Morts de Philippe Tessier

FacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail
image_pdfImprimer cet article en pdf
Après une énorme panne d’écriture de chronique (la plus longue il me semble depuis que j’écris sur le blog…), je reprends enfin du service derrière mon clavier pour vous parler d’un livre qui m’a beaucoup plu : Morts de Philippe Tessier. J’ai lu la semaine dernière le témoignage d’Antoine Dole paru chez Actualitté
sur plusieurs anecdotes liées à son métier d’auteur jeunesse et j’ai
été particulièrement touchée par l’importance qu’avait pour lui les
retours de ses lecteurs et/ou de leurs parents. Alors je me dis qu’il est
important de parler des livres que l’on a aimé et surtout de vous donner
envie de les découvrir à votre tour.

J’ai eu la chance de rencontrer Philippe Tessier au salon Livres Paris en Mars 2019 où il dédicaçait son livre en avant première, et en plus j’ai reçu son livre en service presse. Un court roman de 200 pages dont la couverture et la première ligne vous disent tout sur le style de ce livre légèrement inclassable.

Alors qu’il venait de mourir, Joseph se réveilla…

Alors qu’il venait de mourir, Joseph se réveilla… Imaginez son
étonnement en reprenant conscience sous le regard passablement vide de
squelettes aux orbites creuses l’invitant à les suivre. C’est le début
d’une aventure improbable où il est question de trépas, d’ossements et
de poussière… beaucoup de poussière. Joseph est confronté à des
questions existentielles dont la plus ardue est certainement de savoir
s’il est vivant ou mort.
Et que dire des singuliers personnages qu’il va rencontrer ? Sont-ils
aussi trépassés que lui ou le fruit d’un délire psychédélique ? D’une
pitoyable expérience de mort imminente ? Ou tout simplement d’une
indigestion de champignon ? La fréquentation de cette galerie
d’individus aussi célèbres que décédés, aux opinions très tranchées sur
notre société, va amener Joseph à se poser une question fondamentale :
mais où diable est passée la Vie ?

Ce livre, c’est littéralement le cauchemar du chroniqueur… Vous racontez quoi que ce soit de l’histoire c’est vous spoiler une partie de l’intrigue et ce serait un vrai gâchis ! Mais comme j’ai beaucoup apprécié ma lecture, j’ai tout de même envie de vous parler de ce court récit fantastique qui ne se prend pas au sérieux et qui est particulièrement succulent à lire.

– C’est vrai qu’avec une société ayant atteint un niveau intellectuel
moyen inférieur à celui de l’huitre commune, ce n’est pas étonnant,
admit Joseph.

– d’un bulot, fit remarquer Ambroise, le plus sérieusement du monde.
– Pardon ?
– Non, j’aurais parlé du niveau intellectuel moyen inférieur à celui d’un bulot. Je trouve que ça sonne mieux..


Bref… reprit Joseph. Je comprends donc que personne ne comprend
rien… maintenant, est-ce que vous pouvez au moins m’expliquer ce que
je fais là, puisque, apparemment, j’étais très attendu.

Morts de Philippe Tessier, c’est un livre franchement hors classement. Un récit fantastique plein d’humour, un peu perché ce qui en fait une lecture savoureuse. J’ai beaucoup ri durant ma lecture, j’ai passé pas mal de temps sur Wikipedia pour connaitre tous les personnages historiques qui participent au récit, mais je suis surtout restée scotchée du début à la fois par cette histoire un brin invraisemblable mais complètement addictive.

– Vous vous apprêtez à investir la surface et je…
– Investir ! s’exclama Joseph, Mais comment voulez-vous que j’encercle la surface ?
– Mais, je…
– Ne lui en veuillez pas trop, intervint Alekseï-Andreï. Monsieur J. était journaliste… et vous savez comment ils sont. Ils se trompent de noms, de mots, de sujets…
– Le pauvre vieux, compatit Joseph. Écoutez, et si vous essayiez d’utiliser uniquement des mots simples, que vous comprenez ?
– Ben moi, ça me parle ! rétorqua Monsieur J.
– Qui vous parle ?
– Je veux dire que ça m’intéresse.
– Vous voyez, comme c’est plus simple, au moins tout le monde comprend.

La plume de Philippe Tessier, dans ce récit, est particulièrement
affutée : les répliques fusent, drôles et piquantes. L’auteur joue avec
l’histoire, la SF et l’actualité, le mélange est parfois incongru mais
le tout est franchement réussi.

– Tout d’abord, permettez-moi de me présenter, ainsi que mes estimées camarades. Je suis Hubertine A.
Elle marqua une petite pause comme si elle attendait une réaction de ces messieurs qui, manifestement, ignoraient parfaitement de qui il s’agissait. Seul Abraham sembla hausser une arcade sourcilière.
– La révision de code Napoléon ? La société du droit des femmes ?
Devant le mutisme des membres du conseil, elle décida de poursuivre.
– Et je suis accompagnée par Olympe de G., ajouta-t-elle en se tournant vers la « dame » qui était coiffé d’une perruque.
– La déclaration des droits des femmes et de la citoyenne ?  » Enfants de la patrie, vous vengerez ma mort »?
Hubertine secoua la tête de dépit devant le manque de reconnaissance flagrant de ses interlocuteurs.
– Et voici Laura C., célèbre philosophe italienne, continua-t-elle en désignant celle qui était en jupe. « Tous les êtres humains, femmes incluses, sont nés avec le droit à l’éducation »? Non? Toujours pas ?
– Et enfin, et non des moindres, Lü B., et je suppose que si je vous parle de la Dynastie Qing et du Dagongbao, ça ne vous évoquera rien du tout. Bon, inutile d’insister après tout, même morts, vous n’êtes que des hommes.

Au final, un livre qui sort du balisage habituel des styles de la SFFF et qui par son format et le récit imaginé par l’auteur nous offre une lecture inattendue et divertissante. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre avant ma lecture et franchement c’était aussi bien ainsi. L’éditeur a très bien réussi son 4e de couv’ qui n’en dévoile qu’un tout petit peu et laisse le lecteur découvrir une histoire tout sauf classique servie par une plume maitrisée nous offrant des dialogues aux petits oignons. C’est plein d’humour, inattendu, un peu perché mais franchement c’est top ! Une très belle découverte aussi bien du livre que de l’auteur pour moi, je ne peux que vous recommander ce roman bourré d’humour et de références historiques.

FacebooktwitterinstagramFacebooktwitterinstagram

0 thoughts on “Morts de Philippe Tessier

  1. J'ai vu une conférence avec lui aux Imaginales et je me suis demandée ce que ça valait. Merci de répondre à ma question 🙂

    1. C'est vraiment une lectrue très sympa !
      Merci ^^ je pense que je vais arriver reprendre petit à petit 😉

  2. Je viens de commencer à le lire. Je n'en peux plus. C'est tellement fin aussi par moment quand même; Et oui, je me demande bien comment je vais faire ma chronique. Je pensais le prendre pour la salle d'attente mais je ne suis pas sûre que ce soit une bonne idée.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :