Le secret d’Excalibur d’Andy McDermott

FacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail
image_pdfImprimer cet article en pdf
Je lis de moins en moins de livres qui ne sont pas de la SFFF. Mais de temps en temps, il faut savoir varier les plaisirs ! J’ai commencé la série des aventures de Wilde & Chase, un peu par hasard mais le mélange entre aventures à la Indiana Jones et scènes d’action à la James Bond a fait de mes lectures des deux premiers tomes, une lecture fun et sans prise de tête. Vous pouvez retrouver mes chroniques de A la poursuite de l’Atlantide et de  Le tombeau d’Hercule. J’ai donc attaqué le tome 3 de la série : Le secret d’Excalibur comme on va au cinéma voir un bon film d’action !

Une arme légendaire

Gravée d’une énigme menant à une source inépuisable d’énergie, elle
rendrait invincible quiconque la porte au combat. Voilà pourquoi
Excalibur, l’épée du roi Arthur, a toujours été si convoitée. Mais elle a
disparu depuis l’époque des Templiers et certains pensent même qu’elle
n’a jamais existé.


Des tueurs sans pitié


L’historien Bernd Rust pense l’avoir retrouvée, mais il a besoin de Nina
pour financer ses recherches. D’abord sceptique, la jeune directrice de
l’agence internationale du patrimoine refuse de s’engager… jusqu’à ce
qu’une bande de mercenaires déterminés s’empare des travaux de
l’historien.


Une course contre la montre


Wilde et Chase n’ont plus le choix : ils doivent trouver Excalibur en
premier, pour le bien de l’humanité. Des déserts de Syrie aux étendues
gelées de l’Arctique, Nina et son fiancé Eddie, ancien agent des
services secrets, sont lancés dans une chasse au trésor qui promet bien
des dangers…
On retrouve notre couple d’aventuriers intrépides juste avant leur départ pour l’Angleterre où Nina doit rencontrer la famille d’Eddy. Après avoir découvert l’île de l’Atlantide et le tombeau d’Hercule, ce sont des vacances méritées mais quelques peu stressantes qui attendent les fiancés… quoi de plus difficile que d’affronter sa belle famille dont on ne sait absolument rien ? Mais Nina en a vu d’autre et même si Eddy ne fait rien pour la mettre à l’aise, elle est bien décidée à profiter de sa visite en Angleterre. Mais c’était sans compter sur le karma, ou la malchance au choix, car un vieil ami des parents de Nina la contacte concernant la recherche d’un trésor de l’histoire de la Grande-Bretagne : Excalibur. Et voilà comment des vacances se transforment en course poursuite à travers une bonne partie de globe à la recherche des deux armes mythiques du roi Arthur : Caliburn et Excalibur. 

Chase lut à haute voix le premier paragraphe.
–  » Un jour, elle est à la Maison-Blanche pour recevoir des mains du Président la plus haute distinction des Etats-Unis. Le lendemain, elle se retrouve impliquée das une course-poursuite de voitures avec échanges de coups de feu, dans une paisible petite ville balnéaire. La célèbre archéologue Nina Wilde, mondialement connue pour avoir découvert la cité perdue de l’Atlantide, a été arrêtée hier après une folle équipée à travers Bournemouth qui a entraîné d’importants dégâts et causé la mort de trois personnes, sans parler de dizaines de blessés… »
Ouais, c’est pas génial…
-Nooon, tu crois ? tempêta Nina. Et l’Atlantide n’est pas une cité, c’est l’île tout entière, bon sang ! Pourquoi tout le monde commet-il toujours la même erreur ?

Il ne faut attendre que quelques dizaines de pages avant que le rythme effréné qui était déjà présent dans les deux premiers tomes ne reviennent, et c’est parti pour une course poursuite entre espionnage russo-américain et recherche archéologique le tout en voyageant de l’Angleterre à la Sibérie en passant par la Syrie. Andy McDermott reprend les même ficelles que dans ces précédents livres, un peu comme les suites dans les films hollywoodiens. Il nous propose avec Le secret d’Excalibur, un récit qui fleure bon le mélange entre Indiana Jones et James Bond : action, action, archéologie, espionnage et encore action. Mais on peut s’accorder sur un point : si le récit n’est pas surprenant, il reste efficace et addictif : un livre de divertissement !

Mitchell s’exclaffa.
– Le genre d’endroit où vous risquez de tomber sur un… jardinet !
Chase se prit le visage dans les mains.
– Oh pitié ! Pas de citations des Monty Python ! Sans déconner, j’ai l’impression de me retrouver dans la bagnole d’une bande d’étudiants.
– Jack, au secours, au secours, on m’opprime présentement! lança Nina d’une voix aiguë. Enfin qu’est ce que tu trouves à redire aux Monty Python ? C’est une classique de l’humour britannique : je pensais que tu les aimais !

L’auteur n’a même pas eu peur d’utiliser certaines ficelles assez téléphonées comme la CIA contre les oligarques russes ou le fait qu’après s’être fait avoir deux fois, nos valeureux aventuriers se font encore avoir une troisième fois… mais bref, même si on se dit que le tout est parfois un peu gros et que ce n’est pas en faisant toujours plus gros, toujours plus fort qu’on a une bonne histoire, j’avoue que la recherche de l’épée du roi Arthur et le récit construit autour de cette quête est plutôt bien mené et intéressant. Suffisamment pour faire oublier les gros sabots qu’utilise parfois l’auteur. Avec cette pointe de récit à la Indiana Jones qui me plait toujours
autant et les personnages qui, quoique parfois agaçants (les grosses
ficelles toujours), se laissent suivre et nous embarque à chaque fois
pour des voyages toujours plus mouvementés : voitures, hélico, avion,
bateau, sous-marin… tout y passe 😉
En bref, un bon troisième tome : on a vraiment l’impression de lire un film d’aventures et d’action et ce coté cinématographique des livres d’Andy McDermott est vraiment plaisant. Ce n’est pas le livre de l’année mais chaque tome de cette série est fun à lire et fait passer un bon moment à son lecteur. Je trouve d’ailleurs ce tome 3 un peu meilleur que le 2, le coté « Histoire et Recherche » étant plus développé cette fois. Divertissement garanti !

FacebooktwitterinstagramFacebooktwitterinstagram

Laisser un commentaire