Petite excursion SF : Départ pour la Longue Terre

FacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail
image_pdfImprimer cet article en pdf
Au milieu de mes lectures découvertes des mondes de l’Urban Fantasy, j’ai fait une petite excursion SF pour un livre qui m’avait intrigué à sa sortie et qui m’attendait dans ma PAL depuis un petit moment. Je remercie d’ailleurs Mina du blog Serial Bookineuse d’avoir accepté de faire cette lecture en LC avec moi !

Je suis donc partie à la découverte de La Longue Terre de Terry Pratchett et Stephen Baxter, curieuse de découvrir le résultat de la collaboration de ces deux grands auteurs de SF et surtout intriguée par le titre et le 4e de couv’ de ce livre. La longue Terre qu’est ce que ça évoque pour vous ?

La Longue Terre de T. Pratchett et S; Baxter aux Éditions Pocket

Il suffit d’un pas, un seul pas, vers l’est ou vers l’ouest pour rentrer dans la Longue Terre. Des Terres vierges de toute trace d’humanité accessibles à l’aide d’un simple mécanisme alimenté par une pomme de terre que même un enfant peut construire. Une ère nouvelle s’ouvre pour toute personne ayant l’esprit pionnier car ces nouvelles terres sont une source infini de découvertes. De nombreuses expéditions se préparent : à bord d’un dirigeable prennent place Josué Valienté, un jeune homme
doué du talent de passer d’un monde à l’autre sans assistance mécanique,
et Lobsang, une intelligence artificielle extravagante qui fut un
réparateur de motocyclettes tibétain dans une vie antérieure. Direction Ouest et en route pour la Longue Terre !

Une saga basée  sur l’idée de mondes parallèles, ce qui n’est pas vraiment une nouveauté en soi mais plutôt dans l’approche qui est choisie, car avec la Longue Terre tout le monde peut voyager d’une Terre à l’autre. Un livre qui ressemble plus au style hard SF de Stephen Baxter qu’à celui plus extravagant de Terry Pratchett. On retrouve tout de même la patte de Pratchett avec l’intelligence artificielle Lobsang ancien distributeur automatique et réincarnation d’un réparateur de motocyclette tibétain !

Une saga donc car La Longue Terre fait partie d’une série en cinq tomes ce qui se sent dans ce premier tome. Le pitch du livre est intrigant et donne envie de se lancer dans l’aventure mais se premier tome prend son temps avec l’histoire. Il ne faut pas s’attendre à beaucoup d’action, la première partie de ce tome 1 nous présente le voyage entre les mondes, les réactions de la population, l’exode et la quête de richesses ou d’idéaux… Bref l’action n’est pas là. La seconde partie du livre nous donne plus de suspense avec la découverte de ces mondes si différents, toutes les possibilités d’évolution de la Terre à un pas de distance, à travers l’expédition de Josué et Lobsang, l’intrigue commence alors avec les découvertes faites par les deux étranges compères.

The Long Earth, la version britannique que j’ai acheté lors d’un voyage en Irlande !

Il y a beaucoup de mondes qui attendent, il suffit d’un petit pas…

Je dois dire que si je n’avais pas lu ce livre en LC avec Mina j’aurais surement laissé tomber avant de passer les 100 premières pages. Les personnages ne sont pas vraiment attachants, parfois tout juste sympathiques ce qui n’aide pas vraiment à s’attacher au récit. Malgré tout, les bons passages rattrapent les passages looooongs et je m’aventurerai surement dans les pages de La Longue Guerre pour connaitre l’évolution de ces terres nouvellement colonisées et de ceux rester sur la Terre d’origine.

Finalement même avec ce premier tome en demi teinte, j’ai envie de continuer l’aventure qui m’intrigue toujours autant, la trame de l’histoire reste pleine de possibilités et les titres des autres tomes me tentent beaucoup :

FacebooktwitterinstagramFacebooktwitterinstagram

Laisser un commentaire