison de la sorcière (The Dreams in the Witch-House)
Dans l’abîme du temps (The shadow out of time) 
Ce recueil est mon préféré de Lovecraft. On y retrouve tous les personnages de la mythologie de l’auteur : les Grands Anciens, Cthulhu, les Shoggoth, les Mi-Go, etc… Personnellement j’adore la nouvelles des montagnes hallucinés mais les quatre valent d’être lues pour comprendre le monde de cet auteur hors normes.
L’effet de ce monstrueux  spectacle était indescriptible, car quelque diabolique violation de la nature semblait évidente au départ. Ici, sur un haut plateau follement ancien d’au moins vingt mille pieds d’altitude, et dans un climat radicalement inhabitable depuis une époque pré-humaine remontant au moins à cinq cent mille ans, s’étendant presque à perte de vue un enchevêtrement méthodique de pierres que seule une une réaction mentale désespérée d’autodéfense eut attribué à une origine autre que consciente et artificielle.
Ces quatre nouvelles sont  écrites sous forme de témoignage, aucun dialogue et beaucoup de descriptions. Dans chacune de ces nouvelles, le personnage principal raconte une histoire qui l’a profondément traumatiser en découvrant une part de l’histoire cachée de la Terre.
Je repensais  aux mystérieux mythes primitifs qui m’avaient hanté si obstinément depuis ma première image de ce monde antarctique mort – celle des démoniaques plateau de Leng, des Mi-Go ou abominables hommes des neiges de l’Himalaya, des Manuscrits pnakotiques avec leurs implications pré-humaines, du culte de Cthulhu, du Necronomicon, et des légendes hyper boréennes de l’informe Tsathoggua et du frai d’étoile pire qu’informe, associé à cette semi-entité. 
Les montagnes hallucinées est vraiment
la plus impressionnante. L’équipe scientifique qui au fin fond de
l’Antarctique inexploré au début du siècle dernier découvre ce que personne d’autre n’avait imaginé
et qui pourrait changer complétement la vision de l’évolution sur la
planète, est un récit qui donne des frissons et fait travailler
l’imagination. 
La maison de la
sorcière
ressemble plus à un huis clos effrayant où le folklore
populaire rejoint la réalité dans une effrayante suite d’évènement lors
de la nuit du sabbat. La nouvelle a d’ailleurs été adaptée en BD par


L’appel de
Cthulhu
et Dans l’abime du temps sont deux témoignage où la découverte
de traces d’une vie sur Terre plus ancienne que l’homme plonge des hommes
de sciences dans le plus profond désarroi. Elle introduit le personnage si cher à Lovecraft qu’est Cthulhu avec ses adorateurs de l’ombre aussi dangereux que fous. On y découvre aussi la ville d’Arkam et l’université de Miskatonic qui seront le cadre de la plus part des histoires de l’auteur.
Ce recueil donne une bonne idée du style de Lovecraft et du type d’histoire qui composent sa bibliographie. 
 » Dans sa demeure de R’lyeh la morte, Cthulhu attend en rêvant. »
FacebooktwitterinstagramFacebooktwitterinstagram

Laisser un commentaire