Symphonie atomique d’Etienne Cunge

Après un space opera paru lui aussi aux éditions Critic pour lequel j’avais eu un coup de coeur, Etienne Cunge revient avec un nouveau titre de science-fiction : Symphonie atomique qui explore un sujet cher à l’auteur : le dérèglement climatique.

Symphonie atomique d'Etienne Cunge

Le monde d’après s’effondre.
Malgré l’odeur de fin des temps, des restes de civilisations subsistent, au bord du chaos, et chacun lutte pour donner du sens à sa vie. Les quatre modèles des puissances atomiques, aux abois, dominent cette désolation et se confrontent, prêts à en découdre : ultra-capitalisme américain, écologisme européen, nationalisme russe et totalitarisme social chinois. Dans ce climat délétère, l’équilibre ne tient plus qu’à un fil, sur le point de rompre.
Parmi le concert des forces nucléaires spatiales, l’Europe en Transition fait figure de naine. Pour autant, alors qu’émerge une crise dans la crise, le sort de l’Humanité va peut-être dépendre des décisions de deux de ses membres, que rien ne prédisposait à cela : Juan et Agathe.
Dans cette nouvelle ère, à l’Europe reconfigurée et où l’espace constitue le terrain névralgique des conflits, leurs actes vont faire écho à l’étrange soulèvement en cours dans les steppes d’Asie centrale – sous le commandement du jeune Ashkat –, et les confronter à l’énigme qu’incarne Ulan Moltov, l’âme de la rébellion, le cœur du jeu de poker à grande échelle qui débute.

Le nouveau roman d’Etienne Cunge est sorti en octobre 2021 et je l’ai lu lors de la COP26 qui se tenait à Glasgow en novembre. Autant vous dire que le roman a trouvé un écho très concret dans la vie réel ce qui a donné à ma lecture un arrière gout d’angoisse.

Dans Symphonie atomique, Etienne Cunge nous dépeint la Terre d’après… d’après l’effondrement climatique. L’humanité vit à crédit sur une planète dont l’écosystème est en déliquescence. Dans cette ère de l’Effondrement, quatre puissances économiques mais surtout nucléaires tentent de faire survivre un pan de l’humanité : l’Amérique et son modèle ultra-libéral avec un président à la Trump, l’Europe en transition et son nouveau modèle communo-écologiste avec toujours son assemblée décisionnelle, la Russie plus nationaliste que jamais et enfin la Chine totalitaire (vous n’êtes plus utile ? merci de vous suicider). Une nouvelle ère nucléaire également puisque les bombes ne sont plus sur Terre mais dans l’espace et c’est depuis quatre stations spatiales que le statut-quo s’est installé. Dans ce jeu d’échec planétaire, la cité Ziusudra est un grain de sable dans des rouages rouillés qui va bousculer un équilibre précaire.

L’obligation de gérer les zones propices des logements comme des espaces naturels remontait déjà à trente-sept années. Une des premières lois passées par le Conseil de Transition. Elle visait à enrayer l’effondrement de la biodiversité et à sauvegarder ce qui pouvait l’être. Le ministère de la Lutte écologiste fournissait gratuitement des kits dédiés à cette fin. Ces sachets clés en main contenaient des graines d’essence variées, des habitats pour insectes ensemencés de larves, des nichoirs à oiseaux et chiroptères… Le tout déterminé en fonction de la surface, de l’emplacement et de l’exposition de votre lieu de vie pour construire une biocénose urbaine productive et équilibrée. Manuel d’entretien compris et application obligatoire.

Etienne Cunge installe un climat de tension tout au long de ce roman à la fois pessimiste et dérangeant dans son réalisme. Pour plonger encore plus le lecteur dans cette atmosphère de fin du monde qui se fait attendre, Radio Collapse partage à chaque début de chapitre un morceau de vie de ces personnes en face d’un avenir inexistant. J’ai particulièrement aimé le soin du détails que l’auteur à mis dans son roman : solstalgie, consostalgie autant de maladies mentales dues à la disparition d’un style de vie que l’on pensait éternelle et à un avenir inexistant, le mouvement Fin de Lignée auquel appartiennent des personnes traumatisées par l’effondrement qui se font volontairement stérilisées, les batailles pour garder un brin d’écosystème dans un Europe où moins on pollue plus on est haut dans l’échelle sociale…. Le dessin esquissé des sociétés post-effondrement est passionnant même si les rapports entre les quatre puissances mondiales m’ont parfois semblé sonner faux.

chers auditrices et auditeurs, nous sommes le 5 juin et nous vous souhaitons la bienvenue sur Radio Collapse, la fréquence de la fin du monde. Sans transition,un nouvel épisode de notre série culte, L’effondrement près de chez vous.
Je vous rappelle le principe de l’émission :vous nous faites part de votre expérience, que vous soyez #desespere, #ecoeure, #revolte ou #autresemotionsfortes. Si votre récit nous plait, nous le diffusons en quatre-vingt-trois langues sur nos ondes, anonymat garanti.
Racontez-nous vos petites histoires et entrez dans la grande avec notre chaine cent pour cent libre et non censurée.
N’oubliez pas notre baseline : soyez écoresponsable, suicidez-vous.
Mais tout de suite, votre programme.

Symphonie atomique est un roman post-apo qui dépeint comment les puissants pensent toujours s’en sortir avec de l’argent et comment dans une situation désespéré, tout devient acceptable. C’est également un très bon thriller écologiques dans lequel nous allons suivre quatre personnages qui vont, chacun à leur manière, essayer de faire la différence. Un roman âpre, il y a certains passages difficiles à lire, mais j’ai trouvé que l’auteur arrive à ne pas en faire des tonnes : je ne parlerai pas d’optimisme mais une certaine lueur d’espoir reste à l’horizon. Particulièrement bien écrit, plein de tensions et avec des chapitres courts qui alternent les points de vue, c’est un roman haletant qui se dévore. J’ai également trouvé les personnages particulièrement réussis, crédibles et dans une certaine mesure attachants, en tout ça toujours intéressants à suivre.

Note spéciale à la couverture d’Aurélien Police qui en plus d’être sublime, illustre parfaitement le roman !

Agathe demeura scotchée un instant avant de réagir.
– J’imagine que tu fais référence à l’Association pour la préservation des générations futures et son incitation au suicide des personnes âgées pour laisser la place aux jeunes et aux bien portants, afin de ne pas devenir un poids économique et environnemental sur la société ? Tu plaisantes, j’espère ?
Agathe frissonna en songeant que, si elle vivait là-bas, il lui resterait moins de dix ans… voire qu’on l’amènerait à l’abattoir du jour au lendemain , dès à présent.

En bref, Symphonie atomique est un récit d’anticipation prenant, bien écrit et qui évite les leçons de moral tout en esquivant l’optimisme béat. C’est un thriller écologique mené tambours battants, intelligent, haletant et percutant mais aussi âpre et dérangeant. Un changement de style par rapport à Légende d’Agrégats très réussi. Il faut clairement avoir le moral avant d’attaquer votre lecture car la Terre de l’après effondrement n’est pas gaie, voire très glauque mais il vaut carrément le détour.

Symphonie atomique d'Etienne Cunge

Symphonie atomique d’Etienne Cunge
Paru aux éditions Critic
Illustration : Aurélien Police

9 réflexions sur “Symphonie atomique d’Etienne Cunge”

  1. Même ressenti. Ce roman m’a emporté dans son intrigue bien ficelée et très rythmée. Un vrai page turner avec une fond costaud comme je les aime

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :