Bandes dessinées et mangas au féminin

FacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail
image_pdfImprimer cet article en pdf

Pas de C’est lundi, que lisez-vous ? aujourd’hui car j’ai eu envie d’écrire un article spécial pour la journée internationale des droits des femmes. Toutes les occasions sont bonnes pour mettre en avant les autrices et les beaux récits au féminin. Je vous propose donc un article pour parler mangas et bandes dessinées au féminin !

Culottées de Pénélope Bagieu paru chez Gallimard BD

J’ai eu la chance de recevoir l’intégrale de la bande dessinée Les culottées de Pénélope Bagieu à Noël et j’ai dévoré ces histoires de femmes à la fois banales et extraordinaires. De celles qui ont bougé les lignes à celle qui ont fait la révolution, cette bande dessinées est un magnifique hommage à toutes ces femmes qui ont été une inspiration pour d’autres souvent parce qu’elles ont été les premières.

Tous les récits sont extraordinaires à leur manière mais j’ai particulièrement aimé celui sur Katia Krafft dont les livres sur les volcans ont accompagnés ma passion pour les Sciences de la Terre et celui de Georgina Reid et du phare de Montauk comme quoi tous les gestes comptent.

Vous pouvez lire un extrait.

Existe en version numérique.

Jujitsuffragettes de Clément Xavier, Lisa Lugrin et Albertine Ralenti paru aux éditions Delcourt

Étonnant récit qui nous emmène au début du XXe siècle en Angleterre alors que Winston Churchill est ministre de l’intérieur. Emmeline Pankhurst a fondé la Women’s Social and Political Union (WSPU) qui milite pour le droit de vote des femmes. Pour tenter de contrer la violence policière que subisse les suffragettes, elle va faire appel à Edith Garrud pour leur apprendre les rudiments du jujitsu, ainsi naissent les Amazones de Londres.

Un récit historique bien mené qui se fait également le miroir de la condition des femmes au Royaume-Uni avant la première guerre mondiale.

Vous pouvez lire un extrait.

Existe en version numérique.

My broken Mariko de Waka Hirako paru aux éditions Ki-Oon

My broken Mariko est un manga poignant qui parle de deuil, de suicide, de maltraitance et de relation toxique. Cependant, ce qui en fait un récit particulièrement fort c’est qu’il parle également d’amitié et de soutien. C’est l’histoire de Tomo qui apprend à la télé la mort de sa meilleure amie et qui décide de récupérer ses cendres pour les emmener là où elles rêvaient d’aller adolescentes. A ce road trip vers la mer se mêle les souvenirs de Mariko que Tomo égraine.

Un récit d’amitié au féminin époustouflant, dur mais qui trouve aussi du beau. Avec un trait fin, des visages hyper expressifs, Waka Hirako réussit l’exploit de ne pas en faire trop. Ce manga est un magnifique one-shot sur l’amitié entre deux femmes et j’ai pleuré comme une madeleine.

Le siège des exilées 1/2 d’Akane Torika paru aux éditions Akata

Retour à la Science-Fiction avec ce récit dystopique au féminin qui vient de paraitre. Quelque part en Asie dans un futur proche, les hommes ont pratiquement disparus, les femmes étant les seules nécessaires à la procréation. Dans la Ville, les hommes sont donc un sujet tabous tout comme tout ce qui a trait à la procréation et à la sexualité. Hors de la Ville, les exilées survivent comme elles peuvent, parmi eux Sanada et Reihô font figure d’exception, lui est un homme, elle n’est pas stérile.

Un récit qui interroge sur le sexe, la reproduction mais aussi sur l’amour. Comme toute dystopie, on ne sait pas comment cette société s’est construite, on ne peut que constater les effets. Très peu d’enfants mâles naissent et encore moins sont fertiles. C’est donc une société de femmes où le sexe et tout ce qui y a trait est tabous.
J’ai trouvé ce premier tome très accrocheur avec un worldbuiding intéressant et des dessins fins mais parlants avec un petit coté de douceur nébuleuse qui rend les personnages presque évanescents. Encore une fois un très bon choix éditorial des éditions Akata avec une SF au féminin qui invite à la réflexion tout en faisant le choix de la dystopie pas gnangnan.

Vous pouvez lire un extrait.

Existe en version numérique.

Le jardin – Paris de Gaëlle Geniller paru aux éditions Delcourt

Le jardin est un cabaret parisien qui rencontre un franc succès. Rose est un jeune garçon qui a grandit au Jardin entouré de sa maman et des autres fleurs qui y dansent tous les soirs. Et comme les autres femmes de sa vie, Rose veut danser sur scène. Ce qu’il va faire sous les encouragements des autres fleurs et avec beaucoup de succès.

J’ai eu un énorme coup de cœur pour cette bande dessinées colorée et pétillante. Et vous savez ce qui m’a le plus marqué dans ce récit ? L’absence de violence et la tolérance visible à chaque page. Que ça fait du bien d’avoir un récit inclusif où la lectrice accompagne Rose leur de son « entrée dans le monde » sans se heurter à chaque page à la violence que, nous supposons d’instinct, accompagnera nécessairement l’adolescent(e) . Une bouffée d’air frais, un récit beau et qui fait du bien. Je vous le conseille sans hésitation.

Vous pouvez lire un extrait.

Existe en version numérique.

Anaïs Nin de Léonie Bischoff paru aux éditions Casterman

Extraordinaire roman graphique que nous propose Léonie Bischoff pour nous faire découvrir une partie de la vie d’Anaïs Nin, écrivaine française, première femme à avoir publié des romans érotiques et connue pour la publication de ses journaux intimes qui s’étalent sur des décennies. Un personnages que la lectrice sent complexe dès les premières pages. Artiste, écrivaine, Anaïs Nin semble bouillonner intérieurement à la recherche d’une sensualité qu’elle imagine sans réussir à la l’expérimenter avec son mari. C’est avant tout une femme libre, qui choisit son chemin et ses amants dans un vent de liberté étrangement communicatif.

Ce qui m’a passionné dans ce roman, c’est le travail réalisée par Léonie Bischoff. Les dessins sont absolument sublimes, avec un crayonné qui m’a rappelé Radium Girls de Cy. L’autrice navigue entre le réel et l’imaginaire dans lequel semble parfois vivre Anaïs Nin. L’ensemble est une fresque remarquable de précision et de beauté.

Vous pouvez lire un extrait.

J’espère que cet article vous permettra de faire de belles lectures , si vous aussi vous avez fait de belles lectures graphiques au féminin n’hésitez pas à les partager en commentaires, moi la première je suis intéressée 🙂

Illustration par garage deloffre : https://utip.io/sandrinedeloffre/shop
FacebooktwitterinstagramFacebooktwitterinstagram

14 thoughts on “Bandes dessinées et mangas au féminin

  1. Tu ne voulais pas plutôt parler de vrais livres pour l’occasion ? 👀
    « Jujitsuffragettes » ne me tentait pas vraiment de base, mais à force d’en lire des retours positifs je vais sérieusement la considérer. Les autres sont plus ou moins dans mon viseur – je n’ai toujours pas lu « Culottées », je me désespère un peu – à l’exception de « Le Siège des exilées ». Bel article !

    1. Ah non ! J’ai suivi ton conseil, je parle de lectures tout simplement XD
      Culottées est vraiment top, le travail de recherche a du être impressionnant, Jujitsuffragettes m’a beaucoup intéressé surtout pour le contexte de l’époque qui est présenté. Le siège des exilées est un bon tome 1, j’attends le tome 2 pour dire si la série est extra 😉

  2. J’adore Culottées !
    Le we prochain, je trie les propals que les gens ont faites sur mon opération BD, et il y a jujisufragettes dedans, il a de bonnes chances d’entre dans ma PàL.
    J’en ai repéré 3 pour l’an prochain : My broken Mriko, le jardin Paris et Anaïs Nine. Un an c’est long il y aurait peut être du tri à faire, on verra :p

      1. Aucunement, mais j’en connais certaines de réputation. D’ailleurs, tu me donnes envie de lire celle sur Anaïs Nin, mais je ne sais pas, elle a parlé d’inceste dans un de ses bouquins (qui s’appelle Inceste, justement), est-ce qu’on retrouve cet aspect-là dans la BD? Les dessins ont l’air tellement beaux.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :