Métaphysique du Vampire : Navarre dans toute sa splendeur

FacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail
image_pdfImprimer cet article en pdf
Je dois avouer que c’est avec beaucoup d’impatience que je me suis jeté sur ce nouveau livre de Jeanne-A Debats, fraichement acheté pour l’opération facebookienne « Le 1er septembre, j’achète un livre/ebook de SFFFH francophone ». J’étais doublement tentée : tout d’abord de retrouver la plume sublime de Jeanne-A Debats et ensuite d’en apprendre plus sur le personnage de Navarre. 

Métaphysique du vampire de Jeanne-A Debats dans la Collection Helios

Métaphysique du vampire de Jeanne-A Debats est composé d’un roman court et de trois nouvelles. Toutes ont pour personnages principale Navarre alias Raphaël, vampire de son état et accessoirement meilleur chasseur de l’église catholique romaine. Et oui, l’église n’étant pas à une contradiction près, elle préfère s’arroger les services d’un monstre que de se salir les mains elle-même. Pour Navarre, c’est plus une question de régime alimentaire, ayant pris l’habitude de déguster ses congénères, la protection de l’église catholique est un luxe qu’il aime à avoir.
Navarre, alias Raphaël, est un vampire vieux de plusieurs siècles,
terriblement beau, joyeusement bisexuel et surtout un assassin
redoutable à la solde du Vatican. Pour sa nouvelle mission, il est
envoyé au Brésil sur les traces d’un ancien nazi. Mais, entre les
divinités locales et la chaleur du Carnaval, la chasse ne s’annonce pas
de tout repos… d’autant qu’il se retrouve accompagné d’un prêtre, au
dogme laxiste, et d’une autre créature de la nuit, Dana,
particulièrement attirante.



Cette édition contient en prime les nouvelles « Lance », « La Fontaine aux serpents » et « Ovogenèse du vampire ».
Après avoir lu l’Héritière et Alouettes, se retrouver dans la tête de Navarre en lisant Métaphysique du vampire a un petit coté jouissif. Les pensées de cet éphèbe sans complexe, bisexuel assumé et amoureux de la beauté sous toute ces formes, sont un petit bonbon littéraire acidulé et une fois qu’on a commencé à y goutter, on a plus envie de s’arrêter.

J’ai un faible pour les beaux. De tous bords. De toutes races. Et même parfois de toutes espèces : je garde un souvenir ému d’un étalon lipizzan, cadeau de reconnaissance d’un inquisiteur cordouan, avec lequel j’ai vécu seize années de passion. Je parle du cheval, pas de l’inquisiteur. Je ne bande pas pour les inquisiteurs. Mais j’ai aussi arrêté les chevaux un certain temps, ils sont trop éphémères. Faudrait pas s’attacher.

Navarre a une manière de réfléchir qui me plait beaucoup : peu d’introspection, une bonne dose d’ironie saupoudrée d’intelligence et une allergie à la connerie bien compréhensible après 4 à 5 siècles d’existence.

– C’est un monstre, il est totalement inhumain !
La prochaine fois qu’on me sort une connerie de ce genre, je jure que j’ouvre mon cran d’arrêt et que je donne une leçon d’humanité bien comprise à l’abruti qui l’aura proférée. Je ne me rappelle pas avoir entendu parler de monstres canins ou félins. La monstruosité, c’est une caractéristique typiquement humaine. Les tigres ont juste faim, eux. Mais le mal pour le mal…le mal con en plus, c’est humain, très humain.

Jeanne-A Debats nous entraine cette fois-ci dans l’Alter-Monde au coté d’un Navarre sublime avec son coté guerrier viking et son esprit piquant. La toile de fond historique est riche de détails et d’analyses des évènements qui m’ont marquées par leurs justesse : crime de guerre pendant et juste après la 2nde Guerre Mondiale, la guerre d’Algérie, le Vatican et son rôle pendant cette sombre période de l’histoire. Bref de l’urban fantasy sur un fond historique aussi riche, c’est juste exceptionnel, je ne m’en lasse pas.
On a plaisir à mieux découvrir Navarre et à entrapercevoir ou à découvrir des personnages rencontrés dans la série Testament : Geraud, Herfauges mais surtout Dana et Dieter. Jeanne-A Debats nous narre leur rencontre avec Navarre, qui s’est passé de manière… intéressante, du genre chewing gum collant, on sait pas vraiment comment on l’a attrapé mais on a du mal à s’en débarrasser 😉
Mais la cerise sur le gâteau, c’est la dernière nouvelle de ce recueil qui nous l’apporte. Encore plus SF que Fantasy, cette nouvelle regroupe tellement d’idées sur notre futur en si peu de pages que je ne peux que vous conseiller de la lire : l’avenir de l’humanité sur Terre, le radicalisme religieux, la génétique, la colonisation… le nombre de thème abordées me laissent pantoise et m’émerveille en même temps. La force du passage sur le corps de la femme à la toute fin de cette nouvelle m’a d’ailleurs beaucoup touchée.
Dans ce livre la plume de Jeanne-A Debats à trouver un  personnage à sa
hauteur. La flamboyance de Navarre, son esprit caustique et le fond
historique de chacune de ses aventures ainsi que les profonds thème de société abordées en fond un petit bijou de la littérature fantastique. C’est magique !

FacebooktwitterinstagramFacebooktwitterinstagram

2 thoughts on “Métaphysique du Vampire : Navarre dans toute sa splendeur

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :