đŸŸ DĂ©volution de Max Brooks

J’ai l’impression d’enchainer les chroniques coup de cƓur en ce moment mais il faut dire que le mois de Juin a Ă©tĂ© particuliĂšrement riche en lectures qui ont tout dĂ©chirĂ© et au final c’est quand mĂȘme le pied de pouvoir vous conseiller des lectures auxquelles je pense toujours plusieurs semaines aprĂšs les avoir fini. Dans cette chronique je veux vous parler de DĂ©volution de Max Brooks. 14 ans aprĂšs l’excellent World War Z, Max Brooks Ă©tait trĂšs attendu pour ce nouveau roman (au moins par moi) et franchement j’ai pas Ă©tĂ© déçue.

Bienvenue à Greenloop, prÚs de Seattle, petite communauté écolo privilégiée permettant à des ultra-riches de vivre au plus prÚs de la nature, mais avec une technologie de pointe. Quand un proche volcan entre en éruption, Greenloop est soudain coupée du monde, et ses habitants jetés dans une épreuve de survie au jour le jour.
Kate Holland relate dans son journal intime comment son petit coin de paradis devient un enfer, surtout quand s’abat sur les survivants un prĂ©dateur inattendu : le Bigfoot. Pour survivre, la communautĂ© doit dĂ©sapprendre tout ce que le monde moderne lui a inculquĂ©. Entre le journal de Kate et les nombreux tĂ©moignages extĂ©rieurs, nous reconstituons une ahurissante histoire de survival horror.

Bienvenue Ă  Greenloop !
CommunautĂ© Ă©colo chic basĂ©e sur la technologie et son utilisation dans le respect de l’environnement, Greenloop a tout du petit paradis pour riches voulant vivre proche de la nature mais avec toute le confort que la technologie moderne peut procurer. Kate Holland et son mari sont les derniers arrivĂ©s dans cette petite communautĂ© d’une douzaine de personnes. Kate tente de s’adapter Ă  cette nouvelle vie alors que son couple bat de l’aile et qu’elle se sent mal Ă  l’aise dans ses relations avec les autres, c’est Ă  travers son journal thĂ©rapeutique que le lecteur dĂ©couvre ce qu’il est advenu de la communautĂ© suite Ă  l’Ă©ruption du Mont Rainier.

Avec DĂ©volution, Max Brooks tente nous refaire le coup de WWZ : prendre un sujet vue et revu et y insuffler de la nouveautĂ©. J’avoue, j’Ă©tais septique au dĂ©part mĂȘme en ayant tellement adorĂ© son prĂ©cĂ©dent roman. Le mythe du Bigfoot s’est non seulement pas nouveau mais en plus c’est un mythe qui ne m’attirait pas plus que ça, surement parce que je l’ai toujours trouvĂ© mal traitĂ©. Mais Max Brooks Ă©tant Max Brooks, je me suis laissĂ©e tenter par ce nouveau roman. WWZ Ă©tait (presque) moins un roman qu’un recueil de nouvelles sur la guerre contre les zombies. Un recueil de tĂ©moignages permettant de retracer la guerre et la façon dont elle avait Ă©tĂ© vĂ©cue Ă  travers le monde. Dans DĂ©volution, Max Brooks choisit une formule un peu diffĂ©rente tout en restant dans le thĂšme du tĂ©moignage : c’est le journal intime de Kate Holland retrouver dans les dĂ©combres du villages, les interviews du ranger-chef JosĂ©phine Schell et de Franck Mc Cray Jr (le frĂšre de Kate) qui constituent ce rĂ©cit. Ce roman se prĂ©sentent comme le travail de recherche d’un journaliste sur la catastrophe bizarre dans la catastrophe gĂ©ante. Je suis absolument fan de ce genre de construction qui mĂ©lange les points de vue et les temporalitĂ©s pour former le panorama complet des Ă©vĂšnements, surtout quand c’est construit de maniĂšre intelligente

Bigfoot dĂ©truit un village. VoilĂ  le titre d’un article qu’on m’a envoyĂ© peu de temps aprĂšs l’Ă©ruption du mont Rainier. J’ai pris ça pour un spam, consĂ©quence inĂ©vitable de toutes mes recherches en ligne. A l’Ă©poque, je terminais un Ă©niĂšme papier sur Rainier, l’analyse exhaustive de ce qui aurait dĂȘ ĂȘtre une catastrophe prĂ©visible – et globalement Ă©vitable.

La dĂ©couverte de la communautĂ© de Greenloop via le journal de Kate, celle de la catastrophe de l’Ă©ruption du Mt Rainier via l’interview de ranger-chef puis celle de la disparition de Kate Ă  travers l’interview de son frĂšre, composent les chroniques d’une catastrophe. Le Mt Rainier entre en Ă©ruption, une Ă©ruption explosive du type de celle du Mt St Helens. Les Ă©quipes de secours sont dĂ©bordĂ©es par l’ampleur de la catastrophe et, tout comme Ă  la Nouvelle OrlĂ©ans en 2005, vont mettre plusieurs jours Ă  atteindre les zones les plus touchĂ©es et des semaines Ă  secourir toutes les personnes qui se sont retrouvĂ©es coincĂ©es lors de la catastrophe. Imaginez alors une petite communautĂ© entiĂšrement dĂ©pendante pour la vie quotidienne des techniciens, drones et autres service de sĂ©curitĂ© se trouvant Ă  plusieurs kilomĂštres d’elle, tout d’un coup devenus inatteignables aprĂšs la catastrophe. Pas d’internet, pas de tĂ©lĂ©phone, c’est le dĂ©but de l’automne et personne n’a de moyen de communication ou suffisamment de nourriture pour tenir plusieurs semaines coupĂ©s de tout.

Pourquoi auraient-ils eu besoin d’un tĂ©lĂ©phone satellite ou d’une radio bidirectionnelle ? Ce genre de technologie, c’est utile quan on est entiĂšrement coupĂ© du monde, mais ce n’Ă©tait pas du tout le cas ici. L’intĂ©rĂȘt de Greenloop Ă©tait que ses rĂ©sidents avaient le mĂȘme accĂšs internet que n’importe qui dans l’Upper East Side de Manhattan. Mieux, mĂȘme. En tant que communautĂ© de tĂ©lĂ©travailleurs, il fallait justement avoir la connexion la plus rapide, la plus sĂ»re possible, surtout quand on connait les conditions mĂ©tĂ©o dans le Nord-Ouest Pacifique. Les donnĂ©es de toute la communautĂ© passaient par de solides cĂąbles en fibre optique. Et pourquoi, comment, ce cĂąble pouvait-il tomber en panne ?

C’est lĂ  que Max Brooks montre de nouveau tout son talent en nous proposant une critique de la sociĂ©tĂ© vantant l’Ă©cologie et le retour Ă  la nature mais qui ignore comment survivre dans une nature souvent hostile. En plus de cette critique sociĂ©tale qui sonne affreusement juste, Max Brooks nous propose un rĂ©cit fantastique horrifique qui tient en haleine le lecteur et fut pour moi un vĂ©ritable page-turner. Addictif, prenant, avec des personnages qui se dĂ©couvrent au fur et Ă  mesure que la situation Ă  Greenloop se modifie, nageant entre dĂ©ni et instinct de survie, j’ai trouvĂ© ce rĂ©cit complĂštement fascinant. L’auteur a un regard acĂ©rĂ© sur la sociĂ©tĂ© et certaines de ses dĂ©rives. La vision d’une Ă©cologie complĂštement dĂ©connectĂ©e de la rĂ©alitĂ© au point de nier tout instinct de survie est dĂ©rangeante mais de voir Ă©galement des personnes se rĂ©vĂ©ler devant l’adversitĂ© est assez jouissif. Les personnages imaginĂ©s par l’auteur sont touchants, Ă©nervants et assez monstrueusement crĂ©dibles. C’est le regard de Max Brooks sur la sociĂ©tĂ© et sur le comportement humain qui, une fois de plus, a fait mouche avec moi.

Vous l’aurez compris j’ai adorĂ© ma lecture et d’autant plus que plusieurs semaines aprĂšs, je repense encore Ă  ce rĂ©cit et Ă  ce que l’auteur a voulu mettre en avant de contradictions de nos sociĂ©tĂ©s modernes oĂč la survie arrive Ă  ne mĂȘme plus entrer en ligne de compte quand on parle de vivre en pleine nature. DĂ©volution est un rĂ©cit intelligent qui touche juste sur beaucoup d’aspects humains et qui, en plus, propose une intrigue solide et haletante. Pas aussi puissant, il est vrai, que WWZ mais pour moi une vraie rĂ©ussite tout de mĂȘme, le tout avec un sujet qui Ă  la base ne me parler pas du tout. Max Brooks s’inscrit pour moi dĂ©finitivement dans les auteurs incontournables que j’aurais plaisir Ă  lire de nouveau.

5 thoughts on “đŸŸ DĂ©volution de Max Brooks

  1. Woaw quelle chronique. Alors mĂȘme que le pitch ne m’attirait PAS DU TOUT, tu as rĂ©ussi Ă  me convaincre de faire fi et de me noter ce titre dans la catĂ©gorie « à lire: valeur sĂ»re » ^^

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :