Aurora de Roxane Dambre : un one shot sympathique

FacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail
image_pdfImprimer cet article en pdf
Et voici une nouvelle chronique sur une autre de mes auteurs préférés : Roxane Dambre. Depuis que j’ai lu ces deux saga Animae et Scorpi, je suis complètement fan de l’écriture et de l’humour de l’auteur qui pour moi fait de ses livres de très bons romans feel good.

Aurora de Roxane Dambre paru aux Éditions de l’épée

Tout s’annonçait pourtant bien, en cette rentrée à la Sorbonne. J’étais acceptée dans la prestigieuse École Pratique des Hautes Études pour une thèse en langues sémitiques et hébraïques. La promesse d’années d’études éclatantes, à moi les secrets des civilisations disparues ! Et puis…Et puis Yann a débarqué dans ma vie. 50 ans, 1m80, yeux bleus, cheveux argent coupés ras, blouson de cuir, énorme moto. Avec une histoire invraisemblable de parchemins vieux de plusieurs millénaires à traduire, pour lesquels il avait besoin de moi. Parchemins qu’il aurait piqués dans les réserves secrètes du Vatican. Oui, parce qu’en plus il est prêtre! Au début, j’ai cru à un bizutage organisé par ma directrice de thèse. La traduction des parchemins allait sûrement aboutir à « Bravo, Aurore! » ou « Bienvenue dans les meilleures années de ta vie ! » Mais dans la bibliothèque de l’université, le livre que je venais chercher a été détruit.Et les deux bibliothécaires atrocement torturés avant d’être tués, par une créature terrifiante qui m’appelle « Aurore chérie » et m’explique que nous allons faire équipe. Moi, je ne suis pas croyante, Dieu et les anges, ça ne me dit rien. Mais je le sais maintenant, les démons, eux, existent.Et le pire d’entre eux, Asmodeus, un des rois de l’Enfer, vient de m’obliger à faire alliance avec lui.

C’est un vrai plaisir pour moi, de retrouver la plume de Roxane Dambre pour de nouvelles aventures et de se retrouver dans un de ces univers fantastiques. Pour ce nouvel opus, nous rencontrons Aurore à la Sorbonne où elle vient de commencer son doctorat de langues anciennes notamment celles du Moyen Orient. Aurore est, comme tous les personnages principaux de Roxane Dambre, tout de suite sympathique au lecteur. J’aime particulièrement le coté « vivant » que l’auteur arrive toujours à donner à ses personnages en leur attribuant à chacun des petites manies. Aurore, elle, donne des notes sur 10 à sa journée ou aux petites choses qui lui arrivent, ce qui m’a fait sourire. Sur les marches de la Sorbonne, elle rencontre Yann, la cinquante séduisante et prêtre de son état qui lui demande une traduction de très vieux documents provenant du bassin mésopotamien. Difficile pour une thésarde dont c’est la passion de résister à traduire ces documents uniques. Et c’est ainsi qu’Aurore plonge dans les problèmes qui vont l’amener loin de Paris sans qu’elle sache vraiment comment sa vie a pu prendre un tel tournant en si peu de temps. 

Elle me dévisagea avec un air de poule qui a trouvé un couteau. Le père Yann se détourna un instant de sa fenêtre.
– J’espère bien que non § s’exclama-t-il. Pourquoi pensez-vous une chose pareille ?
– Ben… Hier soir… Pendant le diner… Je vous ai même dit que j’avais lavé mes rideaux pour rien…
– Je croyais que vous plaisantiez !
Asmodée éclata d’un rire tonitruant, assez curieux dans une si jolie bouche.
– Vous êtes mortels, les copains, je vous adore ! rugit-elle.
Ah…

Pour ce nouveau livre, Roxane Dambre choisit un univers entre anges et démons où elle s’approprie les écrits chrétiens de la Génèse pour une revisite. Résultat : un roman bien ficelé et léger qui se lit tout seul. Les personnages y sont, comme d’habitude, sympathiques, plein d’humour et attachants dans leurs défauts. J’ai bien aimé la symbolique des anges protecteurs qui à chaque instant veille sur nous et qui tentent de nous protéger et de nous conseiller dans notre vie tout en nous laissant notre libre arbitre. Mais également le fait d’avoir plusieurs points de vues dans le récit, je trouve que ce style d’écriture densifie le récit et donne plus de place aux personnages dits « secondaire » tout en nous montrant le personnage principal sous un nouvel angle. Roxane Dambre nous parle donc religion dans ce nouveau tome mais sans prosélytisme ou fanatisme sachant que son héroine est non croyante et qu’elle arrive à garder un ton léger et plein de bons sentiments.

Ce tome n’a pour moi pas été un coup de cœur même si j’ai passé un très bon moment de lecture. J’avoue que les histoires d’amour des série Animae et Scorpi m’avaient beaucoup plu et que dans ce one-shot où il n’y en a pas, j’ai eu un petit manque, ça doit être mon coté midinette. Je suppose également que ce livre pourrait ne pas plaire à tout le monde, il faudrait peut être rajouter la mention « Attention, livre plein de bons sentiments… A ne pas mettre entre toutes les mains ». Par contre perso, j’ai beaucoup aimé l’environnement de ce tome entre Paris et Jérusalem, j’aime beaucoup voyager avec Roxane Dambre, entre petites anecdotes sur la nourriture et les moyens de transport, le dépaysement est garanti plein d’humour ! 

– Donc ça doit être le blabla guimauve habituel de la Création qui chante son amour pour Dieu.
Le blabla guimauve ? Voilà une expression qui valait un bon 9/10 ! Il fallait absolument que je la recase quelque part.

Ce livre est encore un bon roman feel-good avec une héroine attachante et pas mal de protagonistes inattendus. Un roman entre Charley Davidson et les personnages de Sophie Kinsella mais en YA. Une plume légère et entrainante pour un roman qui nous propulse entre la Sorbonne et l’église du St Sépulcre. Ce livre est pour moi dans la lignée de la bibliographie de l’auteur : on ne s’ennuie pas, on se marre même, surtout devant les déconvenues de notre héroine et on se laisse porter par une histoire pleine de bons sentiments, sans réel méchant mais qui en fait le roman feel good que j’adore lire de temps en temps. Bref une bonne lecture qui m’a donné le sourire aux lèvres !




FacebooktwitterinstagramFacebooktwitterinstagram

4 thoughts on “Aurora de Roxane Dambre : un one shot sympathique

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :