Gideon la neuvième de Tamsyn Muir

Il faut bien dire que j’attendais la sortie VF de ce roman avec impatience depuis que Stéphanie du blog De l’autre coté des livres me l’avait vivement conseillé. Aussitôt arrivé à la maison, aussitôt lu !
Gideon la neuvième est le premier roman de Tamsyn Muir, il a obtenu le Locus Award du meilleur premier roman en 2020 et c’est le premier tome d’une quadrilogie. Le deuxième tome de la série du tombeau scellé : Harrow the Ninth est paru en 2020 en VO (annoncé chez Actes Sud en 2023) et le troisième tome Nona the Ninth doit paraitre en Septembre 2022 en VO.

Harrowhark Nonagesimus, héritière de la Neuvième Maison et Nécromancienne hors pair, doit passer à l’action. L’Empereur a invité les héritiers de chacune de ses loyales maisons pour un grand tournoi. Si elle l’emporte, elle deviendra la servante immortelle et toute puissante de la Résurrection, mais chaque nécromancien doit être accompagné de son cavalier. Sans le glaive de Gideon, Harrowhark échouera, et la Neuvième Maison périra…

Gideon a été élevé par les nonnes de la Neuvième Maison et a 20 ans elle est bien décidée à ne pas y passer une minute de plus. Entre les nonnes momifiée, les squelettes animés et les serviteurs sans âges, Gideon en a sa claque. La Neuvième Maison ressemble plus a un mausolée à ciel ouvert où même la mort ne vous délivre pas de votre servitude envers le tombeau scellé, qu’à une résidence où il ferait bon vivre. Bref Gideon veut partir mais Harrowhark, la Respectable Fille de la Neuvième Maison, a d’autres projets pour elle qui se traduisent de manière fort à propos par un concours organisé par l’Empereur. Pour cet évènement, Gideon doit jouer la cavalière d’Harrow dans l’espoir que ce service soit le dernier.

En l’an Myriade de notre Seigneur, la dix millième année du Roi Immortelle, le bienveillant Prince de la Mort, Gideon Nav prit son épée, ses bottes et ses magazines pornos et s’évada de la Neuvième Maison.

En début de semaine Lionel Davoust publié ce tweet :

qui s’applique totalement au livre de Tansyn Muir. L’autrice nous propose un worldbuiding impressionnant et franchement très original mais elle ne passe pas 150 pages au début du roman à nous l’expliquer et c’est tant mieux ! On plonge donc directement dans cet univers gouverné par des nécromanciens dans leurs palais planétaires en suivant des personnages absolument géniaux auxquels on s’attache au fur et à mesure des pages.

– Afin que personne ne se rende compte qu’on est complètement fauchées, au bord de l’extinction et que tes parents se sont foutus en l’air.
– Afin que personne ne profite du fait que nous ne disposons pas de ressources conventionnelles, corrigea Harrow, dont le regard la foudroya sans sommation. Afin que personne ne se rende compte que la Maison est menacée. Afin que personne ne se rende compte que… mes parents ne sont plus en mesure de défendre ses intérêts.

Gideon la neuvième est un roman assez inclassable, jouant avec de nombreux genres, on navigue entre : la Fantasy avec de nombreux duels à l’épée, le Space Opera car les neufs Maisons et son Nécrolord forment un empire galactique et l’Horreur avec son palais rempli de mystères et d’épreuves plus horribles les unes que les autres. En bref, Tamsyn Muir ne choisit pas et nous propose un roman de SF – Fantasy – Horreur haletant empli de mystères qui transforme le lecteur en véritable accro sur 500 pages. Personnellement, j’ai adoré l’ambiance de mystère de cette empire sclérosé vieux de 10000 ans (il y a un petit air du mystère de la Moria dans ce palais de la première maison avec moins d’orcs et plus de squelettes) avec ces nécromanciens avides et retords et des scènes de combat à la rapière très visuelles, c’est complètement addictif.

Gideon avait laissé une note sur l’oreiller quasiment inutilisé d’Harrowhark :
C’est quoi cette fête des squelettes ?
et avait obtenu une réponse laconique :
Ambiance.

Et bien l’ambiance faisait que même Magnus le Cinquième hésitait désormais à dire son bonjour, alors l’ambiance pouvait aller se faire foutre.

Le duo Gideon / Harrow est excellent. Le « je t’aime moi non plus » marche très bien et les échanges d’injures entre les deux personnages principaux sont assez délectables. C’est d’ailleurs ce qui rend ce premier roman de Tamsyn Muir aussi rythmé, des duos verbales acérés qui jalonne le récit et sont, il me semble, pour beaucoup dans l’attrait exercé par ce roman. Clairement l’autrice sait y faire en joute verbale mais aussi dans l’installation d’une atmosphère. Pendant une grande partie du roman c’est cette atmosphère angoissante et mystérieuse qui m’a captivée.

Comme pour Mary Robinette Kowal et son excellent premier roman Vers les étoiles plus vrai que nature sur les débuts de la conquête spatiale, les combats à la rapière décrits par Tamsyn Muir sont magnifiquement visuels et c’est tellement agréable de visualiser parfaitement les scènes d’un roman et de s’immerger dans ce récit ! L’histoire idéale en ce moment pour partir loin de considérations pesantes et franchement chiantes (pardon mais j’ai de plus en plus de mal à supporter l’atmosphère de ces dernières semaines).

Je trouve toujours difficile de partager mes coup de cœur avec vous. Parfois (souvent ?), la frontière est ténue entre une très bonne lecture et un coup de cœur. Cela ne tient généralement qu’au moment où la lecture a été faite. Ma lecture de Gideon la Neuvième, je l’ai faite au moment où j’avais besoin de nouveauté et d’un imaginaire loin de la situation actuelle. Autant dire que ce roman était l’idéal. De plus les personnages irrévérencieux et honnêtes m’ont toujours fascinés, et Gideon est de ces personnages fascinants de par leur nature et leur actes.

trois photos pour montrer la création de la couverture de Gideon la neuvième de Tamsyn Muir.

Un COUP DE CŒUR donc. J’ai adoré… tout. Avec son worldbuilding original, ses personnages charismatiques et attachants et son ambiance prenante, Gideon la neuvième fut une excellente lecture et j’espère que ce sera la même chose pour vous (Dup, Phooka, Sagweste in Librio, Nath Aely ce roman est pour vous !). Je crois les doigts pour que le tome 2 soit aussi bon 🤞

A noter, qu’Actes Sud joue carte sur table avec cette série en mentionnant clairement le tome 1 sur la couv’ (c’est si rare en ce moment) et j’applaudis la couv’ de Tommy Arnold telleeeeeement Gideon 🖤💀

Gideon la neuvième de Tamsyn Muir

Le tombeau scellé tome 1 : Gideon la neuvième
paru aux éditions Actes Sud dans la collection Exofictions
Traduction : Stéphanie Lux
Illustrateur : Tommy Arnold

17 réflexions sur “Gideon la neuvième de Tamsyn Muir”

  1. Ce wordbuilding mélangeant SF et fantasy m’intrigue beaucoup et tu sais donner envie, alors que franchement les 1e et 4e de couv ne m’attiraient pas forcément tant je ne savais pas à quoi m’attendre.
    Et comme en plus tu cites Mary Robinette Kowal, que j’ai adoré à chaque fois, je pense que le titre a tout pour me plaire.
    J’espère ne pas faire doublon en posant la question, mais c’est un premier tome où une histoire complète ?

    1. Je cite Mary Robinette Kowal car je trouve que les deux autrices ont mis beaucoup d’attention à rendre crédible le background de leur livre : le debut de la conquête spatiale pour MRK et les bataille à la rapière pour Tamsyn Muir. Sinon les récits non rien à voir XD
      C’est bien un tome 1 et (pour une fois) c’est marqué dessus 😉

      1. Je me doutais que c’était plus sur le forme que sur le fond qu’elles se retrouvaient mais s’il y a la même efficacité, ça me va très bien 😁
        (Bien vu, c’est pas toujours marqué partout les tomes 1 lol)

  2. Merci pour cette chronique. Je l’ai repéré récemment et je comptais me laisser tenter, mais après ton article je ne vais plus hésiter une seconde 😆

  3. c’est assez dingue, j’ai l’impression de ne pas avoir lu le même livre.
    Lors de ma lecture en VO j’avais trouvé l’univers intéressant mais le tous poussif et manquant de fluidité.

  4. Je l’ai bien aimé mais pas autant que toi.
    je pense que ce qui m’a un peu déstabilisé a été surtout que je trouve le monde « vide ».

    Et qu’au final il n’est pas du tout expliqué et que c’est vrai que c’est le type d’intrigue que j’aime le moins les « haha, je t’ai eu, mais en fait c’est juste que je ne t’avais pas encore expliqué le truc basique qu’il te manquait pour que tu puisse comprendre ».
    Bon la c’était pas non plus totalement ça vu que j’ai quand même aimé l’ensemble, mais j’ai quand même l’impression qu’il manque trop de pièces au puzzle pour que je puisse vraiment m’attacher à l’ensemble.

    En fait quand on y pense c’est pour ça que le premier tome des Archives de Roshar de Sanderson est celui que j’ia le moins aimé, parce que c’est un tome où on ne t’explique rien (ça arrive dans le T2, qui a été un coup de coeur justement, ce qui confirme que ce qui me plait le plus c’est de comprendre vraiment).

    Dans Gideon il reste plein de questions : on est tellement concentré sur le personnage et ses problèmes qu’on ne prend pas le temps d’expliquer comment fonctionne la société. Ok il y a des squelettes, mais y a-t-il des humains? Comment est organisé la société? comment arrive la nourriture?

    Pour tout dire j’avais l’impression de naviguer dans un monde mort, dans le sens où en dehors des quelques familles qui semblent très peu nombreuses si on prend la 9ième comme exemple, il y a bien plus de squelettes et de morts que de vivants.

    Mais c’est pas ça le problème, c’est surtout que je ne sais pas si c’est effectivement le cas ou si c’est juste parce qu’on n’a suivi que Gideon qui se moque de ce genre de questions qu’on ne sait pas qu’en fait le reste du monde est hyper peuplé.

    En gros je reste dans l’incertitude sur ma compréhension du monde, et cette impression m’a suivi pendant tout ma lecture ce qui a fait baisser ma bonne impression de l’intrigue elle même.
    Disons que si on avait eu les réponses durant le tome je pense que j’aurais facilement dit que c’était un coup de coeur aussi.

    1. Je comprends tes questions et je me les suis posées également. Apres contrairement à toi ça ne me gêne pas de rester dans le flou considérant que c’est un tome 1.
      Par contre le tome 2 risque d’être casse gueule pour l’autrice car elle a effectivement encore une grande partie du worlbuiding à présenter aux lecteurs et il faut que le tout tienne la route. J’espère que ce sera le cas 🤞

  5. Je suis conquise d’avance. J’ai tout à fait besoin de ça, d’un roman qui tabasse, visuel avec des personnages irrévérencieux. Je l’ajoute de ce pas à la liste d’envies et me jetterai dessus dès que j’en ai l’occasion!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :