đŸ–€ Vigilance de Robert Jackson Bennett

FacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail
image_pdfImprimer cet article en pdf

Je crois bien que depuis que je chronique sur le blog c’est la premiĂšre fois que je fais deux chroniques coup de cƓur coup sur coup. Il faut dire que si 2020 est une annĂ©e pourrie par bien des cotĂ©s, les littĂ©ratures de l’Imaginaire nous auront sorti de magnifiques pĂ©pites cette annĂ©e. AprĂšs Apprendre, si par bonheur de Becky Chambers, je vous parle de Vigilance de Robert Jackson Bennett.

Trois tireurs armĂ©s jusqu’aux dents lĂąchĂ©s dans un « environnement » public alĂ©atoire dĂ©limitĂ©. Un but : abattre le plus de personnes possible. Une promesse : un Ă©norme paquet de fric pour celui qui quitte les lieux indemne. Si l’une des « cibles » met hors d’état de nuire l’un des tireurs et survit, une part du pactole lui Ă©choit. Des rĂšgles simplissimes, et des dizaines de drones qui filment le tout pour le plus grand bonheur de millions de spectateurs hystĂ©risĂ©s, d’annonceurs aux anges et de John McDean, producteur et chef d’orchestre de Vigilance, le show TV qui a rĂ©solu le problĂšme des tueries de masses aux États-Unis


J’ai dĂ©couvert Robert Jackson Bennett avec American Elsewhere. Entre huis-clos fantastique et SF, ce livre Ă©tait un redoutable page turner. AprĂšs cette lecture, j’avais donc envie de dĂ©couvrir d’autres livres de l’auteur (Foundryside ou The Divine Cities), mais c’est finalement Vigilance qui a Ă©tĂ© publiĂ© en premier. Lu dĂšs sa sortie, sans mĂȘme attendre l’offre HS de la collection Une Heure LumiĂšre d’ailleurs.
Vigilance est un texte qui ne peut pas laisser indiffĂ©rent. C’est une des plus longue novella de la collection Une Heure LumiĂšre : 165 pages, en forme de coup de poing dans l’estomac qui nous propose de venir dĂ©couvrir l’AmĂ©rique de demain.

L’AmĂ©rique de demain est composĂ©e majoritairement d’une population vieillissante. Le pays, engluĂ©e dans une crise Ă©conomique sans fin est restĂ© coincĂ© dans l’air pĂ©troliĂšre mĂȘme si plus aucun pays n’achĂšte l’or noir Made in USA. Les jeunes gĂ©nĂ©rations sont parties trouver un meilleur avenir Ă  l’Ă©tranger loin de cette AmĂ©rique qui ne leur offre plus .
Mais dans cet AmĂ©rique, certains ont trouvĂ© des mannes Ă  exploiter jusqu’au trognon et notamment les peurs des amĂ©ricains d’aujourd’hui. Une Ă©mission de tĂ©lĂ© a Ă©tĂ© crĂ©Ă© suite aux nombreuses tueries de masse qui ont eu lieu sur le sol amĂ©ricain. Vigilance est non seulement le nom de cette Ă©mission tĂ©lĂ© mais Ă©galement un crĂ©do brandit comme un flambeau : si vous n’ĂȘtes pas vigilant alors vous ĂȘtes mort. Vigilance est donc une Ă©mission tĂ©lĂ© vedette basĂ©e sur une tuerie de masse organisĂ©e dans un lieu clos : trois tireurs, pleins de gens et une foule de drones pour filmer le tout.

Tout tenait au fait que depuis toujours, l’AmĂ©rique est une nation qui a peu.
Peur de la monarchie. Peur des Ă©lites. Peur de perdre ses biens, par le fait du gouvernement ou d’une invasion. Peur qu’un voyou stupide ou un petit malin de la ville trouve un moyen lĂ©gal ou non de voler ce qu’on a durement gagnĂ© Ă  la sueur de son front.
[…] Et lĂ  oĂč il y avait peur, il y avait des armes Ă  feu.

Robert Jackson Bennett nous fait le portrait au vitriol d’une AmĂ©rique bercĂ©e aux tueries de masse, bassinĂ©e par la peur de l’autre et nourrie de publicitĂ©s Ă  outrance. Un texte dĂ©rangeant qui prend aux tripes. Au fur et Ă  mesure que l’auteur nous fait dĂ©couvrir cette future AmĂ©rique, c’est un regard glaçant qui s’en dĂ©gage. J’ai trouvĂ© que l’auteur jouait habilement avec le lecteur en alternant entre moment oĂč les rĂ©action des personnages sonnent particuliĂšrement justes (et notamment sur les peurs de l’autre, de l’Ă©tranger, de son voisin, etc…) et moments frĂŽlant l’absurde avec un marketing Ă  outrance et des publicitĂ©s crĂ©Ă©es en direct en fonction du public cible. Le grotesque cĂŽtoie le crĂ©dible ce qui m’a horrifiĂ© autant qu’il m’a fascinĂ© lors de ma lecture.

« C’est toujours ce qui me secoue le plus, confie sombrement la voix de Robwright. Le manque de qui-vive de ces gens. Ils ne font tout simplement pas attention. Pas attention du tout. »

Le lecture de Vigilance est immersive, j’aime beaucoup le style d’Ă©criture de Robert Jackson Bennet : clair, direct et visuel. Dans cette novella, le rĂ©cit alterne entre deux personnages : Delyna, une jeune femme noire serveuse dans un dinner et LcDean, le responsable, blanc et quadra, de l’émission. Les deux points de vue se renvoie la balle lors du dĂ©marrage de ce nouvel Ă©pisode de Vigilance et le contraste est saisissant. Le tout saupoudrĂ© d’informations sur l’Ă©volution des Etats-Unis c’est 20 derniĂšres (prochaines) annĂ©es.

Plus que quiconque, John McDean sait que l’AmĂ©rique n’est pas – n’est plus – un endroit oĂč l’on vit. Mais oĂč l’on suvit. Et un endroit de la sorte est on ne peut plus monĂ©tisable pour Our Nation’s Truth.

Un coup de cƓur pour moi avec ce rĂ©cit glaçant qui renvoie cependant bien trop, pour ma tranquillitĂ© d’esprit, Ă  des Ă©vĂšnements rĂ©cents qui, comme des signaux faibles, semblent nous prĂ©dire un avenir oĂč la Vigilance serait de mise. Entre rĂ©alisme et culture de l’absurde, cette novella est un petit bijou d’Anticipation. Un des meilleurs titre de la collection Une Heure LumiĂšre pour moi.

#S4F3s6
#makiproject
FacebooktwitterinstagramFacebooktwitterinstagram

12 thoughts on “đŸ–€ Vigilance de Robert Jackson Bennett

  1. Encore un texte de blanche qui vient prendre la place d’un texte d’imaginaire dans une collection dĂ©diĂ©e. 👀
    Il fait vraiment l’unanimitĂ© ce texte, et Ă  un trĂšs haut niveau d’apprĂ©ciation. Ça donne envie du coup, malgrĂ© le thĂšme glaçant.

      1. (« Humour » ratĂ©. ^^’ C’Ă©tait pour dire que ça semblait dĂ©jĂ  tellement rĂ©el et actuel – pas de la SF donc, de la blanche.)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :