Le nombril du monde de Roland C. Wagner : Les saisons de létrange continuent !

FacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail
image_pdfImprimer cet article en pdf
Ma lecture des différents tomes des Saisons de l’étrange continue et aujourd’hui je vous parle du deuxième livre de la collection : Le nombril du monde de Roland C. Wagner. Un roman court, environ 120 pages, avec une couverture au top ! J’adore les couleurs vives de cette collection 😉

Le nombril du monde de Roland C. Wagner paru dans la collection les Saisons de l’étrange

Un menhir venu des temps immémoriaux, aux pouvoirs secrets, va bientôt déchaîner toute sa force.


Pour se dresser devant les forces du Mal, un seul homme, l’Œil, musicien
qui a roulé sa bosse dans le milieu du rock et de ses « stars ». Le
menhir est le Nombril du monde. Tous les quatre-vingt-quinze ans, la
pierre dressée se recharge en potentiel mystique pour libérer Satan de
sa prison. Une course contre la montre pour sauver le monde est déjà
lancée…

Druides, satanistes, apparitions, magie noire, cérémonies clandestines
et rites occultistes… C’est à une affaire bien obscure qu’est
confrontée Yasmine, l’une des enquêtrices de l’étrange de l’Agence
Arckham.

Une histoire parisienne

Une belle surprise au début de ma lecture, me voici dans le bois de Meudon à deux pas de chez moi ! J’adore retrouver une ambiance fantastique dans des lieux que je connais, j’ai toujours un petit frisson sympathique lors de ma lecture. Dans ce deuxième livre de la collection Les Saisons de l’étrange, nous suivons l’œil, musicien un peu paumé qui navigue entre concerts tremplin et bar PMU du coin. C’est lors d’un de ces concerts où il joue avec son groupe que l’Oeil est témoin d’un phénomène inhabituel lors du tour de « chant » d’un groupe du style « hard-trash-death-speed-metal-core avec une pointe de dark-grind-heavy-batcave » (tout un roman). Le chanteur genre sataniste scarifié convulse sur scène et une sorte d’ombre géante jailli de sa bouche. Pour l’Oeil qui porte bien son surnom, cette manifestation ne va pas passer inaperçue et va suffisamment l’intriguer pour qu’il se lance dans sa propre enquête. Surtout que dans le même temps d’autres évènements atypiques secouent le cimetière du Petit-Clamart où plusieurs tombes ont été vandalisés, les corps volés… mais où tout cela va-t-il le mener ? Entre processions étranges la nuit dans les bois de Meudon, apparitions démoniaques et batailles entre groupes rivaux, le sud parisien a perdu de sa tranquillité !

Le menhir solitaire se dresse dans la nuit tiède, au creux d’un repli de terrain situé non loin de la route goudronnée qui sinue à travers les bois de Meudon et de Clamart. Il doit être minuit, mais il n’y a pas si longtemps que l’obscurité à étendu son voile sur la foret paisible, car la conjonction de l’approche du solstice et de l’heure d’été allonge démesurément les soirées.

L’Agence Akham : l’étrange c’est son affaire

Le nombril du monde, c’est la première enquête que nous suivons avec l’Agence Arkham. Une agence de détectives privés qui n’accepte de travailler que pour des cas bien spéciaux relevant de l’étrange. Dans la seconde partie du récit, c’est Yasmine, membre de l’agence Arkham et amie d’enfance de l’Oeil qui arrive dans le sud de Paris pour s’intéresser aux évènements étranges que l’Oeil tente de lier les uns aux autres. Un retour aux sources pour Yasmine qui s’est depuis longtemps éloignée de Paris et de son frère dans le genre brute protectrice macho et qui ne va pas être de tout repos !

Il ricana bêtement.
– Et c’est tout ? insista Yasmine.
Zidan le Terrible secoua la tête.

L’autre soir, Gioanni s’est retrouvé chez les keufs à cause d’une
retteba de marocain. Vesr une heure du mat’, trois flics sont arrivés,
plutôt énervés. Il disaient qu’un « démon » avait bousillé leur secai dans
le coin de la Pierre aux Nemois.

– Un démon ?

Un roman court mais plein de peps

Avec un peu plus de 120 pages, ce deuxième tome de la collection Les saisons de l’étrange est un excellent amuse-bouche. Un récit entre action, fantastique et enquête, on se régale. Seul problème ? C’est couuuuurt ! Du coup on a hâte de retrouver l’agence Arkham dans une nouvelle enquête. J’ai beaucoup aimé le ton que Roland C. Wagner utilise dans ce roman légèrement décalé. Au lieu de nous plonger dans un récit horrifique à la Lovecraft comme aurait pu le laisser suggérer le début du livre, l’auteur nous propose plutôt un récit avec des touches d’humour et d’action qui ne se prend pas trop au sérieux. Encore une fois, un livre complètement dans le thème de la collection Les saisons de l’étrange avec son coté Pulp qui me plait de plus en plus !

En bref, laissez-vous tenter par ce roman court avec son petit coté fantastique et son enquête dans les bois de Meudon. C’est fun avec du peps et franchement on passe un très bon moment.

FacebooktwitterinstagramFacebooktwitterinstagram

0 thoughts on “Le nombril du monde de Roland C. Wagner : Les saisons de létrange continuent !

  1. Je n'ai pas encore commencer les miens, mais celui-ci sera certainement un des premiers, j'aime beaucoup l'humour de l'auteur !

    1. Je ne connaissais pas cet auteur mais c'est vrai l'humour présent dans le récit est très agréable 😉

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :